Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

« Les tribulations de Lahcène Benahlia »

Benalla

« Les tribulations de Lahcène Benahlia »

José Castano ♦

… C’est le feuilleton culte de l’été qui mobilise autant que la coupe du monde de football et le tour de France cycliste : « L’affaire BENALLA ». Pour les chaînes de télévision, l’indice d’audience est au plus haut et les journaux trouvent, là, matière à noircir leurs colonnes…

Chacun y va de son petit refrain et les opposants au régime « macroniste », soucieux de déstabiliser le Pouvoir ou se délectant de sa mise à mal, se repaissent de cette saga en tentant désormais de mettre à bas « Jupiter » ou « Choupinet 1er »…

D’un fait divers qui ne méritait pas que l’on s’y attardât inconsidérément tant ce type d’intervention est banal et propre aux manifestations violentes de rues, on est parvenu à susciter une « affaire d’Etat ». Exercice réussie pour l’opposition !

Dès lors, bon nombre de Français qui ne cessent pourtant de se plaindre face à l’inertie des pouvoirs publics et au laxisme des juges quand il s’agit de juger la racaille, les casseurs et autres émeutiers professionnels, se réjouissent tout autant de cette « affaire BENALLA » négligeant de dissocier le fait divers du politique.

Sous prétexte de faire de « l’anti macronisme », les voici qui rejoignent –tels des « moutons de Panurge »- le troupeau bêlant des « idiots utiles », des hypocrites et des « moralistes au grand cœur »…

Si Lahcène Benahlia n’était un proche de Macron, qui aurait mis en lumière cet incident ?… Si les vidéos avaient simplement montré un policier tabasser un casseur, qui aurait eu l’idée de l’exploiter en en faisant une « affaire d’Etat » ?… La logique eût été d’éviter tout amalgame entre les quelques gifles infligées à un voyou et l’exploitation politique outrancière qui s’en est suivie…

Dès lors, tout cela apparaissant comme une sordide exploitation démagogique de l’événement, on ne peut que déplorer le tollé retentissant de ces « vertueux bien-pensants » s’acharnant sur un homme (peu scrupuleux au demeurant !) qui a contrevenu aux règles de l’accoutumance et de la routine en s’attaquant directement et sans ménagement aux casseurs. Ce sont généralement ces mêmes « vertueux » qui, dans d’autres situations, ne cessent de dénoncer le laxisme et la mollesse des forces de l’ordre quand elles demeurent « l’arme au pied » face aux exactions et aux pillages…

Pour une fois qu’il en est un –même aussi douteux- qui s’emploie à « faire le ménage » dans les rangs de la racaille, le voilà qui s’attire aussitôt les foudres de « l’intelligentsia » !…

Que ce « nettoyeur » -proche de MACRON- use et abuse de ses prérogatives, ne change rien à ce qui demeure un fait divers. Le discernement, la sagesse, le bon sens et la clairvoyance devaient prévaloir sur toute autre considération. Il serait bon, par delà les enjeux politiques, de s’abstenir de le vilipender par trop et de hurler avec les loups. Il a agi conformément à ce qui devrait être la normalité et montré la voie à suivre aux moralistes, aux frileux, aux lâches et aux poltrons. C’est, là, l’essentiel !…

  1. Marco
    Marco1 août 2018

    Lecture des faits bien tendancieuse….Chacun a le droit d’apprécier (ou pas) l’actuelle
    présidence. Mais il faut savoir, là comme ailleurs, ce que l’on veut.

    Faut-il pour autant défendre un individu jugé “douteux”, “peu scrupuleux” qui use et abuse
    de pouvoirs apparemment discrétionnaires à lui accordés par la volonté revendiquée
    hautement du Président? Lequel incite à “venir le chercher” les citoyens qu’il a déjà
    traités d’illettrés, d’ivrognes, de fainéants, de lépreux, qui à ses yeux ne sont rien, etc..

    Vocabulaire qui vous agrée quand on lit sous votre plume les qualificatifs de moutons de
    Panurge, troupeau bêlant, idiots utiles, hypocrites, etc…N’est-ce donc pas une affaire
    d’Etat quand dans l’intimité du Prince se voient installés et vigoureusement défendus
    des Benalla qui se distraient en allant faire le coup de poing dans la rue?

    Ce genre de caprice et de provocations précèdent souvent les fins de régime.

  2. MANUEL
    MANUEL2 août 2018

    Quand il dit qu’en voyant des manifestants agresser des policiers (ce que ne montrait pas la première vidéo, habilement montée à charge), il a réagi instinctivement et qu’il le referait s’il n’était pas membre de la présidence, non seulement je le crois, mais je trouve ça plutôt honorable. Il est vrai qu’en l’occurrence, on n’avait pas vraiment besoin de lui, mais les victimes d’agression souffrent plus, dans notre pays, de la passivité des témoins que d’un interventionnisme excessif. Si je me faisais attaquer dans un RER comme ce jeune homme qui, le 15 juillet, s’est jeté par la fenêtre d’un train qui roulait pour échapper aux quatre racailles qui le rouaient de coups devant d’autres voyageurs, j’aimerais bien qu’il y ait un Benalla dans les parages. Mea culpa : contrairement à ce que je croyais sans rien savoir, le gars est sympathique et franc du collier. Il ne se cache pas d’être le pitbull du président (il ne le dit pas comme ça). À en juger par son parcours, il ne manque pas de talent, sinon, il n’aurait pas gagné la confiance de dirigeants politiques expérimentés, comme François Hollande.citation d’Elisabeth Lévy dans “le causeur”

  3. Jean François Paya
    Jean François Paya2 août 2018

    Bien d’accord avec José Castano l’orsqu’on assiste au pataqués ridicule de la convocation d’enquétes parlementaires pour une échauffourée(sans morts ni bléssés)avec des individus casseurs anars ;nous ne sommes pas solidaires qu’ils s’en débrouillent !
    Ce matin bien plus violent à l’aéroport plus de 30 minutes entre bandes rivales sans interventions de police pourtant proche !
    José le sait bien nous étions bien plus preneurs d’une commission d’enquéte (que nous avions demandée à l’époque) pour le massacre ponctuel d’un milliers d’habitants le 5 juillet 62 avec la présence mini de 12000 militaires Français à Oran consignés dans leurs cantonnements
    Si une commission d’enquête sur “les événements d’ORAN 62 du 5 Juillet 62 avait existé elle aurait pu statuer sur les éléments suivants.
    http://popodoran.canalblog.com/archives/2017/10/30/35817811.html
    A VOUS DE JUGER NOUS VOUS LIVRONS LA RECHERCHE

    • JFP
      JFP2 août 2018

      Amende honorable aux derniéres nouvelles
      La police a dû intervenir pour faire cesser l’altercation. Quatorze personnes ont été interpellées et placées en garde à vue, pour violences volontaires, dans les locaux de la police aux frontières, chargée de l’enquête, confirme à franceinfo le parquet de Créteil (Val-deMarne). Tous, dont Booba et Kaaris, ont passé la nuit en garde à vue. La bagarre a fait deux blessés légers, de chaque côté, indique une source policière à France 3.

Répondre