Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Damas et l’Europe : des contacts officieux

Alberto Manenti

Damas et l’Europe : des contacts officieux

Strategika51 ♦

Des pays européens tentent de réactiver l’ensemble des canaux de communications avec Damas pour négocier l’évacuation de certains de leurs agents piégés dans les localités de la Ghouta orientale.

L’Italie est le seul pays européen à avoir gardé un canal de communication ouvert avec Damas, grâce aux efforts et à l’intelligence d’ Alberto Manenti, Directeur de l’Agenzia Informazioni e Sicurezza Esterna (AISE). Ce dernier s’est rendu personnellement à Damas en 2016 peu de temps après une visite secrète du Chef des renseignements généraux syriens à Rome.

Ce fut le premier contact officieux entre Damas et une capitale européenne depuis la rupture unilatérale des relations diplomatiques avec la Syrie, initiée par la plupart des pays de l’Union européenne après le déclenchement de la guerre en Syrie en mars 2011. C’est donc vers l’Italie que se tournent à présent les capitales européennes dont les agents sont assiégées dans la Ghouta orientale.

C’est le général Ali Mamluk qui s’est chargé du dossier et des informations insistantes font état de son déplacement la semaine dernière à Rome à bord d’un jet italien privé pour discuter avec des émissaires d’Allemagne et d’Italie de questions relatives au terrorisme mais également celles en lien avec la reconstruction de la Syrie.

De tous les pays européens, c’est l’Italie, l’Espagne et à un moindre degré l’Allemagne qui sont privilégiés par Damas pour décrocher les contrats de reconstruction d’un pays ayant subi de gigantesques destructions dans ses infrastructures de base.

Source : Leblancetlenoir 

Illustration : Alberto Manenti, responsable italien de la sécurité extérieure ( équivalent de la DGSE).
  1. Robert41
    Robert411 mars 2018

    Qui va à la chasse perd sa place ! Nous allons perdre durement notre crédibilité historique et cet engagement politique de subalterne. La politique de Hollande-Fabius a été désastreuse pour la France libre et militairement comique avec nos rafales de redondances verbales de YAKA. Le maître de la place, c’est le souverain Poutine ; il a déployé intelligence et muscles sur ce damier syrien et c’est pas fini !

  2. Catalina
    Catalina6 mars 2018

    Les bombardements cruels de la Ghouta, comme naguère ceux dAlep Est, sont une réalité effrayante, mais il est non moins vrai que des « rebelles » islamistes, ceux qui « font du bon boulot », repliés dans la Ghouta bombardaient le centre de Damas, comme naguère ceux dAlep Est bombardaient Alep Ouest, faisant là aussi de nombreuses victimes (même si elles étaient beaucoup moins nombreuses). On ne peut écarter les témoignages au motif quils ne vont pas tous dans le même sens. On na pas beaucoup entendu non plus les grandes consciences lors des bombardements non moins cruels lors de la libération de Mossoul en Irak. On entend beaucoup moins les grandes consciences salarmer des bombardements sur Afrine par larmée turque contre les populations civiles réfugiées au nord de la Syrie et contre les militants kurdes appuyées par les troupes loyalistes de Bachar El Assad.

Répondre