Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Ils seront 56…56 criminels français

56 Tome 2 Mensonges Et Crimes Detat

Ils seront 56…56 criminels français

CULTURE EN BREF : Nous renvoyons ici aux deux tomes du livre 56 du journaliste d’investigation Jean-Loup Isambert.

Le livre porte sur l’histoire parallèle de l’État français et de la guerre en Syrie. Dans le tome 1, l’auteur avait analysé les réseaux djihadistes et leurs histoires et comment on pouvait retrouver leurs traces jusqu’aux plus hauts sommets de l’État français. Le second tome s’attaque à la légalité de ce qui s’est passé puisque le droit international a été bafoué par les puissances occidentales et que cette guerre en Syrie, après celle de Libye, aura été le sommet de ces forfaitures.

Jean-Loup Izambert expose dans le tome 2  les éléments factuels qui démontrent que ces deux guerres ont été planifiées. Il nous redessine le cadre historique et juridique du passage de l’engagement français en Syrie et comment les derniers présidents auront transformé la France en un État voyou, complice de crimes de guerre. Une longue interview d’Alain Chouet, ancien officier, donne du corps à cette première partie, décrivant de l’intérieur comment fonctionne cette machine. La France n’est pas seule dans cette galère. Un rapport transmis à l’ONU «  Crimes de guerre commis contre le peuple syrien » met six pays en accusation : les États-Unis ; la Turquie ; le Qatar ; l’Arabie Saoudite, Israël et la France, oubliant au passage nos amis britanniques basés en Jordanie et avec lesquels nous travaillons main dans la main.

Depuis, deux pays ont plus ou moins changé de camp, le Qatar et la Turquie. Le titre du livre tire son nom du décompte minutieux des principaux dirigeants français qui ont participé  à cette folie à savoir cinquante-six personnes dont deux présidents, Nicolas Sarkozy et François Hollande, deux ministres des Affaires étrangères, Alain Juppé et Laurent Fabius. Suivent des ministres de l’Intérieur, de la Défense, de la Justice, des directeurs de la police et des services secrets et d’autres hauts fonctionnaires qui ont tous eu la possibilité de démissionner mais qui ont choisi de rester et de participer pendant parfois des années à ces macabres manipulations.

Comme le premier tome, ce livre est très bien sourcé et Jean-Loup Izambert a fait un gros travail de vulgarisation et de synthèse pour appuyer son propos. Il évoque aussi longuement les conséquences à venir en France et en Europe de ces jeux de guerre au Moyen-Orient, le terrorisme hybride, les réfugiés de Daech convertis en loup solitaires prêts à tuer.Michel Lhomme.

Jean-Loup IZAMBERT, 56 – Tome 2 : Mensonges et crimes d’État , IS éditions.

Répondre