Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Macron à reculons. Jupiter sans foudre face aux zadistes

Notre Dame Des Landes

Macron à reculons. Jupiter sans foudre face aux zadistes

Jean Bonnevey ♦

Le recul face aux zadistes de Notre Dame des Landes est un tournant pour l’image du président. On sait maintenant que quand une porte est difficile à ouvrir, Macron est d’accord pour la laisser fermée.

Le pouvoir jupitérien a donc reculé face à quelques gauchistes hirsutes et fiers de l’être, occupant des terres qui ne sont pas les leurs. Encore donc un territoire abandonné. Les infiltrés migrants- comme on dit en Israël- ne font pas autre chose que de s’introduire et parfois occuper des territoires qui ne sont pas les leurs.

Après plus de cinquante ans de bras de fer, le gouvernement a tranché. Il n’y aura pas d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, les «conditions» de sa mise en œuvre n’étant «pas réunies», a annoncé mercredi le premier ministre, Édouard Philippe. Une fois l’évacuation de la zone occupée par les zadistes, les agriculteurs expropriés pourront retrouver leurs terres «s’ils le souhaitent». On leur déconseillera fortement de le souhaiter et sinon ils seront seuls face aux occupants.

D’ailleurs déjà le centre mou d’En Marche montre sa crainte de toute action . Une poignée de députés La République en marche (LREM) font part de leurs craintes. «Je pense que c’est une opération à risque, je vais faire mon possible pour convaincre que l’on peut revenir à l’ordre public sans évacuation violente», a déclaré mercredi sur France-info le député Matthieu Orphelin, un proche du ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot. Cet élu écologiste souhaite que le gouvernement prenne le temps, pour éviter le terrible scénario de Sivens, avec la mort en 2014 du militant Rémi Fraisse. «Ça va prendre quelques semaines, il faut l’assumer», défend-il.

Son collègue François-Michel Lambert, député LREM des Bouches-du-Rhône, est sur la même ligne. «Je redoute l’usage de la force», fait-il savoir au Figaro. Pour mener l’évacuation, «il faut du temps, de la négociation», estime-t-il, plaidant pour la nomination d’un «haut fonctionnaire en charge de bâtir la transition sur le territoire». «Il ne faut surtout pas aller chercher le drame», souligne l’élu, favorable à ce que certains puissent rester sur la Zad.

Pauvre Jupiter que peut-il faire avec de tels foudres de guerre ?

Notre régime politique est en réalité incapable d’affronter les hors la loi, d’évacuer ou d’expulser. Il a la hantise d’être renvoyé a Malek Oussekine si ce n’est aux temps les plus sombres etc .. etc. Le gouvernement qui a reculé à Notre Dame des squatters sera incapable de résister aux pressions des associations bien pensantes qui défendent le droit des clandestins à vivre avec nous, malgré nous. Le vivre ensemble est de plus en plus l’obligation d’accepter des gens qu’on préfère éviter à tort ou à raison.

Notre Dame des landes une victoire des zadistes et des gauchos de tous poils certes, mais aussi des partisan de toutes les immigrations.

  1. gingembre
    gingembre18 janvier 2018

    L’esprit critique ne mériterait-il pas de rajouter que depuis le début de cette affaire aucun Président ni aucun gouvernement n’a pris de décision ni sur l’aéroport de NNDL ni surtout sur l’évacuation de la ZAD, ni Giscard, ni Mitterand, ni Sarkozy, ni Hollande. Macron a pris une décision. Ne pas construire NDDL,. Marine d’ailleurs était opposé.
    Sur l’évacuation, auriez vous souhaiter des morts. Une évacuation se fera. Je ne suis pas macroniste mais il faut lui reconnaître cela.
    Quant au parti Les républicains, ils n’ont qu’une chose à faire : se taire. Qu’ont ils fait sur cette affaire alors qu’ils étaient au pouvoir ? Soyez critiques ! Sur cette affaire vous ne parlez que de Macron. Et tous les autres ?

    • Marco
      Marco18 janvier 2018

      Tout juste! C’est bien la seule décision honorable de Macron comme Président. Il faut lui laisser ça,
      surtout que la France a des aéroports inutiles partout, bien plus qu’ailleurs en Europe.
      Maintenant si les zadistes refusent de partir, c’est une autre affaire.

  2. John Wayne
    John Wayne19 janvier 2018

    L’aéroport de Genève a finalement été agrandi …! Dont acte ! Il n’y a jamais eu d’accord massif sur le projet . La ZAD sera évacuée et si dégats , eh bien , à leurs risques et périls !!

  3. Robert41
    Robert4120 janvier 2018

    Le président Macron n’est pas mon candidat, mais je reconnais qu’il a hérité d’une hypocrisie politique des plus crasseuses et qu’il a été sage de clore cette situation grotesque. C’est vrai aussi que c’est plus facile de faire tuer un militaire qui défend une cause juste comme le terrorisme par exemple que de combattre cette fomentation idéologique d’extrême gauche, d’essence trotskiste, violente, destructrice et qui n’a de cesse que de mettre à bas ce qu’une majorité a décidé. Normalement le nombre fait la loi et c’est ce que la France va connaître d’ici quelques temps pour d’autres changements plus inquiétants. Alors dans cette complainte, certains parlent de déni démocratique, d’autres comme-moi de sagesse car la violence n’appelle que la violence et prend le risque de faire germer des embryons le plus souvent néfastes à la pérennité sociale. Buvons frais et restons calme, l’essentiel est de rendre ces terres agricoles à leur fonction initiale et de revoir la nécessité d’un aéroport gros porteurs pour la région nantaise.

Répondre