Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Mamoudou Gassama, récupéré par les médias. Le sophisme au pouvoir

Mamoudou Gassama

Mamoudou Gassama, récupéré par les médias. Le sophisme au pouvoir

Jean Ansar ♦
Journaliste.

L’idéologie médiatique présente régulièrement une sélection d’immigrés et migrants émouvants ou admirables. Cette fois, ils ont leur héros. Certes Mamoudou Gassama en est un. Il n’a pas réalisé les risques, mais il a eu un réflexe formidable en sauvant un petit enfant suspendu à un balcon pour cause de négligence parentale.

Gassama est un clandestin, il a été épatant, donc les clandestins et migrants sont épatants. C’est le sophisme qui est l’un des points récurrents de l’idéologie médiatique. Bien sûr qu’il y a amalgame et récupération et donc on jure le contraire. Tous les amalgames et toutes les récupérations ne seraient donc pas mauvais.

Que l’on régularise Mamoudou ne choquerait personne. Que l’on s’en serve pour en régulariser des centaines de milliers qui n’ont sauvé personne est une autre affaire. Les médias choisissent leurs migrants. Jamais ils ne montrent un clandestin violeur ni ne font de ces cas plus nombreux des généralités, la bien sûr pas d’amalgame.

On est unanime pour saluer le geste, pas pour l’interpréter politiquement en faveur de l’immigration clandestine, car c’est de cela qu’il s’agit hélas.
Peu après les faits, le père de l’enfant, né en 1981 et sans antécédent judiciaire, a été placé en garde à vue pour avoir laissé son enfant sans surveillance, selon une source judiciaire. Il devait être déféré au tribunal de Paris. Sa mère n’était pas à Paris au moment des faits.

La couverture médiatique de cet acte montre bien que l’on veut nous imposer les clandestins et culpabiliser nos réticences. Les réactions politiques sont à la hauteur des arrières pensées.

Ceux qui n’aiment pas les migrants sont en fait responsable de non assistance à personne en danger. Nous sommes bien dans la république des sophismes et ils sont nombreux ceux qui préfèrent, au fond d’eux même, l’adulation de Mamoudou aux hommages au colonel Beltrame.
Le geste du malien va dans le sens du pays qu’ils veulent nous imposer.

Le président l’a immédiatement reçu en direct devant toutes les caméras des chaines de déformation continue, après les communiqués de madame Hidalgo.

Le “héros” n’y est pour rien et les flagorneries orientées ne retirent rien à la beauté de son geste. Il s’agit simplement de ne pas être dupe de l’admiration médiatique qui est tout sauf innocente.

  1. Olivier DEVALEZ
    Olivier DEVALEZ29 mai 2018

    Dommage qu’il n’y ait pas un gars avec un portable lors des interventions quotidiennes des sapeurs pompiers français. Ou que ça n’intéresse personne…

  2. Robert41
    Robert4130 mai 2018

    Il faut le voir pour le croire et effectivement nous avons vu celui qui se nomme Mamoudou, escalader prestement une façade d’immeuble pour récupérer un garçonnet en péril. L’acte de ce jeune malien est remarquable et il mérite indubitablement d’être honoré pour cet acte de bravoure exceptionnel. Une fois cela dit, des questions affluent : – Comment se fait-il que l’occupant de l’appartement proche de l’enfant n’est pas eu l’initiative de saisir celui-ci qui était à sa portée ou tout au moins enjamber la rambarde et décrocher l’enfant ? – Il a fallu que Mamoudou arrive au point d’ancrage, pour que l’occupant de l’appartement tente un geste ridicule du bras vers l’enfant, bien vite soustrait par le bras arracheur du sauveur. Comment se fait-il que madame Hidalgo n’est pas prise une mesure sécuritaire sur les espaces balconnés ? Comme pour les périmètres des piscines, ces lieux sont dangereux pour les enfants, de surcroît sans surveillance comme ce fût le cas. Il suffit d’implanter une grille amovible sur la rambarde pour éviter toutes intrusions intérieures et même extérieures … Enfin, le plus dégueulasse dans son traitement honorifique et non dans l’exploit commis, cette litanie sui generis pernicieuse usée et abusée par le couple politico-merdiatique. Toujours opportuniste pour interpréter un fait social, une vérité, une raison, une logique, une opinion. Oui on les a vus ces curés-experts ressortir des tiroirs fonctionnarisés pour miéller l’exploit d’un migrant disent-ils ? Disons tout simplement d’un homme courageux ; tout comme au Mali lointain, des hommes qui ne sont pas de ce pays, déploient leur courage et leur bravoure pour protéger des êtres en péril … A chacun sa morale !

Répondre