Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Le Hezbollah, maître du Liban et défenseur de la Syrie ?

Iran Liban

Le Hezbollah, maître du Liban et défenseur de la Syrie ?

Michel Lhomme ♦
Philosophe, politologue.

Peut-on vraiment parler de bourbier libanais surtout depuis le départ de Saad Hariri ? Sur place, le mouvement islamiste chiite n’est-il pas en train de l’emporter après avoir placé, au fil des années, ses pions au sein du gouvernement libanais, développé ses propres milices, et pris le contrôle de nombreux quartiers au point de devenir un véritable État dans l’État ?

En annonçant sa démission début novembre, Saad Hariri avait invoqué la « mainmise du Hezbollah sur le pays » mais qu’avait-il fait pour l’en empêcher ? Serait-il capable d’aller jusqu’à pactiser avec Israël pour le contrer ? On l’en croit capable surtout à Paris.

A l’origine, le Hezbollah est un mouvement chiite de résistance créé contre Israël en 1982 et basé au Liban pour sauver le Liban. Il s’agit aujourd’hui d’une composante incontournable du pays du cèdre parce que le Hezbollah en constitue la vraie résistance. Hariri a beau jouer les pleureurs, la stabilité politique du Liban repose maintenant sur le Hezbollah et c’est même le pays tout entier qui l’a maintenant compris et penche maintenant totalement en sa faveur. C’était déjà le Hezbollah qui avait fait élire le président Michel Aoun en 2016. Au gouvernement, le mouvement chiite bénéficie de deux ministères, mais avec ses alliés, il en contrôle les deux tiers. Aujourd’hui à Beyrouth, rien ne se fait, rien ne se décide sans le Hezbollah qui contrôle totalement la banlieue sud de la capitale.

Cette main mise totale du Hezbollah sur le Liban s’est trouvée renforcé de fait par la victoire syrienne. C’est encore une fois le Hezbollah qui l’a remporté contre les groupes terroristes liés au front al-Nosra à l’est et au sud d’Arsal. C’est ensuite le Hezbollah qui s’est tourné vers les zones occupées par l’État Islamique. La victoire en Syrie n’est pas du tout celle de la coalition qui allait jusqu’à prévenir l’État islamique lorsqu’elle décidait pour faire bonne mesure de bombarder quelques bases mais c’est la victoire de la tactique au sol de la milice chiite soutenue par les frappes de l’aviation syrienne tandis que l’armée libanaise empêchait de son côté les infiltrations de terroristes à la frontière.

C’est donc le courant iranien qui a gagné la victoire contre le terrorisme et pas du tout la coalition occidentale et c’est pour cela que le Hezbollah a gagné progressivement en puissance dans toute la région. La guerre n’échappe pas au triomphe du vainqueur et il est vrai que par la voix du Hezbollah, c’est aujourd’hui l’Iran qui contrôle le Liban parce que le mouvement s’est – et c’est l’un des seuls – en grande partie impliqué en Syrie contre la barbarie et parce que l’État libanais était incapable de défendre la stabilité et la sécurité du Liban. Seul le Hezbollah a été en mesure de protéger les quartiers chiites libanais.

Si le Hezbollah, milice libanaise chiite est devenue l’acteur incontournable au Moyen-Orient, c’est que tous les autres y ont joué avec Daesh un rôle peu clair. Or, après les nouvelles sanctions de l’administration américaine, les mises en garde de hauts responsables israéliens, les accusations répétées du pouvoir saoudien, le mouvement chiite est maintenant pointé du doigt à Paris par le Premier ministre libanais Saad Hariri. La France voudrait-elle s’en prendre maintenant au Hezbollah ?  Le Hezbollah n’est d’ailleurs pas qu’une force militaire, c’est une force révolutionnaire et civique, une force populiste qui dispose de plusieurs centaines de conseillers militaires sur le territoire irakien, où ils se coordonnent avec les pasdarans iraniens et d’autres milices chiites locales, de même que le mouvement a dépêché des conseillers au Yémen, en appui aux rebelles Houthis.

Le Hezbollah libanais est certes alimenté financièrement par Téhéran mais il serait stupide de ne lui accorder aucune autonomie de décision. C’est justement parce que le Hezbollah est en partie autonome et qu’il domine  le terrain libanais que le Hezbollah n’est pas non plus une marionnette iranienne même si le Guide suprême reste celui de la révolution iranienne, l’ayatollah Khomeiny au départ, puis l’ayatollah Khamenei qui lui a succédé. De fait, l’allégeance du Hezbollah renvoie au walî [guide suprême iranien], et non au gouvernement iranien. C’est tout de même une nuance de poids ! Le Hezbollah a de fait un leader en la personne de Hassan Nasrallah, dont l’image charismatique est indissociable du parti.  Militairement, le Hezbollah s’est de plus aguerri récemment en Syrie. Il a acquis des capacités offensives, tactiques, stratégiques et il n’est plus du tout uniquement un mouvement de contre-insurrection.

  1. laroug
    laroug7 décembre 2017

    * AXE DE LA RESISTANCE *

Répondre