Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

La France de demain?  Un rapport de Gilles Clavreul

Gilles Clavreul Bandeau

La France de demain?  Un rapport de Gilles Clavreul

Michel Lhomme ♦
Philosophe, politologue.

Chargé par le ministère de l’intérieur de rédiger un rapport sur la laïcité, Gilles Clavreul a rendu sa copie. Il constate (et regrette) une affirmation identitaire qui «progresse dans certains territoires».

Gilles Clavreul

Pour élaborer cet écrit de 42 pages, Gilles Clavreul s’est déplacé entre le 22 octobre et le 15 janvier dans des départements à «dominante urbaine». Plusieurs points alarmants sont évoqués dans ce document, révélé par Le Figaro. Ainsi, pour Gilles Clavreul, «l’affirmation identitaire progresse dans certains territoires, rendant difficile la pédagogie de la laïcité et le partage des valeurs républicaines». Parmi les territoires concernés, le rapport cible des agglomérations – Lille, Maubeuge, Toulouse, Marseille, Lyon, certaines communes des Yvelines – qui présentent «des phénomènes de radicalisation anciens avec un communautarisme fort et un prosélytisme religieux virulent». Il ajoute que «les manifestations d’affirmation identitaire inspirées par la religion se multiplient et se diversifient et qu’elles sont le fait, dans la grande majorité des cas, d’un islam rigoriste voire radical, mais concernent également catholiques intégristes, mouvements évangéliques et juifs orthodoxes», concession faite aux « trois points ».

En outre, l’ancien délégué interministériel dit «résumer un constat quasi général : dans les lieux où la population de confession musulmane est présente, parfois de façon très majoritaire, le rapport à la République se tend sous l’effet d’une foi de plus en plus ouvertement revendiquée». Il évoque notamment la «radicalisation dans les enceintes sportives», ou encore des parents qui «exigent le voilement de leur fille».

Face à cette situation, Gilles Clavreul formule 15 recommandations

Parmi les plus fortes, il souhaite que l’État forme tous ses agents à la laïcité d’ici à 2020 et  cartographier les «situations problématiques». Par ailleurs, il conseille de placer auprès des préfets de région un «comité de veille de la laïcité et de la citoyenneté» chargée de rendre des avis et de formuler des propositions pour «aider à la résolution des conflits».

D’autre part, Gilles Clavreul souhaite renforcer «les exigences de formation à la laïcité» pour les candidats du brevet d’aptitude à la fonction d’animateur (Bafa) et au brevet d’aptitude à la fonction de directeur (BAFD).

Engagé, Gilles Clavreul n’est pas n’importe quel préfet.  C’est un engagé, co-fondateur du Printemps républicain, mouvement de défense et de promotion des valeurs républicaines. De gauche, en 2017, durant les primaires socialistes, il avait annoncé son soutien à l’ancien premier ministre Manuel Valls.

En réalité, ce qu’a révélé surtout ce rapport c’est que dorénavant, tous les territoires sont touchés et paraissent comme perdus. Un rap musulman, contraire d’ailleurs à la charia, est en train de faire des ravages dans les cités avec l’appui des maisons de production musicale.

Cette année, le ramadan tombera durant la période du baccalauréat. On ne pensera qu’à cela, on ne parlera que de cela : comment passer un examen en jeûnant ?

  1. P.A.
    P.A.27 mars 2018

    Former à la laïcité ne veut rien dire. La laïcité n’est pas une science, une matière. “Former à la laïcité” ne peut être que propagande, conditionnement. La laïcité est un fantasme consistant à se persuader que des fanatiques vont s’accepter. Il s’agit de continuer à détruire l’occident, libaniser les territoires, pour l’hégémonie anglo-saxone.

  2. Robert41
    Robert4131 mars 2018

    Excellente réponse, d’autant que ce haut-fonctionnaire est assujetti à ces nantis de la gauche ultra-libérale avec un certain Valls par exemple. Cet expert du vivre ensemble me donne le sentiment, qu’il est plus le flic de la pensée unique que l’homme vertueux de toutes compromissions. On ne peut être dans l’arbitraire politique avec un certain Valls et nous la jouer ensuite laïcard d’exercice. Être laïc, c’est un état d’esprit et non un réglement comportemental. N’oublions jamais que cette hyper-classe d’argent est responsable de cette discorde entre communautés d’ajustement. C’est bien elle qui a joué avec le feu de la division (un coup pro palestinien et un autre coup pro-israélien). Ce sont bien ces faiseurs de divisions qui ont fabriqué cette discorde sociale sanglante et cet envahissement culturel de peuplement. Cet entre-soi politique est responsable, d’avoir dénaturé les droits fondamentaux de l’universalité de l’Homme. Il a appliqué une dérive scélérate électorale pour aboutir aujourd’hui à une forme privative des droits de l’Homme. Ce n’est plus la nature révolutionnaire des droits de l’Homme des origines qui fait corps mais celui d’une exacerbation intolérante qui active le communautarisme de minorités, avec en plus l’idée d’une graduation d’un sur-droits victimaire. Une dictature victimaire dirait AdB ; tout cela pour tenir la masse, dans la peur, dans le chantage, la censure, la condamnation civile et judiciaire, à des fins de Juge et Parti. Plus de deux cents après l’idée d’une universalité de l’Homme, nous sommes dans l’horreur d’un monde pyramidale inégalitaire, avec ceux que l’on peut désigner et ceux que l’on ne peut plus nommer.

Répondre