Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

La Chine pionnière de la reconnaissance faciale et de la société de contrôle

Reconnaissance Faciale

La Chine pionnière de la reconnaissance faciale et de la société de contrôle

MONDE EN BREF : Depuis les fast-foods, les universités ou la lutte contre la criminalité jusqu’aux distributeurs de papier toilette dans les endroits publics, la Chine est à la pointe de l’utilisation de la technologie de reconnaissance faciale. 

Pour ses partisans, cette technologie rend la vie plus facile et plus sûre. Pour ses opposants, c’est une façon de plus pour le gouvernement de surveiller d’encore plus près les 1,4 milliard de Chinois. A Shanghai et d’autres grandes villes, la reconnaissance faciale se retrouve même dans les rues, pour traquer ceux qui ne respectent pas les règles de la circulation. Ainsi, les piétons qui traversent en dehors des passages réservés sont systématiquement photographiés, et leur photo apparaît immédiatement sur un grand écran installé au carrefour le plus proche. Pour ne plus se retrouver sur cet “écran de la honte“, ils doivent payer une amende de 20 yuans (3 euros). La police utilise aussi la technologie de reconnaissance faciale pour repérer des suspects recherchés. Elle a notamment été utilisée récemment dans la petite ville de Qingdao, productrice de la bière Tsingtao, où des caméras placées à l’entrée d’un festival de la bière ont permis d’arrêter 25 suspects.

Tous les Chinois à partir de 16 ans doivent maintenant être munis d’une pièce d’identité avec photo et adresse, ce qui signifie que les autorités disposent d’une vaste banque de données. Aussi la Chine, estiment les experts, est-elle en nette avance sur l’Occident en la matière, notamment parce que ses lois sur la vie privée sont bien moins strictes, et que ses citoyens ont l’habitude d’être photographiés, de se faire prendre leurs empreintes digitales et de donner toutes sortes de renseignements personnels aux autorités.

Cette technologie s’immisce aussi dans toutes sortes de transactions. Ainsi dans les toilettes du Temple du Ciel, à Pékin, les distributeurs de papier en sont équipés pour lutter contre le vol. Si quelqu’un tente de se servir plusieurs fois, le distributeur le reconnaît et refuse de lui donner du papier, lui rappelant poliment qu’il s’est déjà servi. Avant de suggérer, toujours poliment: “S’il vous plaît, revenez plus tard“. Une des universités de Pékin, qui abrite l’École normale, en a mis à l’entrée des dortoirs, pour s’assurer que seuls ses étudiants y entrent, “ce qui nous permet de mieux vérifier où se trouvent les étudiants“, a expliqué un responsable de l’Université à l’agence Chine nouvelle. Des banques commencent à en équiper leurs distributeurs automatiques pour remplacer les cartes. Cette nouvelle avancée s’inscrit dans une stratégie plus large de développement des hautes technologies. Le gouvernement chinois a annoncé en juillet son intention de faire de son pays le numéro un de l’intelligence artificielle d’ici 2030, avec un marché local de 150 milliards de dollars.

Cette tendance, selon Yue Lin, professeur de droit à l’Université de Shanghai, est poussée principalement par les compagnies chinoises de technologie telles qu’Alibaba ou Baidu. ML [28.10]

Répondre