Imaginez un monde de capteurs portables qui ne nécessitent pas de charge et collectent des données 24 heures sur 24.

Le domaine des dispositifs portables fait d’énormes bonds en avant et de nombreuses recherches font état de nouvelles avancées dans ce domaine. Dans de nombreux cas, cependant, le problème reste le même : la batterie et sa recharge. Pour surmonter ce problème, plusieurs équipes dans le monde tentent de créer des dispositifs, notamment des biocapteurs (qui nécessitent généralement moins d’énergie), qui n’ont pas besoin d’être rechargés.

« Des avantages sans précédent »

Une équipe de chercheurs du laboratoire Gutruf de l’université de l’Arizona a mis au point un nouveau type de dispositif portable, qu’elle appelle « dispositif biosymbiotique ». qui, selon une déclaration publiée par le laboratoire, présente des « avantages sans précédent ».
Imprimés en 3D et hautement personnalisables, ces capteurs fonctionnent grâce à une combinaison de transfert d’énergie sans fil et de stockage d’énergie compact.

Peut fonctionner 24 heures sur 24

Philipp Gutruf, professeur d’ingénierie biomédicale et chef de l’équipe qui développe cette nouvelle technologie, explique qu’il n’existe rien de tel : le dispositif portable, avec le système créé par les chercheurs de l’équipe, peut fonctionner 24 heures sur 24 et l’utilisateur n’a jamais à se soucier d’une recharge.
Ces dispositifs seraient essentiellement des biocapteurs qui peuvent s’enrouler ou être fixés sur différentes parties du corps. L’exemple le plus courant est un dispositif que vous mettez autour de votre poignet, qui est très léger, respirable et pratiquement indétectable, selon les chercheurs.

Ils peuvent mesurer différents paramètres biologiques

Ces capteurs peuvent mesurer différents paramètres biologiques. Par exemple, un capteur destiné à mesurer la température corporelle pourrait être placé sous l’aisselle, tandis qu’un autre pourrait être placé sur le muscle pour mesurer les résultats de l’exercice sur le biceps. Les exemples sont innombrables, comme le suggère Tucker Stuart, doctorant en génie biomédical et premier auteur de l’étude publiée dans Science Advances.

Dispositifs « biosymbiotiques

Les dispositifs sont en fait « biosymbiotiques ». Étant imprimés en 3D, ils s’adaptent parfaitement aux mensurations de l’utilisateur qui les porte. Ils sont rechargés via un système sans fil d’une portée de plusieurs mètres. Comme une sorte de « batterie », les capteurs utilisent une petite unité de stockage d’énergie. De cette manière, le capteur fonctionne même si vous vous déplacez hors de la portée du dispositif de recharge et donc également en dehors de la maison.
En général, il s’agit de dispositifs portables conçus pour que l’utilisateur n’ait à effectuer aucune interaction, voire oublie de les porter. Une fois fixés au corps, ils continueraient à recueillir des données 24 heures sur 24.

A ne pas manquer

Articles associés