Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Pour les médias il y a T-shirt et T Shirt. La preuve : Mélanie Trump et Kiddy Smile

Melanie Kiddy

Pour les médias il y a T-shirt et T Shirt. La preuve : Mélanie Trump et Kiddy Smile

Jean Ansar ♦
Journaliste.

Vous ne connaissez pas Kiddy Smile, moi non plus, rassurez vous, c’est pas grave. Mais grâce à son T-shirt porté fièrement à l’Élysée pour la fête de la “zizique qui fait du bruit”, on sait maintenant qu’il est “fils d’immigré, noir, et pédé”.  Carton plein dans les médias par les temps qui courent. Alors qu’il doit penser que c’est toujours un lourd handicap, c’est jeune et ça ne sait pas.

On sait aussi que la présidence verticale et monarchique d’Émmanuel Macron n’impose pas une tenue correcte dans les jardins de l’Elysée. Finalement le T- Shirt porté par la femme du président américain est une excellente réponse à la provocation du rappeur d’état. «On s’en fiche ».
Mais ce n’est pas de cela qu’il s’agit bien sûr et l’on a bien compris que la revendication de l’indifférence était une porte ouverte sur le fascisme et le racisme.

La veste portée le jeudi 21 juin par la première dame des États-Unis lors d’une visite à la frontière avec le Mexique, et notamment dans un centre accueillant les enfants migrants, a suscité l’horreur médiatique comme tout ce qui touche à Donald Trump.

Melania Trump s’est envolée pour McAllen, au Texas, vêtue d’une veste kaki de la marque Zara, avec ce message écrit sur le dos: «I really don’t care, do u ? » (« Je m’en fiche complètement, et vous ? »). Un message jugé ambigu après le tollé suscité par les récentes séparations de familles à la frontière entre le Mexique et les taÉts-Unis liées à la politique de ” tolérance zéro” appliquée par son mari Donald Trump.

Selon des proches de la Maison blanche, le message n’était pas pour les clandestins et les enfants dont elle a pris la défense (mais qui le rappelle), mais pour les médias. Si c’est le message, il devrait faire un tabac partout et assurer encore plus la fortune de la marque Zara… on n’aurait rien fait de mieux depuis le «je ne regrette rien» de nos paras putschistes de la môme Piaf. Vivement le modèle pour hommes !

Mais Kiddy bien sur c’est autre chose

« Fils d’immigrés, noir et pédé, avec la loi Asile Immigration je n’existerai pas». Ni la France ni la musique ne l’auraient supporté!
Si Macron qui l’a tout de même invité à venir faire sa “provoc” n’a pas tout compris, il l’explique sur les réseaux sociaux à celui qui se veut plus président que Manu.

« Je sais ce que représente l’Élysée en terme d’oppression et d’histoire pour QPOC / POC (queer people of color) et la communauté LGBTQIA+ ainsi que la répression des migrants mais je crois fermement au high jacking du pouvoir en place de l’intérieur et à la création du discours là où il n’y en a plus/pas: cette invitation à mixer dans la demeure temporaire de Macron se présente à moi comme une opportunité de pouvoir faire passer mes messages: moi fils d’immigrés, noir, pédé, va pouvoir aller au cœur du système et provoquer du discours de par ma présence...” De par ma présence fichtre !

Manu ou le président, aurait pu venir lui faire la leçon au nom du respect sinon de la fonction au moins du site. Il est vrai que c’est plus dur de s’en prendre à un fils d’immigré, noir pédé qu’à un petit blanc anonyme même grossier et gauchiste présumé.

Il pourra se rattraper si un jour un chanteur ou une chanteuse arbore un t- shirt- “je suis de souche, blanche et hétérosexuelle”. Quelle Horreur.
Pas de soucis, Manu ne leur ouvrira pas les jardins du président.

Répondre