Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Trop pour les banlieues ?

Banlieue Nord P1190008

Trop pour les banlieues ?

Pierre Le Vigan ♦
Urbaniste et essayiste.

Dépense-t-on trop pour les banlieues ? Le nouveau plan Borloo suscite les critiques ou le scepticisme. Pour certains, on finance le multiculturalisme, pour d’autres on finance la défrancisation.

Si on pense qu’à coup d’argent, on va résoudre les problèmes posés par l’immigration, très présente en banlieue mais guère plus que dans toutes les grandes villes, on se trompe. Si on pense que la crise d’identité se résoudra par des financements supplémentaires, on va dans le mur. L’identité, pas plus que l’école, n’est d’abord principalement une question de moyens.

Quand j’étais enfant, mon école primaire, rue Escudier à Boulogne-Billancourt, était, vers 1963-66, très modeste et mal chauffée. On y travaillait pourtant très bien et on y apprenait quelque chose. Mais si un nouveau plan banlieue ne résoudra pas des problèmes qui relèvent de la politique d’immigration et de la politique de sécurité publique, dépense-t-on trop et pour rien pour « la banlieue », en d’autres termes, pour ses habitants ?

« Nous sommes la première civilisation à s’être ruinée pour financer son propre anéantissement », dit Finkielkraut. Mais quel rapport avec la banlieue ? C’est l’immigration qui coûte cher à la collectivité et constitue l’armée de réserve du capital. C’est l’ouverture aux flux migratoires voulue par nos gouvernants et par l’Union européenne qui consister à privatiser les bénéfices (faire baisser le coût de la main d’œuvre) et à socialiser les coûts sociaux, sociétaux, culturels et identitaires reportés sur le peuple de France, y compris les immigrés qui avaient commencé à s’intégrer et qui sont déstabilisés par une immigration sans cesse renouvelée. Ce qu’il faut incriminer, c’est la politique consistant à tolérer l’entrée d’une masse de clandestins en en expulsant de temps en temps seulement une petite minorité, clandestins que l’on trouve bien souvent dans les cuisines des bons restaurants ou chez les sous-traitants de gros chantiers, et que l’Etat finit vite par régulariser car le capitalisme a besoin de cette main d’œuvre fragile, sans tradition syndicale, et flexible. Si on ne dit pas cela, on dénonce l’effet sans dénoncer la cause, et c’est ce que font la plupart des néo-conservateurs français.

Et l’argent de la politique de la ville ? Parlons-en.

La politique de la ville représente quelque 500 millions par an. C’est 1/1000e des dépenses de l’Etat (qui sont de 500 milliards par an). Et cela dans un pays dont le PIB est de 2200 milliards. Et dans la durée ? Sur 23 ans, de 1989 à 2012, la politique de la ville incluant la rénovation urbaine a coûté 90 milliards. Cela fait en moyenne 3,9 milliards par an : 0,18 % du PIB. A comparer aux 140 milliards/an du budget de l’éducation nationale : 6% du PIB. Ce n’est pas grand chose non plus comparé aux 41 milliards d’allègement de charges pour les entreprises en 2017. Dépenser moins de 4 milliards par an pour une population vivant dans un cadre de vie souvent dégradé, ou mal conçu dés le départ, souvent loin des transports, des emplois, voire des commerces, est-ce trop ?

Car justement, c’est une des grandes questions : qui est concerné par cette politique ? Les simples habitants des quartiers de grands ensembles, qui ne sont pas toute la banlieue, sont quelque 6 millions. Soit 10 % de la population française. En région parisienne (« aire urbaine de Paris » en termes technocratiques), sur 14 millions d’habitants, 12 millions vivent hors Paris intra « périph », c’est-à-dire pour la plupart en banlieue. Il n’est pas absurde de dépenser pour améliorer leurs transports, éclairage public, etc.

Il y a dans ces quartiers des gens qui travaillent, de toute origine, et même des enfants qui apprennent, et aussi, du reste, des Français de souche. Ayant vécu plusieurs décennies dans des HLM de Seine Saint Denis et du Val de Marne, je peux en témoigner. Croit-on qu’il n’y a plus un seul français de souche en banlieue ? En fonction des quartiers, de 40 à 80 % des habitants (comme le rappelle X. Raufer) sont issus de l’immigration. Que fait-on ? On laisse tomber nos compatriotes de banlieue ? On abandonne les travailleurs, immigrés ou pas, de banlieue au racket de bandes de « jeunes », au pillage des véhicules de chantier des artisans ?

Quant au précédent plan Borloo de 2003-2012, il a surtout permis de lourdes rénovations urbaines qui ont été une aubaine pour les grands groupes du bâtiment. Si, pour le coup, on raisonnait – ce qui serait réducteur – en simple comptable, comme ceux qui mettent en avant le coût « exorbitant » de la politique de la ville, il faudrait inclure dans le bilan l’impact positif sur la croissance de ces travaux.

La vraie question est donc ailleurs. Le « mille-feuille administratif » de la politique de la ville (Xavier Raufer) doit être évidemment simplifié. Le terme même de politique de la ville est trompeur. Il faut tout simplement dire que les banlieusards ont droit comme chacun à la qualité urbaine, à la sécurité, aux transports, et à ne pas vivre dans des ghettos, ni dans des « territoires perdus », tenus par des bandes de délinquants.

Les subventions aux associations doivent être strictement contrôlées pour ne pas constituer une pompe aspirante de l’immigration. Et surtout, répétons-le, les dépenses pour les banlieues doivent intégrer un des premiers besoins des habitants, c’est-à-dire la sécurité. Il faut ainsi en finir avec le laxisme et la peur des « bavures » dans des quartiers où la « bavure » est quotidienne et consiste dans la présence de bandes de racailles, trafiquants, avec parfois une continuité de parcours ou des complicités avec des djihadistes. Il faut bien entendu aussi refuser toute « discrimination positive » entretenant une logique victimaire.

En d’autres termes, il faut faire du social si on entend par social par exemple du soutien scolaire, mais il faut aussi faire du répressif et remettre les banlieues dans le droit commun de notre pays, et c’est la condition même du social.

Derniers ouvrages parus de l’auteur :

Métamorphoses de la ville. De Romulus à Le Corbusier, éditeur : La barque d’or, diffusion amazon.fr
Face à l’addiction,  : éditeur La barque d’or, diffusion amazon.fr

  1. Juilien
    Juilien7 mai 2018

    https://ripostelaique.com/enfin-robert-menard-a-ose-le-probleme-cest-lislam.html/comment-page-1#comments
    Le maire de Béziers cloue au pilori le plan Borloo, et démontre, à travers son témoignage de terrain, qu’il tape à côté de la plaque. Il évoque un quartier démoli, et reconstruit de constructions plus petites, et montre que c’est malgré tout devenu encore un pire ghetto. Et il conclut que la question n’est pas l’urbanisme, mais que « le problème, c’est l’islam ». Bravo Robert, même ce courage lui vaudra d’être qualifié de « raciste » par le gros bourgeois soixante-huitard Goupil !

  2. MANUEL
    MANUEL7 mai 2018

    Si l’islam et l’immigration sont loin de résumer la question des banlieues, ils en sont néanmoins le cœur. La nécessité de concordat à l’égard de la religion musulmane en France formerait un cinquième chantier. Il faudrait également avoir suffisamment d’estomac pour tenir un langage de clarté et d’exigence à l’égard de l’Islam de France à la mode de ce que Bonaparte avait su faire avec le judaïsme. A cet égard, l’entretien que Jean-Louis Borloo a accordé au Monde est un morceau d’anthologie du politiquement correct : pas un mot sur l’islamisation des quartiers ou l’immigration en deux pages d’entretien !

    Si le Grand remplacement n’existe pas, les banlieues révèlent bel et bien que des petits remplacements localisés sont en cours. Il est essentiel de stopper ce mécanisme infernal avant qu’il ne soit trop tard. Pour cela, déracialisons la question migratoire. Comme l’illustrent la Guyane ou les banlieues, les Français de toutes origines veulent limiter drastiquement les flux humains entrants.

    Ayons donc le courage de raccompagner massivement chez eux, c’est-à-dire par centaines de milliers les irréguliers. Ayons aussi l’audace de suspendre le regroupement familial.

    Lorsque Borloo évoque le risque d’une fracture, il se trompe, la fracture est là. Si nous n’agissons pas promptement pour la refermer, il faudra un jour amputer. Comme disait Bernanos, les optimistes n’ont pas pitié des hommes.

Répondre