Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Les politiciens, nouveaux vendeurs à la sauvette ?

Amerique Latine

Les politiciens, nouveaux vendeurs à la sauvette ?

Auran Derien ♦
Universitaire

L’ancien Président du Brésil (2003-2010), Lula da Silva, appartenant au Parti des Travailleurs (PT) vient de terminer une tournée politique dans son pays en vue des élections qui devraient se tenir en octobre 2018. Il n’a cessé de rappeler que le Président actuel de la République fédérative du Brésil Michel Temer ne pense qu’a vendre le pays. Lula da Silva affirme qu’il organisera un référendum pour rendre au peuple ce que les politiciens sont en train de donner.

En Argentine, Mauricio Macri, président, pratique la méthode de son grand ami Benyamin Netanyahu : l’inversion accusatoire. Pendant qu’il organise un système  de dépouillement du peuple, il accuse les responsables précédents de ce qu’il fait chaque jour. Il a aussi acheté aux israéliens le  software d’espionnage des téléphones portables, Pegasus, comme l’a fait le gouvernement mexicain.

Au Mexique, le dénommé Luis Videgaray Caso, Ministre des Affaires Étrangères, fait tout ce qu’il peut pour défendre les accords de l’ALENA et de l’Asie-Pacifique. Alors que la pauvreté ne cesse de croître, vérifiant l’axiome que le libre-échange est l’ennemi du peuple, les oligarques qui l’emploient jactent en faveur de traités qui sont des diktats pour les peuples. Carlos Slim, par exemple, ne cesse d’applaudir l’OMC et autres accords signés par les  Mexicains.

En même temps, des déplacements de puissance s’observent à partir de l’Asie

La Chine est venue à Londres avec deux frégates qui ont stationné sur le Tamise en Octobre. La finance installée à la City fait alliance avec Pékin pour internationaliser la monnaie chinoise. Dans la même veine des changements importants, un Roi d’Arabie Saoudite s’est rendu à Moscou avec une délégation massive de 1.500 personnes . Il semble que l’obsession vétérotestamentaire de pratiquer le blocus contre la Russie n’ait plus la force de s’imposer partout.

Comme le fait remarquer le journaliste mexicain Alfredo Jalife-Rahme (quotidien La Jornada du 11 octobre 2017), trois mouvements importants sont en train de changer lentement mais sûrement les rapports de force : les financiers de Londres se rapprochent de la Chine ; l’Arabie Saoudite, sans rompre avec les USA, avance vers la Russie ; la Turquie s’éloigne des États-Unis et se rapproche de la Russie et de l’Iran.

 

 

 

 

Répondre