Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Mayotte a un nouveau préfet, Dominique Sorain, en remplacement de Frédéric Veau

Dominique Sorain 1 1

Mayotte a un nouveau préfet, Dominique Sorain, en remplacement de Frédéric Veau

Michel Lhomme ♦
Philosophe, politologue.

Mise à jour ce 28 mars à 18h *

A Mayotte, les reconduites à la frontière sont interrompues faute de place en rétention administrative suite à la décision du gouvernement de l’Union des Comores, de refuser les reconduites à la frontière des Comoriens en situation irrégulière. Ainsi et dans le caractère le plus ubuesque possible, les interpellations massives d’étrangers se sont  interrompues.

Un rassemblement pour Mayotte s’est tenu à Moroni, capitale des Comores où  une délégation saoudienne, officiellement religieuse est arrivée. Les manifestants ont dit « non à la stigmatisation des Comoriens dans la crise à Mayotte » « non aux exactions contre les Comoriens ».
La présidente de la plate-forme Femmes en politique, Fatuma Eliyas, n’y est pas allée, de main morte écrit de fait Al Watwan, quotidien comorien. Elle a blâmé la politique française à Mayotte, en dressant un tableau chaotique du département français le plus pauvre. « Mayotte rend l’image d’un pays sous-développé où flotte le drapeau bleu-blanc-rouge » a-t-elle précisé.

Mickaël Mancée, le leader charismatique de l’association des Grands frères de la Guyane, dans une vidéoconférence, interrogé sur la pertinence de paralyser l’île, cinq semaines après le début de la grève générale, indique : « Barrer un temps pour alerter les autorités, leur montrer notre mécontentement, je ne suis pas contre. Maintenant, quand ça dure trop longtemps, les seuls qui sont punis, c’est nous-mêmes ». Cela sent son service commandé depuis qu’il a rejoint les élus politiques de la collectivité. Pour notre part, nous pensions que les barrages auraient été levés après le second tour mais le divorce consommé avec les élus l’a empêché.

La nomination du délégué Mayotte devrait débloquer l’affaire mais dans tous les cas, l’île devra être débloquée le 4 avril . Pourquoi ?

Un article constitutionnel interdit de bloquer les routes et la circulation plus de 45 jours durant. Passé ces 45 jours, c’est l’armée et non la police et le préfet qui prennent en charge les affaires. En Guyane, en Guadeloupe lors du mouvement social de Domota, dans la première crise mahoraise de 2011, les barrages ont tous tenus 44 jours ou 44 jours et demi. Les syndicalistes connaissent tous cette règle. La transgresser serait une première dans la cinquième république. Ils ne se risqueront pas au jeu : les élections se sont pour Paris déroulées normalement et il n’y a pas eu de boycott des élections législatives contrairement à ce qui avait été, par exemple, annoncée. Mayotte ne fera pas une première.

En fait avec la crise mahoraise, le gouvernement se retrouve clairement avec deux problèmes importants sur les bras dans l’Océan Indien: le développement économique et social de l’île et les relations diplomatiques avec les Comores. Les représentants de l’État sur l’île n’ont pas su mesurer  la crise sécuritaire des établissements scolaires, cause première du déclenchement du conflit.

A noter l’émission « L’info du vrai » animé par Yves Calvi avec Yasmina Aouny sur le plateau  proposé lundi 26 mars sur Canal+ à 18h50 une édition spéciale « Mayotte : un drame français », émission qui restera en ligne quelques jours.

* URGENT : le 28 mars à 18 h: Le gouvernement a nommé ce jour, un nouveau préfet à Mayotte, Dominique Sorain, en remplacement de Frédéric Veau, a annoncé la ministre des outre-mer, Annick Girardin.
Jusqu’alors directeur de cabinet de la ministre des outre-mer, M. Sorain, nommé également « délégué du gouvernement », sera « accompagné d’une équipe interministérielle qui viendra renforcer les services de l’Etat sur place », a détaillé la ministre. Autour du délégué, « l’équipe interministérielle sera en lien direct avec élus, acteurs du mouvement social, société civile et présentera, dans un délai d’un mois, un train de mesures sociales et économiques en faveur du développement et du redressement de Mayotte », a-t-elle précisé. La rédaction.

 

 

 

Répondre