Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Vatican, le « da homo code » et Jean-Marie en Gay frienly

Vatican Scandales

Vatican, le « da homo code » et Jean-Marie en Gay frienly

Michel Lhomme ♦
Philosophe, politologue.

Un escort aurait envoyé au Vatican un dossier de 1 200 pages impliquant 40 personnalités religieuses comme étant « activement gay ».

L’archevêque de Naples, Mgr Crescenzio Sepe, a compilé le document basé sur les conclusions du jeune prostitué. Le jeune homme aurait eu des rapports sexuels avec plusieurs des 40 prêtres travaillant au sein de l’Église catholique en Italie. Le fichier contient des journaux de messages émanant de WhatsApp, Facebook, Grindr et Telegram qui auraient été partagés entre 34 prêtres et six séminaristes et des travailleurs du sexe masculin. Des photographies explicites ont également été incluses dans le document.

L’expéditeur du dossier, Francesco Mangiacapra, un avocat qui est aussi un travailleur du sexe italien, indique avoir agi, agacé par l’hypocrisie de l’Église catholique. Le dossier avait d’abord été remis à l’archidiocèse de Naples, qui l’a ensuite transmis au Vatican. Dans un communiqué, le cardinal Crescenzio Sepe a déclaré qu’il avait décidé de transmettre les allégations contenues dans le dossier au Vatican, car aucun des prêtres cités ne ressortissait de son diocèse. Le prélat souligne « la gravité des cas pour lesquels ceux qui se sont trompés doivent payer le prix, et être aidés à se repentir pour le mal fait ».

Aucun des 34 prêtres ou des six séminaristes n’est accusé d’avoir eu des relations sexuelles avec des mineurs. « Nous parlons de péchés, pas de crimes », a déclaré l’escort. Francesco Mangiacapra n’en est pas à sa première dénonciation. Il a déjà mis en cause le Père Luca Morini pour avoir dépensé des milliers d’euros collectés auprès de paroissiens en payant des prostitués masculins pour organiser des fêtes, leur acheter de la drogue et des alcools, louer des hôtels et réserver des restaurants.  Le religieux  sera jugé prochainement. L’année dernière, la découverte d’une orgie gay dans l’appartement d’un cardinal avait aussi fait scandale.

Jean-Marie en Gay frienly

La semaine dernière, en plus de ses Mémoires qui cartonnent Jean-Marie Le Pen a surpris tout son monde en accordant un entretien à la revue gay Friendly dans son édition de mars-avril, une interview « choc et gay » a titré le bimestriel qui revendique 15 000 lecteurs.

A la question de savoir s’il est homophobe, Jean-Maris Le Pen répond: « Non, pas du tout. D’ailleurs, la plupart de mes collaborateurs sont homosexuels. Dans le fond, c’est leur problème personnel, c’est un élément de leur personnalité, c’est leur choix intime que je respecte ». Un choix qui lui plaît ou qui lui déplaît ? A cette question, il répond, citant des propos qu’il aurait déjà tenus « il y a quelques années »: « A partir du moment où les homosexuels ne mettent pas leurs mains dans ma braguette ou dans celle de mes petits-enfants, et qu’ils ne se promènent pas avec une plume dans le cul sur les Champs-Elysées, ça m’est égal. ».

Listant des personnalités homosexuelles qu’il a fréquentées -notamment Michou au cabaret duquel il a passé la soirée du 3 février- Jean-Marie Le Pen assure faire « bien la différence entre les homosexuels et les “homosexualistes” qui sont ceux qui transforment leur choix sexuel personnel en idéologie politique ».

Éternel dilemme de l’homosexualité de tradition : être homo mais pas gay, au Vatican dans l’armée ou ailleurs. Une autre forme peut-être de l’éthique de la tenue que les évêques italiens avaient sans doute théologiquement oubliée dans leur délire moderniste.

  1. LHOMME
    LHOMME11 mars 2018

    A noter qu’après les gays, un vent de révolte féministe souffle sur le Vatican puisque des religieuses dénoncent leur place au sein de l’Eglise catholique, et pour cause, elles seraient bien souvent cantonnées aux tâches domestiques et placées au service des prélats à en croire une enquête de l’Osservatore Romano, journal officiel du Vatican. «Elles se lèvent aux aurores pour préparer le petit-déjeuner et se couchent une fois que le dîner a été servi, la maison remise en ordre, le linge blanchi et repassé», peut-on lire dans cet article. Pour les tâches de domestique, la rémunération est «aléatoire, très modeste, ou inexistante» et en plus, les pauvres, elles ne peuvent pas participer aux partouzes parce qu’elles sont d’un autre genre. Ave Maria Gloria in excelsis Deo… ML

Répondre