Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

La discrimination musulmane ,voile de l’islamisme. Le cas Ibtissem laisse sans voix The Voice

Mennel

La discrimination musulmane ,voile de l’islamisme. Le cas Ibtissem laisse sans voix The Voice

Jean Ansar ♦
Journaliste.

Cette rubrique le répète inlassablement, rien n’est innocent

C’est surtout vrai dans l’audiovisuel, dans le choix des sujets des journaux d’information et des intervenants. Ce sont toujours des usagers de la diversité qui sont choisis en cas de problème dans les gares ou sur la route. Mais c’est aussi vrai dans les programmes. Les séries françaises sont quasiment toutes de propagandes sociétales et les divertissements sous le signe de la discrimination positive. Il y a quelques jeux qui y échappent, allez savoir pourquoi ?

Dernier exemple en date de cette manipulation par l’abrutissement sectaire, Mennel Ibtissem. Oh qu’ils étaient contents les financiers et organisateurs de «The voice » ! Enfin une femme voilée pour porter positivement la voix des musulmanes de France, des femmes musulmanes discriminées injustement bien sûr, au top d’une émission populaire. Tellement contents d’en avoir une, qu’ils n’ont pas suffisamment vérifiés les antécédents de la candidate. C’est Facebook qui lui aura été fatal, ce réseau social où chacun fait une danse du ventre pour attirer l’attention.

«  Les vrais terroristes c’est le gouvernement ». Au lendemain de l’attentat de Nice, le 14 juillet 2016, Mennel Ibtissem, alors âgée de 22 ans – amatrice de prêches de Tariq Ramadan – se fend de «posts» radicaux et complotistes sur Facebook, laissant entendre que la version officielle du gouvernement français sur le terroriste tué sur la promenade des Anglais, Mohamed Lahouaiej Bouhlel, n’est peut-être pas la bonne. «C’est devenu une routine. Un attentat par semaine. Et toujours pour rester fidèle, le terroriste prend avec lui ses papiers d’identité. C’est vrai que quand on prépare un sale coup, on n’oublie surtout pas de prendre ses papiers», rugit la jeune femme, qui conçlut : «prenez-nous pour des cons» ! Il y a longtemps, sur ce dernier point, que c’est fait pour beaucoup, chère Ibtissem.

Elle a donc du renoncer. Mennel Ibtissem a annoncé qu’elle quittait l’émission, dans une vidéo postée sur sa page Facebook dans la soirée du jeudi 8 février. «En tant qu’artiste, chanteuse, j’ai participé à «The Voice» avec l’intention de rassembler, pas de diviser, d’ouvrir les esprits, pas de les assombrir», commence la jeune femme.« J’ai foi en l’humanité et en la bienveillance des gens, j’ai foi en un futur rempli d’amour, de paix et de tolérance. J’ai foi en mon pays, la France.» Ce n’est pas elle qui nous prend pour des cons ?

En tout cas elle a eu des soutiens dénonçant les raciste,s la fachoshère et la stigmatisation complotiste d’une » sœur ». Vous voyez bien, disent les islamistes, vous n’y arriverez jamais. Ils trouveront toujours quelques chose pour vous écarter. Quelque chose comme des horreurs sur le carnage de Nice par exemple ?

Mais Libération a une autre vision.  Résultat, après un week-end d’insultes par petit écran interposé : une France assommée de se découvrir ainsi divisée, polarisée, toujours exposée au risque de tomber dans les fractures communautaires attisées par les médias. «Mennel n’est plus une gamine française interprétant en arabe la chanson d’un chanteur juif, superbe symbole», s’insurge dans Libération un professeur de lycée, Saïd Benmouffok.  «Non, elle est désormais un agent de l’ennemi. Elle est le mal au visage d’ange. Elle est le paravent de l’islamisme, ce mot fourre-tout qui autorise la confusion entre un tweet imbécile et une complicité criminelle. Voilà comment certains pourfendeurs du complotisme sont eux-mêmes devenus des complotistes». Quel journal tout de même !

La réponse et venue non pas d’un Dupond la joie mais du boxeur Fabrice Quarteron. Un réquisitoire impitoyable contre le comportement de la jeune fille au nom des musulmans.

Elle est dépassée bien sûr par tout ça. Elle est coupable mais les responsables sont ceux qui l’ont choisi pour l’instrumentaliser et qui ont reçu leur fausse bonne idée comme un boomerang, en plein visage, voilé ou non.

  1. Robert41
    Robert4116 février 2018

    Buvons frais et restons calme ! – De quoi s’agit-il ? – D’une énième discrimination pour le coup négative. Tout ça parce que l’interdite a dit tout haut ce que certains pensent peut-être tout bas. La voilée a le sentiment que le terrorisme religieux est aussi d’État ? – A-t-elle raison ? On peut quand-même se poser la question sans être forcément un joyeux convaincu Monsieur le rédacteur ! Il suffit, oui je le dis encore, quand-même de comprendre que la politique étrangère de notre France moderniste …, n’a plus le choix de son indépendance. Elle est prise au piège de l’intérieur par l’implant communautaire en expansion et de l’extérieur par l’allégeance partiale à une panoplie belliqueuse. Il a suffit que les deux derniers présidents de la République, face coucou aux français, pour voir le résultat de leur politique commune. D’une part, une persistence à l’escalade d’ingérences, qui s’estime morale mais indubitablement insalubre puisque : – C’est pas la France, n’y personne d’autres, qui décident de la politique de ces pays agressés. Ils sont légitime de leur choix même si cela ne plaît pas à la tornade occidentale. D’autre part quels sont les pays en perpétuel conflit, depuis la fin de la seconde guerre mondiale ? Il serait peut être temps que la politique de la France devienne généraliste et non particulariste, qu’elle reprenne le sens des choses, qu’elle démontre et non qu’elle impose, quelle rassemble ceux qui la compose et non qu’elle entretienne une discorde forcément racialiste, parce trop de grenadine dans de l’eau donne une boisson imbuvable. Oui, on voudrait du sens à la politique française mais les pignoufs qui l’instruisent, salopent l’idée même de l’harmonie des diversités. Un peu de France et je serais moins dépeuplé !

Répondre