2021, l’année imprévisible

Les clés psychologiques pour faire face à une année imprévisible où la plupart des prévisions sont incertaines et où la nouvelle réalité peut nous réserver toutes sortes de surprises et de chocs inattendus

La pandémie a radicalement changé la réalité. Demain est devenu un territoire inconnu, où l’on entre sans boussole ni cartes, et où il est plus aventureux que jamais de faire des plans ou des prévisions. Si l’avenir est déjà incertain, cette nouvelle année est également devenue imprévisible.

Tout comme en 2020, 2021 peut nous réserver de nombreuses surprises dans différents domaines tels que la santé, le travail, l’économie, la politique, les relations ou la dynamique sociale, et peut-être quelques nouveaux développements importants qui dépassent actuellement notre imagination.

Giulia de Benito et Adrián Garrido, psychologues de l’Instituto Centta, qui donnent un atelier en ligne sur l’accompagnement psychologique pendant les vacances de Noël, partagent quelques clés pour nous aider à nous orienter et à avancer dans cette « terra incognita » que nous avons commencé à explorer le 1er janvier.

Des stratégies créatives pour un avenir diffus

Face à une situation incertaine qui peut durer moyennement ou longtemps, le psychologue De Benito recommande de prendre un moment pour s’arrêter et envisager quelques ajustements dans la façon dont nous faisons face à la réalité qui nous ont servi jusqu’à présent.

« Face à l’incertitude, nous avons normalement tendance à anticiper, à faire des plans avec toutes les informations que nous pouvons rassembler, à essayer d’éviter les conséquences et à sortir de cette situation dans les meilleures conditions possibles », dit-il.

Ce besoin de contrôle, décrit Giulia de Benito, fait partie d’une série de stratégies humaines pour faire face à la réalité.

« Cependant, en ce moment, rien de ce qui nous touche ne semble dépendre exclusivement de nous et la flexibilité semble donc être notre meilleur allié », défend-il.

« Une première stratégie pour faire face à ce qui est hors de notre contrôle consiste à accepter que la réalité est désormais aux commandes », ajoute-t-il.

Il souligne que « accepter les changements et les limites de la vie dans un moment d’incertitude comme celui que nous vivons actuellement, nous amène à ralentir le rythme et à prendre des décisions aussi adaptées que possible au court terme ».

Pour ce psychologue, la nécessité d’être plus flexible et d’improviser nourrit une façon beaucoup plus créative d’affronter notre réalité, ce qui « nous permet d’élargir notre boîte de ressources et d’outils psychologiques pour l’avenir ».

« Le présent, plutôt que le passé ou l’avenir, deviendra notre meilleur guide. De cette manière, nous réduirons également la frustration liée à la nostalgie d’un passé qui pourrait ne plus jamais être le même et à la réalisation de projets qui pourraient ne jamais se concrétiser », dit-il.

Il souligne que « comme nous pouvons accéder aux nouvelles informations de manière saine, nous pouvons ajuster notre stratégie ».

Pour le psychologue, il est également « important d’être conscient des changements que nous vivons tous dans nos relations avec les autres ».

« Normaliser le détachement et le manque d’affection physique que nous connaissons en raison de la situation actuelle peut conduire à moins de souffrance et nous encourager à chercher des moyens créatifs de nous adapter et de prendre soin de nous-mêmes ».

« Comme nous ne voyons pas encore le bout du chemin, nous devons accepter la réalité de la vie quotidienne comme si elle était définitive et communiquer affectivement par de nouveaux moyens », conseille-t-il.

Comment vivre le moment présent sans culpabilité ni passivité ?

Pour le psychologue Adrián Garrido, « nous vivons des moments de changement constant et il est nécessaire de s’adapter à une réalité incertaine qui évoque parfois la douleur ».

De cette façon, dit Garrido, nous n’avons pas de référence préalable qui nous permette d’y faire face en toute sécurité, ce qui génère le sentiment que tout nous dépasse.

Stratégies clés

Le psychologue Adrián Garrido recommande d’adopter deux stratégies clés pour faire face à une 2021 incertaine :

1.- Fixez des objectifs réalistes à court terme que vous avez de bonnes chances d’atteindre avec succès.

« Cela nous permettra de continuer à avancer et, aussi simple que cela puisse être, cela générera en nous un sentiment d’avancement qui nous donnera les ressources nécessaires pour mieux faire face à cette situation incertaine », dit-il.

Le psychologue explique que certaines clés pour aborder cette stratégie consistent à envisager un horaire ou une routine flexible, avec un début et une fin définis pour chaque activité.

Et que, dans le cas où nous ne pourrions pas nous y conformer, cela ne générera pas de stress ou d’émotions qui évoquent un sentiment de culpabilité.

Notez quotidiennement vos idées et vos émotions pour désamorcer votre sentiment de culpabilité.

Pour Garrido, il est normal qu’au cours du processus d’adaptation à de nouvelles expériences, nous nous sentions coupables de ce que nous avons vécu et de la situation dans laquelle nous nous trouvons.

« Cette culpabilité conditionnera notre façon de nous adapter à la réalité si elle se maintient dans le temps et si nous ne la transformons pas en un apprentissage qui renforce notre résilience. C’est-à-dire notre capacité à nous adapter aux perturbations ou aux situations défavorables », dit-il.

Pour mettre cette stratégie en pratique, il est intéressant de dessiner un tableau à quatre colonnes sur une feuille de papier.

« Dans la première, nous écrirons la situation dans laquelle nous nous sentons coupables (exemple : « Je suis sur le canapé et je ne fais rien ») ; dans la deuxième, nous écrirons nos pensées (exemple : « Je ne peux pas sortir pour faire de l’exercice pour le moment où nous sommes ici ») ; et dans la troisième, nous écrirons les émotions que cette pensée nous suggère (exemple : « Je me sens désespéré et indigné »).

Enfin », ajoute-t-il, « la quatrième colonne sera remplie à la fin de chaque journée, lorsque ces pensées et ces émotions auront été un peu plus régulées.

Dans cette rubrique, « nous indiquerons si ces idées et ces émotions sont irrationnelles, dans quelle mesure elles le sont et si elles correspondent bien à la réalité d’aujourd’hui », recommande-t-il.

« Nous écrirons également dans cet espace les choses qui nous viennent à l’esprit afin de pouvoir faire face à la situation dont nous nous sentons coupables, pour laquelle nous pouvons demander de l’aide ou des conseils à nos proches, afin d’avoir plus de points de vue », dit-il.

« Cet exercice vise à évaluer ces situations d’un point de vue plus rationnel et avec plus de perspective, au lieu de les juger d’un point de vue plus émotionnel et avec une vision étroite, c’est-à-dire avec une perception très étroite et limitée de la réalité », conclut le psychologue.

A ne pas manquer

Articles associés