Le courage de la gymnaste Simone Biles

Elle était la star incontestée des Jeux olympiques de Rio et maintenant, aux Jeux de Tokyo, tous les regards sont tournés vers elle. La gymnaste américaine Simone Biles a craqué au milieu de la compétition et s’est retirée des finales par équipe et individuelle. Dans un acte de bravoure, elle a admis souffrir de problèmes de santé mentale.

Un saut erratique de Biles lors de la finale par équipes de mardi dernier a été le déclencheur de son abandon. Peu après, la fédération américaine a annoncé son retrait dans cette catégorie en raison de problèmes de santé mentale et a laissé sa participation ouverte la semaine prochaine pour les concours individuels par engin.

« Après la performance que j’ai faite, je ne voulais pas continuer. Je dois me concentrer sur ma santé mentale. Je pense que la santé mentale est plus présente dans le sport en ce moment », a déclaré la gymnaste.

Pour le psychologue sportif Cristian Fernandez, la reconnaissance par Biles de ses problèmes de santé mentale est un acte de courage.

« C’est louable d’être face à son rêve et de pouvoir s’effacer et reconnaître que ce moment n’est pas bon pour elle, elle a eu la force d’admettre ses problèmes psychologiques », déclare le spécialiste du Collège officiel des psychologues de Madrid.

Et elle considère que c’est aussi un exemple pour d’autres athlètes qui traversent des situations similaires, cela sert à « franchir les barrières » et à éliminer les tabous sur la santé mentale.

Mais cela peut aussi l’affecter au fil du temps : « Elle peut ressentir un sentiment de culpabilité d’avoir peut-être laissé tomber ses coéquipiers et, à long terme, le considérer aussi comme une occasion manquée. »

La blessure émotionnelle de Simon Biles

Après avoir remporté cinq médailles, dont quatre en or, aux jeux de Rio 2016, les projecteurs sont braqués sur elle cinq ans plus tard.

Une pression suffisante pour qu’elle craque en pleine compétition, mais aussi en raison du haut niveau d’exigence de la gymnastique féminine avec des entraînements intenses ou des troubles alimentaires et des abus sexuels dont elle a été victime par le passé aux mains du médecin de l’équipe nationale de USA Gymnastics, Larry Nassar. Des raisons suffisantes pour miner sa santé mentale.

« Ce n’est pas quelque chose qui est arrivé soudainement, c’est une blessure émotionnelle que Simone Biles a pu développer au fil du temps », explique Cristian Fernández.

La gymnaste a reconnu sur les réseaux sociaux la grande pression qu’elle subit : « Je n’ai plus autant confiance en moi. Peut-être que c’est parce que je vieillis. Il y a eu quelques jours où tout le monde vous tweetait et vous avez ressenti le poids du monde. Nous ne sommes pas seulement des athlètes. Nous sommes des personnes à la fin de la journée et parfois il faut prendre du recul ».

Un pas en arrière pour reprendre des forces alors que l’on ne sait toujours pas si la superstar de la gymnastique féminine participera aux finales par appareil de la semaine prochaine.

A ne pas manquer

Articles associés