Cas Eriksen : une réanimation rapide arrête la mort subite

Détecter et agir rapidement sur une personne victime d’un arrêt cardiaque, c’est lui sauver la vie en appliquant les manœuvres de réanimation pulmonaire (RCP) et arrêter la mort subite. C’est ce qui est arrivé au joueur de football danois Christian Eriksen lorsqu’il s’est effondré sur le terrain lors du match Danemark-Finlande du championnat d’Europe.

Eriksen est dans un état stable dans un hôpital de Copenhague après avoir été victime d’un arrêt cardiaque en plein match samedi dernier et s’être effondré.

L’arrivée immédiate des services médicaux qui ont pratiqué la manœuvre de réanimation cardio-pulmonaire a été déterminante pour éviter la mort subite qui a déjà coûté la vie à des athlètes de haut niveau et à des amateurs.

Après ce grave incident, la Société espagnole de cardiologie (SEC), dans un communiqué, souligne l’importance de reconnaître un arrêt cardio-respiratoire et d’entreprendre immédiatement la RCP, en plus d’appeler les services d’urgence et de chercher un défibrillateur dans l’environnement.

Cependant, la SEC regrette qu’en Espagne, la formation aux techniques de réanimation cardio-pulmonaire soit rare par rapport à d’autres pays voisins où elle est enseignée dans les écoles et les universités. Elle plaide donc pour plus d’information, de formation et de sensibilisation à un problème de santé de « première magnitude ».

Comment réagir rapidement à un arrêt cardiaque ?

Ce sont les premières directives à suivre en cas d’arrêt cardiaque, selon la SEC :

  • Reconnaissance : vérifiez si la personne est consciente et si elle respire.
  • Si vous ne respirez pas (ou en cas de doute), appelez le 112 et commencez les compressions thoraciques.
  • Pratiquez les manœuvres de réanimation (100-200 compressions par minute sur le tiers inférieur du sternum).
  • Demandez à une tierce personne de localiser le défibrillateur le plus proche.
  • Suivez les instructions du défibrillateur pour délivrer les chocs.
  • Continuez les manœuvres de réanimation jusqu’à l’arrivée de l’ambulance.
  • Chaque minute est importante

    « Nous ne devons pas perdre de temps avec des doutes sur la respiration et le pouls, car chaque seconde est importante », avertit le coordinateur du groupe de travail sur la réanimation cardio-pulmonaire de la SEC, le Dr Pablo Jorge Perez qui explique également que lorsqu’une personne souffre d’un arrêt cardio-respiratoire ne peut pas avaler la langue et, par conséquent, ne doit pas être distrait par des manœuvres inutiles.

    Le temps d’action et l’implication des personnes témoins de l’arrêt cardiaque sont essentiels, car pour chaque minute qui passe sans agir, la survie est réduite de 10%.

    En Espagne, on compte environ 52 300 arrêts cardiaques par an, dont 22 300 dans les hôpitaux et 30 000 dans la communauté. Parmi ceux qui surviennent en dehors de l’environnement hospitalier, seuls 5 à 10 % se rétablissent.

    D’autre part, la présence de défibrillateurs (DEA) dans l’environnement est également nécessaire, car ces appareils ont démontré leur efficacité, leur utilité et leur sécurité dans les programmes de soins immédiats réalisés par du personnel non médical dans des espaces publics et bondés.

    Dans ce sens, la Fondation espagnole du cœur (FEC), la SEC et la Croix-Rouge espagnole ont lancé il y a presque trois ans l’application Ariadna, une grande carte collaborative des défibrillateurs dans toute l’Espagne qui permet de géolocaliser ces appareils dans les espaces publics et privés afin que leur emplacement soit connu et qu’ils puissent être utilisés en cas d’arrêt cardiaque.

    La mort subite dans le sport

    Bien que l’incidence de la mort subite associée à l’activité sportive soit très faible en Espagne, il s’agit d’un événement dramatique ayant des implications cliniques et sociales importantes, selon la SEC.

    Une étude récente publiée dans la Revista Española de Cardiología (REC) conclut que la mort subite associée au sport survient dans 96 % des cas chez les sportifs de loisirs.

    En ce qui concerne le type d’activité sportive, l’étude précitée montre que les cyclistes et les coureurs de plus de 39 ans ont un risque plus élevé de mort subite associée au sport, tandis que ceux qui pratiquent la gymnastique et la natation ont un risque plus faible.

    En revanche, les personnes de moins de 35 ans qui pratiquent le football courent un risque plus élevé que celles qui pratiquent d’autres sports au même âge.

    A ne pas manquer

    Articles associés