Négationnistes et COVID-19 : un profil psychologique chargé de peur

Quelles émotions poussent une personne à devenir un négationniste, à rejeter une réalité comme la pandémie COVID-19 et à se joindre à des manifestations de masse sans aucune protection ?

La réponse se trouve dans la peur, la suspicion et l’incertitude suscitées par des événements aussi inattendus que l’apparition de ce coronavirus. Mais il y a d’autres clés.

Pour mieux comprendre cette attitude, EFEsalud s’est entretenu avec Alicia Martos, psychologue spécialisée dans la communication non verbale et analyste des comportements négationnistes, et avec Timanfaya Hernández, psychologue légiste et spécialiste de la santé.

Pour Martos, c’est la peur et un état d’anxiété ou d’incertitude qui poussent les gens à être négatifs.

« Le chemin du déni se fait dans des situations critiques d’incertitude. »

Même, dit-il, on peut aussi inclure la tristesse, « une tristesse qui provient davantage d’une perte mentale et/ou matérielle de confort, de travail, de vie antérieure, de vie sociale

« Cette sortie de la zone de confort peut aussi conduire au déni ».

Le déni, explique-t-il, est un mécanisme de défense que nous pouvons tous expérimenter tout au long de notre vie face à des événements légèrement ou gravement traumatisants.

Il ne faut rien de très grave pour que le déni soit activé.

Selon Martos, l’influence est qu’il y a un « changement rapide et choquant » qui s’éveille comme un sentiment d’irréalité chez la personne parce qu’il n’y a pas eu de processus d’adaptation.

Négationnistes : l’horreur du changement

« C’est un changement brutal que le cerveau n’a pas le temps d’assimiler. »

Le cerveau « vit d’habitudes, de coutumes, d’expériences passées et de certitudes.

Il note également que dans le cas de cette pandémie, il y a eu des circonstances très spécifiques qui ont pu contribuer au mouvement de déni :

« Tout comme le manque de confiance et de sensibilité des agences, des institutions et des gouvernements face à des informations contradictoires ou peu claires ».

« Et si elle ne vous a pas touché ou vous a touché de près, en fin de compte, nous ne sommes pas en mesure de voir l’étendue de tout ce qui s’est passé. »

Négationnistes et COVID : ils ne sont pas ignorants

Alicia Martos souligne également que beaucoup de gens pensent que les négateurs les plus vindicatifs sont les ignorants.

« Et pas du tout, les preuves scientifiques montrent que ce sont des personnes sans problèmes d’intelligence et que beaucoup appartiennent à la classe moyenne ou à la classe moyenne supérieure et à l’enseignement supérieur.

« Ce qui les conduit à cette attitude est une vérité qu’ils trouvent inconfortable.

Dans un duel, explique-t-il, la première phase de déni est plus liée aux morts subites qu’aux longs processus de maladie jusqu’à ce que la mort arrive.

« Mais cette phase de déni prend fin lorsque la réalité vous montre que la personne n’est plus avec vous, chez vous, au quotidien… et la réalité elle-même veille à ce que vous passiez d’une phase à l’autre vers la tristesse ou la colère… »

Dans ce cas, ajoute-t-il, la seule façon de rapprocher le négationniste de la réalité est que lui-même ou un proche parent souffre de la maladie.

« Je pense que c’est la seule façon pour eux de changer de position, parce que ce n’est pas seulement une opinion, parce que la position négationniste devient une partie de l’identité de la personne, c’est comme des convictions politiques ancrées dans l’identité la plus profonde », dit-il.

« C’est comme si le système neurologique était déterminé à protéger à tout prix cette idée que vous avez assumée », complète-t-il.

Négationnistes : suspicion et incrédulité

Pour le psychologue Timanfaya Hernández, ce comportement peut également s’expliquer par la suspicion et l’incrédulité dans le développement d’événements tels que celui qui a causé ce coronavirus, qui n’est pas tangible.

Un soupçon, ajoute-t-il, qui est alimenté par la peur et l’incertitude.

Et si on y ajoute un personnage qui a plus de mal à s’adapter aux règles dictées d’en haut « on trouve le climat parfait pour un comportement négationniste ».

Il souligne que dans le cas de cette pandémie, aux émotions mêmes qui conduisent à un comportement négationniste s’est ajouté le bruit de certains réseaux sociaux qui prétendent que ce n’est qu’un prétexte pour restreindre les libertés de la population et la gérer à volonté.

M. Timanfaya est également d’accord avec la difficulté d’essayer de changer ce comportement.

Il estime que même « la plus grande preuve » peut changer l’attitude négationniste d’une personne, si elle ne le veut pas.

A ne pas manquer

Alzheimer et qualité du sommeil : quel lien ?

Une nette détérioration de la qualité du sommeil au cours de la vieillesse pourrait être le signe d'un risque accru de diagnostic futur de...

Que manger le matin pour son petit-déjeuner quand on est diabétique ?

Selon l'Organisation mondiale de la Santé, le diabète est "l'un des principaux tueurs au monde". Cette maladie, silencieuse et indolore, touche 463 millions de...

Articles associés

Alzheimer et qualité du sommeil : quel lien ?

Une nette détérioration de la qualité du sommeil au cours de la vieillesse pourrait être le signe d'un risque accru de diagnostic futur de...

Que manger le matin pour son petit-déjeuner quand on est diabétique ?

Selon l'Organisation mondiale de la Santé, le diabète est "l'un des principaux tueurs au monde". Cette maladie, silencieuse et indolore, touche 463 millions de...