Mon chien peut-il avoir des problèmes cardiaques ?

Le chien est une espèce chez laquelle les problèmes cardiovasculaires, tels que la valvulopathie mitrale ou la cardiomyopathie dilatée, sont difficiles à détecter sans un contrôle vétérinaire. Les symptômes n’apparaissent souvent que tard dans l’évolution de la maladie et il peut être trop tard pour réparer les dommages causés au cœur.

La fréquence cardiaque de notre cœur reflète le nombre de fois où il se contracte. Son bon fonctionnement permet à nos organes de fonctionner correctement en obtenant l’oxygène et les nutriments correspondants. Une fréquence cardiaque normale au repos se situe généralement entre 50 et 100 battements par minute (bpm) et peut augmenter pendant l’exercice.

Si pour un être humain l’importance de la fréquence cardiaque détermine son état de santé, pour tout être vivant le rythme de ses battements de cœur reflète exactement la même chose, son espérance de vie.

En général, selon la Fondation espagnole du cœur, les animaux ont un nombre plus élevé de battements par minute, ce qui raccourcit leur vie.

Par exemple, les souris vivent un à deux ans avec 500-600 battements par minute, les baleines et les éléphants avec 20-30 bpm vivent 60 ans, tandis que l’homme avec ses 70 bpm a une espérance de vie actuelle de plus de 70 ans.

Dans le cas de certains animaux domestiques, comme le chien, leur cœur bat en moyenne 144 000 fois par jour, à une fréquence de 70 à 120 fois par minute.

Comme pour les humains, les maladies cardiaques constituent une menace pour les chiens, un chien sur dix souffrant d’un problème cardiaque.

Comment puis-je savoir si mon chien a des problèmes cardiaques ?

Chez cette espèce, les maladies cardiaques ne présentent parfois aucun symptôme visible au départ, ou bien elles finissent par se manifester trop tard.

Les contrôles vétérinaires sont le meilleur moyen de détecter tout problème à temps, et il est conseillé de les effectuer périodiquement à partir de l’âge de 5 ans.

Ce que nous pouvons prendre en compte pour évaluer l’état du cœur de notre chien est la race, l’âge et même le sexe.

En surveillant ces trois facteurs, nous pouvons anticiper les problèmes les plus courants chez le chien : la valvulopathie mitrale et la cardiomyopathie dilatée.

Maladie de la valve mitrale

Cette maladie cardiaque se caractérise par un épaississement des valves cardiaques qui séparent les oreillettes et les ventricules, ce qui modifie leur morphologie normale et rend difficile leur bon fonctionnement.

En d’autres termes, comme la cavité ne se ferme pas hermétiquement, le sang peut refluer dans le mauvais sens. De cette façon, le cœur fait un plus grand effort pour maintenir le bon fonctionnement de l’organisme.

Les symptômes causés par cette maladie ne sont visibles qu’au dernier stade, lorsque la fatigue, l’intolérance à l’effort ou la toux apparaissent. À ce stade, le patient entre en insuffisance cardiaque.

Afin d’identifier ce problème le plus tôt possible, il faut savoir que les races qui souffrent le plus de cette pathologie sont celles qui pèsent moins de 20 kilos et qui ont entre 5 et 8 ans.

En termes de race, la valvulopathie mitrale touche toutes les races de chiens, y compris les croisements, le Cavalier King Charles, le Caniche, le Yorkshire terrier, le Teckel, le Bichon, le Shi-Tzu, le Mini Schnauzer, le Poméranien, le Jack Russell, le Fox Terrier étant plus enclins.

La vétérinaire Raquel Alonso, de Boehringer Ingelheim, conseille que si « la maladie est détectée et traitée avec des médicaments appropriés avant l’apparition des symptômes, cette phase asymptomatique peut être prolongée de 15 mois ».

Le vétérinaire recommande que pour les races moyennes et petites, des contrôles soient effectués à partir de l’âge de 5 ans et « au cas où leur cœur aurait commencé à grossir », il est préférable de commencer un traitement pour augmenter la durée de vie du chien.

Cardiomyopathie dilatée

Cette affection entraîne un affaiblissement et un élargissement du muscle cardiaque en raison de l’étirement et de l’amincissement des parois cardiaques.

Le muscle est endommagé et le sang n’est pas pompé normalement vers le corps, ce qui peut entraîner une mort subite par tachycardie ou fibrillation si le diagnostic n’est pas posé rapidement.

« Il est très important de la détecter et de la traiter avant les premiers symptômes, c’est pourquoi les contrôles cardiaques chez ces grandes races dès l’âge de 4 ans sont essentiels pour commencer à traiter à temps », explique le vétérinaire.

Les races les plus sujettes à la cardiomyopathie sont, entre autres, le doberman, le boxer, l’Irish Wolfhound, le dogue allemand, le labrador, le golden retriever, le berger allemand et le saint-bernard.

Pour éviter toutes ces pathologies, un simple contrôle au stéthoscope permet de détecter les symptômes qui déterminent le diagnostic.

Un souffle ou un bruit anormal conduira à une radiographie ou une échographie du thorax, ce qui permettra de sauver la vie de notre animal.

A ne pas manquer

Articles associés