La dépression, une priorité de santé publique en Amérique latine

La dépression est le trouble mental le plus courant qui, selon un groupe d’experts, n’est pas reconnu par la société et les gouvernements en Amérique latine comme une maladie qui touche l’ensemble de la communauté et qui nécessite un investissement « efficace » pour en contenir les effets et prévenir de nouveaux cas, en plus du fardeau socio-économique qu’elle entraîne

Les experts ont participé au forum de la santé EFE « Dépression ». Un problème de santé publique en Amérique latine », organisée par l’Agence Efe, en collaboration avec Janssen, et a convenu que les préjugés représentent la première barrière à cette pathologie socialement stigmatisée.

Ils ont participé au débat :

  • Dr Laura Ospina, psychiatre, spécialiste de l’enfance, de l’adolescence et de la famille ; médecin de l’université de Sydney. Professeur assistant, Département de psychiatrie et de santé mentale, Université pontificale Javeriana.
  • Rodrigo Córdoba, docteur en médecine de l’université de Rosario, Bogotá (Colombie), et professeur dans ce centre éducatif. Ancien président de l’Association latino-américaine de psychiatrie.
  • Jaime Ramírez, docteur en économie et gestion de la santé de l’Université de Valence, professeur associé et directeur des études de troisième cycle à l’Institut de santé publique de l’Université pontificale Javeriana.
  • Dr Gustavo Alonso Cabrera, docteur en santé publique, Université de Sao Paulo, Brésil Professeur à l’École nationale de santé publique « Héctor Abad Gómez » de l’Université d’Antioquia, Medellín (Colombie). Patient atteint de dépression.

Diagnostic et propositions

Les panélistes ont établi un diagnostic de la dépression en Amérique latine, ont lancé des propositions, des actions et des recommandations pour améliorer une situation de grande gravité pour la société et la santé publique, et ont également évalué l’impact considérable de COVID-19 sur les personnes souffrant de problèmes de santé mentale et de dépression au LATAM.

Le Dr Cabrera a expliqué que dans son cas personnel, il a estimé que la dépression était « la lèpre du 21e siècle » et qu’il avait passé « 30 ans d’obscurantisme » face au manque de soutien et d’information.

Cependant, selon les données de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), il s’agit d’une maladie qui touche plus de 300 millions de personnes – en Amérique latine, 5 % des adultes en souffrent – avec un impact économique proche du billion de dollars ; des chiffres qui, comme l’ont convenu ces experts, vont augmenter en raison de la pandémie provoquée par le COVID-19.

Cabrera estime, à cet égard, que les gens ont besoin d’un plus grand « accès aux consultations psychologiques » et, en général, il a demandé « le droit d’être traité de manière globale ».

Pour le Dr Ospina, l’essentiel est d’investir dans la santé mentale des enfants et des jeunes pour obtenir « un meilleur rendement » à l’âge adulte, mais aussi dans la technologie et les nouveaux outils numériques qui favorisent la télémédecine, dans le but de promouvoir et de fournir de meilleurs services à la société.

La tristesse prolongée, l’apathie, la détresse ou le refus d’accomplir les tâches quotidiennes sont quelques-uns des symptômes de la dépression qui, dans la plupart des cas, entraîne une perte de productivité à l’âge adulte.

Dans le pire de ses conséquences, il peut conduire au suicide, un acte qui, selon les données de l’OMS, cause un décès toutes les 40 secondes dans le monde et 38 000 cas par an au LATAM.

Étude TRAL, Dépression résistante aux traitements

Face à ce phénomène, le Dr Rodrigo Cordoba, a repris le discours principal pour traiter la dépression comme une priorité collective et non comme un problème individuel.

« Même les assureurs considèrent les tentatives de suicide comme un testament et non comme une maladie mentale. Et les études médicales montrent le contraire », a-t-il déclaré.

Cordoue a participé à l’étude TRAL sur la dépression résistante aux traitements en Amérique latine, menée auprès d’un échantillon de 1 475 patients souffrant de troubles dépressifs majeurs. Cette étude a montré que près de 30 % d’entre eux présentaient des signes de résistance aux traitements conventionnels, associés à une morbidité plus élevée et à des coûts de services médicaux plus élevés.

Jaime Ramírez a plaidé en faveur de « politiques saines qui éliminent ou réduisent autant que possible la stigmatisation et l’exclusion » comme moyen de résoudre le problème et d’améliorer la qualité de vie des patients à long terme.

Par cette action, il a estimé que les coûts directs d’hospitalisation ou de médicaments et les coûts indirects tels que le chômage ou l’absentéisme peuvent être réduits.

Le forum s’est conclu par un appel à la participation des gouvernements, des entreprises et de la société pour mettre fin à la stigmatisation, promouvoir des soins aux patients en temps utile et faire pression en faveur de mesures visant à réduire la charge pesant sur les systèmes de santé publics et privés.

La médiane des dépenses annuelles par habitant en matière de santé mentale en Amérique latine est de 13,8 dollars, avec une différence significative entre les pays à revenu élevé (48 par habitant) et les pays à revenu moyen et faible (2,5 par habitant).

Jean-Pierre
Jean-Pierre
Médecin généraliste à la retraite après 32 ans d'exercice, je suis aussi passionné par l'évolution des outils technologiques comme internet. Ayant beaucoup plus de temps libre, j'ai lancé ce site internet afin de coupler mes deux passions : la médecine et les outils technologiques. Mon seul objectif est de partager mes connaissances au plus grands nombres et offrir un support ouvert à tous afin de partager les dernières actualités et innovations liées à la santé.

A ne pas manquer

Articles associés