Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Grégor Mathias: La stratégie Française de lutte contre le terrorisme islamique – Etat des Lieux

Terrorisme

Grégor Mathias: La stratégie Française de lutte contre le terrorisme islamique – Etat des Lieux

Roger Vétillard ♦
Historien.

Gregor Mathias, historien, chercheur en géopolitique, spécialiste des conflits en Afrique, professeur associé à Saint-Cyr Coëtquidan, a déjà publié en 2019 un ouvrage sur la guerre française contre le terrorisme islamique en 2015, étude qui a reçu la même année le prix Anteios-Axentis du meilleur livre de géopolitique.

Il récidive avec un nouvel ouvrage qui expose la stratégie française de lutte contre le terrorisme islamique. Etude bienvenue qui permet de mieux connaître un sujet que les journalistes ne savent pas aborder et que l’opinion publique imagine mal.

Il est évident que le terrorisme islamique voit dans la France une cible idéale et cela depuis au moins 36 ans (attentat dans le train Capitole en mars 1982) jusqu’aux plus récents qui ont interpellé tout un chacun depuis Mohammed Merah en mars 2012, jusqu’en 2015 (Charlie-Hebdo et Hyper Cacher) et ceux encore plus meurtriers de novembre 2015 à Paris, ou de Nice le14 juillet 2016…

La France a mis beaucoup de temps à être convaincue du danger islamiste. Jusqu’en 2012, la presse n’hésitait pas à évoquer à chaque attentat une possible responsabilité de l’ultra-droite ! Les pouvoirs publics ont également tardé à prendre la mesure de ce phénomène. Ils ont fait évoluer progressivement les moyens matériels et humains et l’arsenal judiciaire pour tenter de s’adapter à cette menace terroriste qu’ils avaient du mal à préciser.

Grégor Mathias examine la mise en œuvre des moyens de lutte avec beaucoup de précision, revenant sur de nombreux faits où il dépèce l’intervention de la force publique, n’hésitant pas à pointer du doigt les insuffisances, voire les erreurs dont elles font parfois preuve.

Ces changements concernent d’abord les services de renseignements intérieurs et extérieurs avec le plan Sentinelle, puis l’état d’urgence mis en place en novembre 2015, renforcé par les lois anti-terroristes telle celle votée à l’automne 2017. Ces mesures sont complétées notamment par les lois de décembre 2012, du 13 novembre 2014 et du 6 juin 2016. Ces mesures sont accompagnées par des opérations militaires menées contre les djihadistes et les donneurs d’ordre à l’étranger (Mali, Syrie, Irak…) allant jusqu’à l’exécution des responsables au Moyen-Orient. Mais, le profane a du mal à ne pas se perdre au milieu de tous les acronymes qu’on découvre pour certains pour la première fois. Et on comprend assez vite qu’une meilleure coordination s’avère indispensable entre tous ces services qui travaillent dans le même sens, mais à qui il arrive parfois de s’ignorer aux dépens de l’efficacité. Et le bât blesse au niveau judiciaire car la magistrature ne paraît pas avoir intégré l’entière mesure du problème et fait preuve trop souvent d’une mansuétude critiquable.

L’auteur n’hésite pas à noter les dysfonctionnements et à porter des critiques tout en gardant une certaine rigueur. Il explique que les institutions civiles et militaires s’adaptent progressivement à cette lutte contre le terrorisme islamique qui constitue un véritable danger pour notre pays pour les vingt années à venir. Mais cette adaptation traîne un peu trop aux yeux de certains.

Grégor Mathias, La stratégie Française de lutte contre le terrorisme islamique – Etat des Lieux, Balland éd, Paris, 2018, 196p, 18€.

Répondre