« Chimères et étique de l’investigation : la polémique est servie », par Rocío Núñez Calonge

« Aujourd’hui est l’un de ces jours où le progrès scientifique se mêle aux questions éthiques », écrit l’embryologiste Rocío Núñez Calonge dans un article pour EFEsalud à propos de la recherche qui a créé des embryons de singe avec des cellules humaines, appelés « embryons chimères », dirigée par le scientifique espagnol Juan Carlos Izpisúa.

L’experte en bioéthique et en procréation assistée aborde dans cet article les limites entre science et éthique dans la création d’embryons chimères homme-singe, mais sans vouloir se positionner d’un côté ou de l’autre, même si elle appelle à « la prudence et au sens des responsabilités ».

Cette recherche reflète la capacité de cultiver des cellules d’une espèce à l’intérieur d’un organisme d’une autre espèce, offrant aux scientifiques un outil puissant pour la recherche et la médecine.

Il est dirigé par le directeur du Gene Expression Laboratory du Salk Institute en Californie (USA), l’Espagnol Juan Carlos Izpisúa.

Docteur en biologie, Rocío Núñez Calonge a été formée à l’hôpital Ramón y Cajal de Madrid et travaille dans le domaine de la reproduction assistée depuis 1985, étant une pionnière de la biologie de la reproduction.

Elle enseigne le master en reproduction à l’université Complutense, est membre de la société espagnole de fertilité, conseillère scientifique du groupe international de reproduction et titulaire d’un master en bioéthique, tout en étant administratrice de la fondation Nene.

« Chimères et éthique de la recherche : la controverse est servie ».

Par Rocío Núñez Calonge

En tant qu’embryologiste, je suis enthousiasmé par les études qui nous aident à mieux connaître le développement humain depuis ses débuts, et je suis fier lorsque des scientifiques espagnols publient des travaux intéressants dans ce domaine, mais moins lorsqu’ils doivent le faire hors d’Espagne.

Cependant, la science nous offre de grandes questions éthiques qui nous font réfléchir à la limite à ne pas franchir. Et, précisément pour cette raison, parce que j’ai consacré toute ma vie aux origines de la vie, je me suis formé à la bioéthique, avec l’idée de faire la lumière sur ces doutes.

Et aujourd’hui est l’un de ces jours où le progrès scientifique se mêle aux questions éthiques : des scientifiques espagnols en Chine créent 132 embryons avec un mélange de singe et d’humain, donnant naissance à ce qu’on appelle des chimères.

Les chercheurs ont utilisé des ovules de singes macaques femelles, les ont fécondés avec du sperme de la même espèce et, après six jours de culture en laboratoire, ont obtenu 132 embryons auxquels ils ont ajouté des cellules humaines, préalablement reprogrammées pour pouvoir devenir n’importe quel type de cellule : peau, muscle, foie, cœur. Le résultat, 19 jours après la fécondation, est un embryon de 10 000 cellules, avec un pourcentage humain maximal de 7%.

Et à partir de là, la controverse est servie.

D’une manière générale, les prestigieux biologistes du monde entier se méfient de ces expériences, dont le plus grand danger, soulignent-ils, est la difficulté éventuelle de contrôler où vont ces graines dites humaines, qui pourraient se retrouver dans un organe non désiré.

En revanche, du point de vue de la bioéthique, les avis sont davantage exprimés par des juristes que par des bioéthiciens. Carlos Romeo, professeur de droit pénal, a déclaré qu' »il n’y aurait aucun problème tant que les embryons ne sont pas implantés dans l’utérus ou ne restent pas trop longtemps dans le laboratoire ».

Toutefois, et si l’on se réfère aux aspects juridiques, la loi espagnole, rédigée en 2006, interdit la production de chimères, des hybrides de différentes espèces qui incluent du matériel génétique humain. Certains affirment que cette loi prévoit une exception qui prête à confusion sur le plan juridique : « Sauf dans les cas de procès actuellement autorisés ».

Mais, selon la règle, seuls les tests d’embryons en laboratoire sont autorisés jusqu’à 14 jours après la fécondation. Dans ce cas, elle a atteint 19 jours. N’est-ce pas trop long ? …..

Si nous nous limitons à des considérations juridiques, cette loi est la raison pour laquelle les expériences n’ont pas été menées en Espagne. C’est précisément ce qu’a commenté Federico de Montalvo, également juriste, président du Comité espagnol de bioéthique : « Est-ce parce que scientifiquement ils sont plus avancés ou parce que éthiquement ils sont plus détendus ? ». Et je répondrais : c’est parce que ce n’est pas autorisé en Espagne.

Mais la controverse ne doit pas être circonscrite à une question juridique, mais à une question éthique. Je ne cherche pas non plus à prendre position pour ou contre, comme s’il n’y avait que deux possibilités d’action. Et encore moins sans connaître les faits, et la publication qui, elle, a été réalisée dans une revue scientifique prestigieuse comme Cell.

Mes commentaires sont basés, uniquement, sur le fait que nous devrions prendre ces enquêtes avec prudence et sens des responsabilités. Un large débat entre experts serait nécessaire. Un processus de délibération sur l’utilité de ces essais et les risques éventuels. Tout cela permettra de faire en sorte que la science et la connaissance ne restent pas immobiles, mais qu’elles puissent se faire de manière responsable.

A ne pas manquer

Articles associés