Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

« Le nouveau désordre mondial »

Trump Sanctions

« Le nouveau désordre mondial »

Thierry Godefridi ♦

Dans le Financial Times du week-end, Gideon Rachman qualifiait d’« unilatéralisme agressif », la décision de Donald Trump de faire cavalier seul et de retirer les États-Unis de l’accord multilatéral avec l’Iran visant à en restreindre les ambitions nucléaires en échange d’un retour dans le système économique mondial. « L’Amérique peut-elle se permettre de régenter les affaires du monde sans l’appui d’alliés ? », s’interrogeait le spécialiste ès affaires étrangères du grand quotidien d’affaires dans son article intitulé « Le nouveau désordre mondial ».

L’exercice unilatéral de la puissance des É-Unis est une idée chère à John Bolton, promu le mois dernier au poste de conseiller à la sécurité nationale des Etats-Unis, lequel, rappelait le journaliste, avait estimé en 2000 que la présence d’un seul membre permanent au Conseil de Sécurité de l’ONU refléterait mieux le rapport des forces au niveau de la planète…

Donald Trump prit sa décision concernant l’Iran en balayant les objections de la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne, toutes les trois économiquement engagées dans ce pays. Cette décision unilatérale du président américain fait suite à ses décisions de même nature de dénoncer l’accord de Paris sur le climat, de déménager l’ambassade des États-Unis en Israël à Jérusalem, de dénoncer des accords commerciaux et de lever des droits d’entrée exorbitants, non seulement vis-à-vis de la Chine mais aussi du Canada, du Japon, de l’Union européenne.

« Ce n’est plus « America First », c’est « America Alone » ! », résumait Gideon Rachman. En est-on si sûr ?

Sur le plan géopolitique, la décision du président des États-Unis est soutenue par Israël et l’Arabie saoudite pour des raisons qui leur sont propres. Si Donald Trump, fidèle au jusqu’au-boutisme qui caractérise sa manière de négocier un marché, parvenait à obtenir des concessions de la part de l’Iran, ses fans de la première heure y verraient une nouvelle démonstration de sa maîtrise de « l’art du deal ».

A défaut, les faucons parmi ses conseillers ainsi que ses alliés de circonstance saisiront peut-être l’occasion pour faire la guerre à l’Iran et tenter d’y provoquer un changement de régime et, le cas échéant, ce ne serait pas la première fois que des pays européens s’abstiendraient de suivre les États-Unis dans une aventure guerrière.

Sur le plan économique, c’est plus compliqué. Que les Européens acceptent ou non d’être liés par la décision politique du président Donald Trump à l’égard de l’Iran, ils n’échapperont probablement pas à l’« unilatéralisme agressif » des États-Unis et ce, pour des raisons qui sont au cœur même du dispositif de la puissance américaine.

En effet, cette puissance se projette largement au-delà de leurs frontières. Si les États-Unis prenaient des sanctions économiques à l’encontre de l’Iran, ils pourraient commodément les faire respecter par les entreprises européennes, par exemple en les contraignant à choisir entre les marchés américain et iranien, en arrêtant, dès qu’ils entreraient sur le territoire américain, les dirigeants des entreprises qui enfreindraient les dispositions prises, en gelant leurs avoirs américains, en excluant du système financier américain les banques qui entretiendraient des relations avec l’Iran, en les soumettant à des poursuites judiciaires ainsi qu’à des amendes colossales.

« America Alone », c’est donc bien aussi « America First », car déstabiliser les activités d’entreprises étrangères, c’est une manière de servir les intérêts de ses entreprises nationales…

C’est là une facette du « privilège exorbitant » (suivant la formule de Valéry Giscard d’Estaing) que, en plus de leur puissance économique et militaire, le dollar, monnaie de réserve mondiale, confère aux États-Unis qui disposent d’un formidable pouvoir de coercition sur leurs partenaires et leurs adversaires.

Que l’on se souvienne des cas, cités par Gideon Rachman dans son article du FT, de l’oligarque russe Oleg Deripaska et de son groupe Rusal, avec lesquels entreprises et banques européennes se sont vu obligées de rompre toutes relations, voire des dirigeants de la FIFA (la fédération internationale de football) qui furent arrêtés en Suisse en 2015 et extradés vers les États-Unis pour y répondre de charges de corruption, dans la mesure où ils firent usage de comptes bancaires qui y étaient logés.

La Russie et la Chine en ont tiré les conséquences et ont évoqué la constitution d’un nouvel ordre économique en vue de soustraire les échanges internationaux au dollar et d’échapper à la juridiction américaine. Si la monnaie chinoise n’est pas encore parfaitement convertible, rappelons que Russie et Chine sont convenues que les achats chinois de pétrole russe s’effectueront en yuans. Gageons que les Iraniens, dont l’économie était en plein boom depuis la conclusion de l’accord dénoncé par le président Donald Trump, écouleront leurs surplus de pétrole de la même manière.

Quant à l’Union européenne, il serait temps que ses membres tirent eux aussi les leçons du nouveau paradigme géopolitique, qu’ils resserrent les rangs autour d’un projet de démocratie responsable et d’économie de marché, donnant libre cours aux énergies entrepreneuriales, seules sources plausibles de création de richesses, afin de réaliser le potentiel économique de l’énorme marché intérieur, qu’ils s’en tiennent à leurs prérogatives régaliennes et assurent l’indépendance de l’Union européenne ainsi que la sécurité et la défense de ses citoyens.

Source : Palingenesie

Répondre