Des scientifiques découvrent que les médicaments peuvent s’accumuler dans les bactéries intestinales

Une équipe de chercheurs de l’université de Cambridge a fait une découverte intéressante concernant les événements susceptibles de réduire l’efficacité des médicaments courants. Les chercheurs ont découvert que ces médicaments peuvent s’accumuler dans les bactéries intestinales, ce qui peut non seulement réduire la fonction des bactéries elles-mêmes, mais aussi l’efficacité du médicament.
Les chercheurs ont examiné ce phénomène avec un certain nombre de médicaments différents, allant des médicaments contre la dépression à ceux contre l’asthme ou le diabète. L’étude a été publiée dans Nature.

Biotransformation

On savait déjà que les bactéries pouvaient entrer en contact avec divers médicaments, même courants, et les modifier chimiquement, un phénomène qui a été baptisé « biotransformation ». Cependant, la nouvelle étude, menée par des chercheurs de l’université de Cambridge et du Laboratoire européen de biologie moléculaire (EMBL) en Allemagne, montre que les différentes espèces de bactéries vivant dans nos intestins peuvent littéralement accumuler différents médicaments, modifiant leurs fonctions et même le microbiome intestinal lui-même.

Qu’est-ce que le microbiome intestinal ?

Il existe des centaines, voire des milliers, d’espèces de bactéries dans notre intestin, et beaucoup d’entre elles sont de « bonnes » bactéries. Ces bactéries sont nécessaires à plusieurs processus importants dans notre corps, processus qui, lorsqu’ils deviennent dysfonctionnels, peuvent provoquer diverses maladies. La composition de ces bactéries, également appelée « microbiome intestinal », peut toutefois varier considérablement d’une personne à l’autre, en fonction de la pathologie et d’autres caractéristiques liées à la santé de l’individu.

15 médicaments testés sur 25 espèces de bactéries intestinales

Dans ce cas, les chercheurs ont testé 15 médicaments pris par voie orale en les faisant interagir avec 25 espèces de bactéries intestinales communes en laboratoire. Les chercheurs ont enregistré 70 interactions au total et 29 d’entre elles n’avaient jamais été détectées auparavant.
Dans dix-sept de ces 29 interactions, les médicaments se sont accumulés dans la bactérie sans qu’il y ait de modification chimique de celle-ci. Ces événements ont été surprenants, comme l’explique Kiran Patil, l’un des chercheurs qui a dirigé l’étude, car jusqu’à présent, les interactions entre les bactéries et les médicaments avaient toujours impliqué que les premières effectuent une biotransformation et non une simple incorporation.

La bioaccumulation de bactéries peut déséquilibrer le microbiome

Ces informations indiquent que les différences entre les microbiomes intestinaux mentionnées précédemment peuvent également entraîner des différences dans l’action d’un même médicament. La bioaccumulation par les bactéries entraîne en fait une modification du métabolisme des bactéries elles-mêmes qui semble être importante.
Par exemple, l’antidépresseur duloxétine a été capable de réduire considérablement l’équilibre des espèces bactériennes en modifiant les niveaux de molécules et d’enzymes produites par les bactéries elles-mêmes. Les bactéries qui ont consommé le médicament sont devenues beaucoup plus grosses, ce qui a déséquilibré la composition du microbiome.

Jean-Pierre
Jean-Pierre
Médecin généraliste à la retraite après 32 ans d'exercice, je suis aussi passionné par l'évolution des outils technologiques comme internet. Ayant beaucoup plus de temps libre, j'ai lancé ce site internet afin de coupler mes deux passions : la médecine et les outils technologiques. Mon seul objectif est de partager mes connaissances au plus grands nombres et offrir un support ouvert à tous afin de partager les dernières actualités et innovations liées à la santé.

A ne pas manquer

Articles associés