Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

La République En marche : mais pas sous la neige !

LREM

La République En marche : mais pas sous la neige !

Raoul Fougax ♦
Journaliste.

Le Président passera l’hiver. Mais il risque de ne pas avoir de printemps. En effet il y a des signes. Des  signes d’inquiétude devant les partielles électorales et le temps qui passe sans résultats sur le pouvoir d’achat.

Bien sûr la pagaille des chutes de neige est caricaturale. Certes la France a toujours été un pays sous développé des conséquences de l’hiver. On a toujours ironisé sur ces quelques centimètres de neige paralysant le pays alors que ça marche bien en Grande Bretagne,  en Suisse, en Allemagne ou en Suède.

Mais cette fois c’est le pompon. Alors il parait qu’on n’a pas vu cela depuis 30 ans. Mais en 30 ans on aurait du faire des progrès. Et cette fois,on a demandé aux parisiens de prendre des transports publics qui étaient à l’ arrêt. Même Hidalgo n’aurait pas fait pire. Et puis cette situation neigeuse était anticipée tout de même. On savait. Cela aggrave le constat de délabrement de nos infrastructures et souligne une désastreuse communication.
On nous dit qu’on ne peut dépenser des fortunes dans des structures inutiles pendant 10 ans. Mais il parait que nous sommes une grande puissance que le monde admire. Et bien nous ne sommes pas à la hauteur.

Il faut prévoir et investir pour les circonstances exceptionnelles…sinon pourquoi dépenser des fortunes pour lutter contre un terrorisme qui frappe une fois de temps en temps. C’est peut être le gouvernement qui dans d’autres domaines aussi n’est pas à la hauteur et ça commence à se voir. Car il n’y a pas que le président. Il y a tout ce qu’il y a derrière lui. Une majorité aussi importante qu’assez insignifiante. Des ministres inconnus que l’on découvre à chaque crise.

Le coup de froid sur la Macronie n’est pas que climatique

Lors des deux partielles dans le Val-d’Oise et à Belfort, les candidats LREM se sont inclinés face à leurs adversaires des Républicains. Oui, battu par les Républicains de Laurent Wauquiez, le clivant,  l’homme à abattre pour les médias.  C’est tout de même intriguant.

De tels résultats sont annonciateurs de lendemains qui déchantent pour le parti présidentiel et son allié centriste. Tout comme l’avaient été les revers successifs enregistrés par La République en marche aux sénatoriales de septembre puis aux trois municipales partielles qui se sont déroulées en décembre.

Témoin du flottement actuel de l’électorat : l’abstention est massive. Dans le Val-d’Oise, plus de 80% des inscrits se sont détournés des urnes. Plus de 70% dans le Territoire de Belfort. A priori, rien d’inhabituel s’agissant de scrutins partiels, a fortiori après une année riche en rendez-vous électoraux. L’ennui, c’est que la désertion des électeurs n’a pas frappé les deux candidats en lice de la même façon.

Et curieusement ce sont les électeurs de Macron plus que ceux de Wauquiez qui sont restés chez eux… et pas à cause de la neige et des conseils éclairés du gouvernement.

  1. Révolté
    Révolté7 février 2018

    Bonjour
    Même avec 1% de votant ces poulitiques continuerai à régner sans scrupule se n’est pas de leur faute, mais la notre, ils ont fait un tout repressif ( inquisition) et tout confort ( moins de travail) la fainéantise des uns contre le manque de courage des autres. La france ce grand pays devenu un pays de larves continue à aller voter plutôt que de se révolter quelle tristesse. Au réveil il risque bien d’ être comme le soleil du moment !!!… VOILÉ

Répondre