Selon une étude, les enfants souffrent davantage de dyslexie émotionnelle

Les enfants dyslexiques présentent des réactions émotionnelles plus fortes et plus réactives que les enfants sans dyslexie, selon une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’Université de Californie à San Francisco en collaboration avec le Centre de la dyslexie de l’UCSF et le Centre de la mémoire et du vieillissement de l’UCSF.

Expériences

Les chercheurs ont réalisé des expériences sur 32 enfants âgés de 8 à 12 ans atteints de dyslexie, qui devaient regarder des vidéos provoquant des émotions. Les chercheurs ont également surveillé leur niveau de respiration, la conductance de la peau et leur fréquence cardiaque à l’aide de divers capteurs et leurs expressions faciales ont été filmées en détail pendant qu’ils regardaient les vidéos.
Par rapport à 22 enfants non dyslexiques, ceux qui sont dyslexiques ont montré des réponses physiologiques et comportementales accrues, ce qui indique une réactivité émotionnelle accrue.

Une activité accrue dans le réseau du sel

Selon les chercheurs, cette dernière est due à un niveau d’activité plus élevé dans la zone du réseau salin, une zone du cerveau à grande échelle composée principalement de l’insula antérieure et du cortex cingulaire antérieur. Ce réseau sous-tend l’origine des émotions et de la conscience de soi.
Ces résultats, selon les chercheurs, montrent que la dyslexie est un syndrome beaucoup plus complexe que ce qui avait été estimé précédemment et qu’il ne s’agit pas d’une simple faiblesse de la capacité de lecture. Cette même recherche soutient l’idée que la dyslexie peut être associée à des forces interpersonnelles cachées.

Facteurs de risque pour l’apparition de la dépression et de l’anxiété

« Il existe des anecdotes selon lesquelles certains enfants atteints de dyslexie ont une plus grande intelligence sociale et émotionnelle », explique Virginia Sturm, professeur et l’un des auteurs de l’étude. « Nous ne voulons pas dire que tous les enfants dyslexiques sont nécessairement doués de cette manière, mais nous pouvons considérer la dyslexie comme associée à des forces et des faiblesses.
Parmi les faiblesses, en effet, selon les chercheurs, il y a le fait qu’une réactivité émotionnelle et une sensibilité généralement plus grande peuvent être considérées comme des facteurs de risque pour l’apparition de la dépression et de l’anxiété.

La méthodologie d’enseignement à l’école est importante

Très importantes, selon les chercheurs, sont donc les méthodes d’enseignement à l’école qui, selon Sturm, devraient être basées sur les forces et les faiblesses de cette condition. Par exemple, les enfants dyslexiques peuvent obtenir de meilleurs résultats dans des contextes d’enseignement davantage basés sur l’individualité. Cependant, ils doivent bénéficier d’un soutien adéquat afin de pouvoir gérer en toute sécurité leurs émotions potentiellement plus fortes que celles de leurs pairs.

A ne pas manquer

Articles associés