Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Hongrie : l’arrêt à l’islamisation migratoire plébiscité. L’Europe une fois de plus protégée par l’Autriche-Hongrie

Viktor Orban

Hongrie : l’arrêt à l’islamisation migratoire plébiscité. L’Europe une fois de plus protégée par l’Autriche-Hongrie

Jean Bonnevey ♦
Journaliste.

Viktor Orban n’a jamais fait mieux. Il est conforté. C’est le triomphe de l’anti-Merkel et du défenseur proclamé de l’Europe des Européens face à la submersion islamiste. Il a bénéficié d’une mobilisation plus grande des électeurs hongrois. Car depuis 2002, jamais les Hongrois, qui d’ordinaire sont peu enclins à se précipiter dans l’isoloir, n’auront été aussi nombreux à se déplacer pour voter. Le taux de participation, à 69,41 %, a fait un bond de sept points par rapport au scrutin de 2014.

On remarquera que nos médias, avant les résultats, avaient analysés cette mobilisation comme le signe d’un sursaut des démocrates contre le méchant xénophobe. Le Figaro grâce à un envoyé spécial particulièrement inspiré titrait même au lendemain du vote sans attendre les résultats «Orban perd de sa superbe ».
!
Et dire que certains lecteurs croient que Le Figaro est à droite. Non ! Il est du centre le plus mou qui soit et mondialiste compatible bien sûr par nécessité financière. Il participe à la désinformation volontaire des Français et de ses lecteurs. Il le fait, comme le titre sur la Hongrie le prouve en tentant comme les autres gros médias aux ordres, d’imposer une réalité réinventé qui est bien pire que la Fake news.

Mais la vérité est ailleurs.

Le Premier ministre hongrois va  pouvoir bénéficier d’un troisième mandat consécutif, lui laissant toute latitude pour amplifier la centralisation des pouvoirs et poursuivre ses passes d’armes avec l’Union Européenne. Le succès du Premier ministre le plus controversé d’Europe est sans appel : sur la quasi-totalité des bulletins dépouillés et avec une forte mobilisation des électeurs, le parti Fidesz obtient 48,8 % des voix, avec près de trente points d’avance sur le Jobbik, formation d’extrême droite. C’est l’Autriche en pire donc pour l’idéologie médiatique.

C’est une autre Europe qui se rêve en orange aux couleurs d’Orban.

Lui qui a érigé dès 2015 des centaines de kilomètres de clôture barbelée pour bloquer les réfugiés qu’il assimile à des « terroristes » en puissance, s’estime conforté par le durcissement perceptible de la politique migratoire de plusieurs capitales européennes. Déjà allié avec plusieurs pays d’Europe centrale – dont la Pologne – dans sa croisade souverainiste, il a affirmé vouloir travailler avec l’Italie et l’Autriche à une alliance de pays hostiles à l’immigration musulmane.

Orban, de plus, a bien ciblé l’ennemi principal, la collaboration mondialiste qui favorise l immigration pour ses intérêts financiers. Un nouveau paquet de mesures, prévu pour l’après-législatives et baptisé « Stop Soros », envisage de taxer les ONG “qui soutiennent l’immigration”. De quoi “écrire l’histoire”, selon Zoltan Kovacs, le porte-parole du gouvernement, car le Fidesz devient ainsi le premier parti en Hongrie à gagner des élections trois fois de suite, depuis le début de la transition démocratique.

L’Europe des Européens a trouvé son champion au cœur de l’Europe, cette Hongrie et cette Autriche qui nous ont sauvé des Turcs et qui pourraient faire de même face à une immigration de peuplement.

Quoi de neuf en Europe : l’Autriche – Hongrie bien sûr !

Illustration : Viktor Orban

Répondre