20 indices pour reconnaître si un patron est un psychopathe

Le docteur Iñaki Piñuel, spécialiste du harcèlement psychologique, publie son troisième livre, « Mon patron est un psychopathe ». Avec l’intention de réveiller « une société endormie qui croit encore qu’un psychopathe est un tueur de cinéma », l’auteur détaille comment le pouvoir peut transformer une personne normale. Et il propose 20 indices pour savoir si un patron est un psychopathe.

La figure du psychopathe a été associée aux tueurs en série, qui tuent sans pitié et sans remords.

Des personnages que les films décrivent comme assoiffés de sang, comme des terreurs nocturnes qui empoisonnent et mangent leurs victimes. Cette perception, qui est encore présente dans la société, fruit du cinéma et des livres, va plus loin.

Et c’est que la société est plongée dans une confusion de ce qu’est réellement un psychopathe, une situation qui permet à ces personnages de se mimer parmi la population pour mener à bien leurs attaques.

C’est ce qu’affirme le docteur Iñaki Piñuel, spécialiste du harcèlement psychologique, dans son dernier livre « Mon patron est un psychopathe » (Ed. La esfera de los libros), sous-titré « Comment le pouvoir transforme les gens ». Arrêtez-la à temps ».

L’une des principales raisons pour lesquelles le Dr Piñuel a écrit ce livre, explique-t-il, est qu’il y a de plus en plus de psychopathes au sein d’une société « narcissique » qui encourage leur ascension.

L’auteur parle d’un million de psychopathes espagnols purs rien qu’en Espagne et, si l’on parle de personnalités psychopathes, les chiffres peuvent atteindre des millions.

« Le but est vraiment de sensibiliser une société de plus en plus endormie et moralement anesthésiée, qui est en passe de devenir une société, non seulement narcissique, ce qu’elle est déjà, mais psychopathe », commente l’auteur.

Bien qu’il ait déjà publié d’autres livres liés aux psychopathes, Piñuel a décidé de donner une touche d’actualité à son livre, en ajoutant, en plus, les conséquences que la pandémie a entraînées.

« Des gens qui deviennent des policiers, des accusateurs de leurs voisins… des choses que nous ne pensions pas pouvoir arriver et que nous voyons dans la pandémie ».

Selon son expérience, non seulement il y a ceux qui sont déjà nés avec ce manque de moralité, mais le pouvoir, le succès et l’argent peuvent aussi créer un psychopathe expert.

La société de l’image

Nous nous trouvons dans une société qui vit de l’image publique, des réseaux sociaux, de l’image que nous donnons aux autres, qui vit du succès, de l’argent et de l’apparence extérieure. Selon l’auteur, il s’agit d’une société où la psychopathie est très bien camouflée.

Caractéristiques du narcissisme, mais aussi de la psychopathie, car, comme le dit l’auteur, « ce sont de grands narcissiques malins ».

« C’est particulièrement dangereux. On confond souvent un problème de psychopathie avec un simple problème de narcissisme. C’est quand on parle de personnes qui ne tremblent pas qu’elles veulent éliminer quelqu’un qui se trouve sur leur chemin », explique le médecin.

C’est pourquoi l’auteur considère que la diffusion d’informations de ce calibre est essentielle.

« J’appelle le psychopathe l’ami de chaque enfant. C’est un personnage dont tout le monde parle en bien et que tout le monde aime. Et seules ses victimes seront capables de voir la vraie nature derrière le masque », dit-il.

De même, ces psychopathes, comme l’explique le Dr Piñuel, savent parfaitement quel type de masque porter avec chaque personne. Grâce à cela, ils parviennent à s’identifier à la personne qu’ils ont en face d’eux et cette personne au psychopathe.

Mais pourquoi le font-ils ? Le spécialiste parle d’ennui et de la découverte d’un grand pouvoir de séduction et de manipulation. Ceci, ajouté à un manque de moralité et d’empathie, insiste l’auteur, devient très efficace pour abuser et vider quelqu’un.

« Ce sont généralement des personnages qui s’ennuient beaucoup et qui ne sont motivés que par le pouvoir qu’ils ont découvert à un moment donné de leur vie, leur grande capacité de séduction et de manipulation des autres », précise-t-il.

Ce n’est pas une maladie mentale

Bien qu’il semble qu’il s’agisse d’un trouble mental, le Dr Piñuel assure qu’il n’en est rien. En fait, l’auteur précise qu’il s’agit de personnes qui savent ce qu’elles font et qui sont totalement imputables.

« Ils ont une variation qui consiste à manquer d’une norme morale interne et, en contrepartie, présentent une grande impulsivité, une grande capacité de mimétisme, de séduction et de manipulation des autres. Ils ont une conscience, mais pas de conscience ».

L’auteur met donc en garde les professionnels contre toute tentative de traitement, car une séance de psychologie peut même les aider à créer de nouvelles stratégies psychopathiques.

« Il n’y a pas de rémission. Nous savons que la thérapie avec eux fonctionne à l’envers. Non seulement ils ne changent pas, mais ils utilisent les connaissances que la thérapie leur apporte pour affiner et recruter leur technologie de manipulation et de destruction des autres », dit-il.

Néo-psychopathes

Selon le Dr Piñuel, il existe deux types de psychopathes en termes d’origine. Ceux qui sont nés avec cette condition et ceux qui deviennent des psychopathes.

Dans son livre, il donne en exemple ceux qui le font au sein des entreprises. Il donne l’exemple des patrons.

« Les psychopathes dans les organisations ont un comportement binaire. Dans leur ascension vers le pouvoir, c’est la motivation de base : soit ils achètent, soit ils éliminent l’adversaire », dit-il.

« Et cet achat, ajoute-t-il, finit par faire de la personne un membre de plus de l’équipe de psychopathes, et l’élimination finit par faire de la personne une victime. La technologie par excellence du psychopathe est l’accaparement professionnel et la transformation de la victime en véritable bouc émissaire ».

Et comment les reconnaître ? L’auteur propose 20 indices pour reconnaître un manager psychopathe :

  • Capacité de charme superficiel.
  • Froideur, provenant de son incapacité à faire preuve d’empathie.
  • Il a tendance à exploiter les autres. Il vit du travail de ses « esclaves ».
  • Personnalité égocentrique et présomptueuse qui ne correspond pas à la réalité de ses réalisations.
  • Mentir « sans sourciller » de manière systématique et compulsive.
  • Il est totalement dépourvu de remords ou de sentiment de culpabilité.
  • Manipule efficacement, en amenant les autres à faire ce qu’il veut.
  • Expert pour gagner la confiance des autres et les escroquer.
  • Grande capacité de caméléon.
  • Il vit avec le sentiment qu’il peut tout faire et que rien ne peut l’arrêter.
  • Expert dans l’identification des points faibles ou vulnérables des personnes.
  • Il prend son pied dans la vulnérabilité et s’en prend aux travailleurs les plus faibles.
  • Simple d’esprit, incapable d’enchaîner plus de deux ou trois phrases érudites.
  • Ses émotions sont inexistantes, superficielles ou artificielles.
  • Avec ses adversaires, il les compare au moyen d’avantages, d’offres ou de promesses. Ou bien il les « élimine » avec des techniques plus manipulatrices et destructrices.
  • Il transgresse souvent les règles et les lois.
  • Les arguments moraux finalistes ou téléologiques. La fin atteinte justifie les moyens pour l’atteindre, quels qu’ils soient.
  • Il n’y a pas de remède ou de solution.
  • Il crée des clans, des factions ou des monstres autour de lui.
  • Il est parfaitement conscient de ses actions. Il ne se soucie tout simplement pas de la souffrance émotionnelle qu’il cause aux autres.
  • C’est pourquoi le Dr Iñaki Piñuel conclut par un conseil : « Si vous avez un psychopathe dans votre vie, ne vous arrêtez pas. Run ».

    A ne pas manquer

    Articles associés