Chirurgie : des risques plus élevés pour les Afro-Américains

La chirurgie est plus risquée pour les patients afro-américains, même dans des conditions de risque minimal et même lorsqu’un enfant n’ayant pas de maladie particulière antérieure se retrouve sur la table d’opération. C’est la conclusion décourageante d’une étude publiée dans la revue Pediatrics : même s’ils étaient auparavant en bonne santé, les enfants afro-américains courent trois fois et demie plus de risques de mourir dans le mois suivant une opération, qu’elle soit facultative ou d’urgence.

Droits refusés

Les disparités dans les résultats des opérations chirurgicales entre les patients blancs et noirs aux États-Unis sont un fait connu, généralement attribué à la présence plus importante de maladies préexistantes dans la population afro-américaine. Selon les Centres américains de contrôle des maladies, les jeunes Afro-Américains vivent plus fréquemment avec des maladies chroniques typiques des personnes âgées de race blanche et souffrent plus souvent de diabète, d’hypertension, de maladies cardiaques, d’obésité.

À l’origine de cette violation du droit à la santé se trouvent des facteurs de risque sociaux liés à la discrimination raciale, tels que la fréquence accrue du chômage et de la pauvreté, ou les difficultés à faire face au système de santé pour les coûts prohibitifs de l’assurance médicale. Mais l’étude, qui a analysé rétrospectivement les données sur les opérations chirurgicales de 172 549 patients pédiatriques, souligne que ces disparités persistent même en l’absence de maladies antérieures, et sur les patients en bonne santé.

Vous prenez des risques même quand c’est sûr

Lorsque les chercheurs du Nationwide Children’s Hospital de Columbus (Ohio) ont analysé les données de 2012 à 2017, recueillies dans une base de données nationale, le National Surgical Quality Improvement Program-Pediatric database, ils n’ont pas été surpris de constater que le risque de développer de graves conséquences postopératoires ou de mourir après une opération est extrêmement faible pour les enfants. La chirurgie pédiatrique est sûre, les complications sont rares et aucune famille ne doit hésiter à y recourir en cas de besoin. Malgré cela, les enfants afro-américains courent 3,4 fois plus de risques de mourir dans le mois suivant l’opération et 1,2 fois plus de risques de développer des complications postopératoires.

Peu d’attention

L’étude a la limite de ne pas avoir analysé les caractéristiques des lieux où les patients ont été opérés ou la situation des enfants au regard de l’assurance, ce qui aurait pu affecter la qualité des soins reçus. Les causes de ces résultats ne sont pas claires, mais on soupçonne que les interactions mineures que les médecins ont avec leurs patients afro-américains, et le temps qu’ils leur consacrent, peuvent également influencer les résultats.

A ne pas manquer

Biberons et microplastiques

C'est l'une des grandes batailles contre la pollution de notre planète, celle des microplastiques : des particules minuscules, parfois même difficiles ou impossibles à...

Le masque protège un peu le porteur aussi

Parmi les mesures anticoagulantes, le masque chirurgical normal est une bonne protection pour les autres, car, s'il est bien porté, il arrête la propagation...

Cuivre, or, argent : oligo-éléments pour renforcer ses défenses immunitaires

En grec, le mot “oligo” signifie peu. L'oligo-élément est une substance minérale essentielle, en très faible quantité, dans notre organisme. Sa présence aide à la...

Hommes et femmes : qui est le plus prudent en matière de covid ?

Selon une étude publiée dans Behavioral Science & Policy, les femmes seraient plus respectueuses que les hommes dans l'application des précautions covidiennes. "Ils se...

Articles associés

Biberons et microplastiques

C'est l'une des grandes batailles contre la pollution de notre planète, celle des microplastiques : des particules minuscules, parfois même difficiles ou impossibles à...

Le masque protège un peu le porteur aussi

Parmi les mesures anticoagulantes, le masque chirurgical normal est une bonne protection pour les autres, car, s'il est bien porté, il arrête la propagation...

Cuivre, or, argent : oligo-éléments pour renforcer ses défenses immunitaires

En grec, le mot “oligo” signifie peu. L'oligo-élément est une substance minérale essentielle, en très faible quantité, dans notre organisme. Sa présence aide à la...

Hommes et femmes : qui est le plus prudent en matière de covid ?

Selon une étude publiée dans Behavioral Science & Policy, les femmes seraient plus respectueuses que les hommes dans l'application des précautions covidiennes. "Ils se...