Les masques compromettent-ils la fonction pulmonaire pendant l’activité physique ? Selon l’étude, il n’y a pas de preuve

Il n’existe aucune preuve empirique que le port d’un masque peut réduire de manière significative la fonction pulmonaire, même si le masque est porté pendant un exercice intense.
Voici le résumé de la nouvelle étude, publiée dans les Annales de l’American Thoracic Society, qui répond donc aux inquiétudes de certaines personnes qui craignent que le masque ne représente une sorte de « barrière » qui, surtout pendant l’exercice ou l’effort physique, peut endommager le système cardio-pulmonaire, rendant la respiration plus difficile et donc le flux d’oxygène inhalé et de dioxyde de carbone inspiré.

« L’activité peut être perçue comme un effort plus important, mais les effets du port d’un masque sur le travail respiratoire, sur les gaz tels que l’oxygène et CO₂ dans le sang ou d’autres paramètres physiologiques sont faibles, souvent trop faibles pour être détectés », explique Susan Hopkins, professeur de médecine et de radiologie à l’université de Californie à San Diego, premier auteur de l’étude.
Les seules exceptions peuvent être les personnes qui souffrent déjà de graves maladies cardio-pulmonaires, en gros les personnes qui ont déjà des difficultés à respirer ou des maladies qui peuvent induire une dyspnée suffisamment grave pour diminuer la capacité d’exercice elle-même.

Dans ce cas, ces personnes devraient en discuter avec leur médecin, rapporte Mme Hopkins elle-même, qui souligne que, cependant, ces mêmes personnes ayant des maladies antérieures affectant le système cardio-pulmonaire sont également plus à risque si elles contractent le COVID-19.
Le chercheur est parvenu à cette conclusion en effectuant un examen approfondi de la littérature scientifique publiée précédemment sur le sujet. Cela implique de nombreuses études sur l’utilisation des masques faciaux et des appareils respiratoires et leur influence possible sur les réponses physiologiques et perceptuelles, notamment en ce qui concerne l’activité physique.

Parmi les facteurs évalués par ces nombreuses études figurent le travail respiratoire, c’est-à-dire l’énergie que le corps dépense pour inhaler et respirer, les gaz du sang artériel, les effets sur le flux sanguin des muscles, le flux sanguin vers le cerveau, la fonction cardiaque, et autres.
Le chercheur est arrivé à la conclusion que, pour les personnes en bonne santé, les effets d’un masque sur ces marqueurs physiologiques peuvent être considérés comme minimes, indépendamment du type de masque et du niveau d’intensité de l’exercice.

« Le port d’un masque facial peut être inconfortable », rapporte encore Hopkins. « Il peut y avoir de légères augmentations de la résistance respiratoire. Vous pouvez réinspirer de l’air avec du CO2 plus chaud et légèrement enrichi. Et si vous faites de l’exercice, le masque peut rendre votre visage chaud et transpirant ». Cependant, comme l’explique le chercheur, il s’agit de perceptions sensorielles qui n’ont pas de réelle influence sur les fonctions du système cardiopulmonaire des personnes en bonne santé. Dans tous les cas, la sensation de dyspnée doit toujours être évaluée en la comparant au risque de contracter la COVID 19.

A ne pas manquer

Découverte de composés dans le thé vert, la noix de muscade de raisin et le cacao qui peuvent bloquer les nouveaux coronavirus

Certains composés chimiques présents dans certains aliments ou boissons peuvent être utiles pour combattre le SRAS-CoV-2, le virus COVID-19, selon une étude réalisée par...

Syndrome néphrotique, nouveau traitement avec stimulation électrique et choc thermique

De faibles chocs de courant électrique pulsé combinés à la chaleur peuvent être très utiles pour obtenir des effets anti-inflammatoires et antifibrotiques dans les...

C’est ainsi que le nouveau coronavirus peut atteindre le cerveau.

Il a déjà été reconnu que COVID-19 n'est pas seulement une maladie respiratoire : le virus peut se propager à de nombreuses autres zones...

Articles associés

Découverte de composés dans le thé vert, la noix de muscade de raisin et le cacao qui peuvent bloquer les nouveaux coronavirus

Certains composés chimiques présents dans certains aliments ou boissons peuvent être utiles pour combattre le SRAS-CoV-2, le virus COVID-19, selon une étude réalisée par...

Syndrome néphrotique, nouveau traitement avec stimulation électrique et choc thermique

De faibles chocs de courant électrique pulsé combinés à la chaleur peuvent être très utiles pour obtenir des effets anti-inflammatoires et antifibrotiques dans les...

C’est ainsi que le nouveau coronavirus peut atteindre le cerveau.

Il a déjà été reconnu que COVID-19 n'est pas seulement une maladie respiratoire : le virus peut se propager à de nombreuses autres zones...