Pandémie et tabagisme : une combinaison dangereuse

Au cours des mois les plus durs de la pandémie en Europe, des nouvelles circulaient depuis quelque temps au sujet d’un « pouvoir protecteur » présumé et quelque peu suspect de la nicotine contre les infections à CoViD-19 : une circonstance singulière, puisque les poumons des fumeurs sont généralement plus sensibles aux infections. En fait, de plus en plus de recherches soutiennent l’existence d’un lien entre l’habitude de fumer (et la vapeur) et le risque de contracter des formes plus graves de maladies à coronavirus. Un article intéressant du Guardian en parle, que nous relançons dans cette clé : et si c’était le bon moment pour arrêter de fumer ?

En partant d’un désavantage

Les fumeurs peuvent être davantage exposés à une grave évolution du CoViD-19, et pas seulement : leur habitude peut faciliter la propagation de particules virales s’ils finissent – involontairement – par être infectés. Une analyse récente menée sur 8000 jeunes entre 18 et 25 ans par l’Université de Californie à San Francisco a révélé que 32% des répondants – pratiquement 1 sur 3 – avaient des conditions préexistantes qui les exposaient à un risque accru d’infection grave par des covariables. Mais lorsque les chercheurs ont retiré de l’échantillon ceux qui fumaient ou se vaporisaient, la proportion à risque a diminué de moitié pour atteindre 16 %.

Dans une autre étude (une méta-analyse de données provenant de plus de 11 000 patients atteints de covariectomie), la Société de recherche sur la nicotine et le tabac a découvert que plus de 30 % des patients avaient des antécédents de tabagisme : ces patients présentaient une évolution plus critique de l’infection, des symptômes graves n’apparaissant que chez 17,6 % des non-fumeurs. L’étude a conclu que le tabagisme est un facteur de risque pour la progression du CoViD-19 et que les fumeurs sont deux fois plus susceptibles de développer des symptômes graves.

Défenses modifiées

En février, il avait affirmé dans une étude chinoise que 85 % des patients atteints de covid étaient non-fumeurs, 13 % fumeurs et 2 % ex-fumeurs. Ces résultats suggèrent que, pour une raison quelconque, les habitudes tabagiques pourraient avoir un effet protecteur contre l’infection par le CoV-2 du SRAS. Cependant, ces travaux ont immédiatement suscité le scepticisme car ils ont été publiés juste au début de la pandémie, dans une publication très précoce et avec une connaissance générale de l’agent pathogène juste au début. Il n’y a aucune raison de croire que le tabagisme peut favoriser la santé des poumons, bien au contraire.

Les produits du tabac provoquent une inflammation permanente des voies respiratoires et affectent leur système immunitaire, les exposant à des infections ultérieures. Il est donc parfaitement plausible que la gravité des symptômes et la probabilité de décès soient plus élevées chez les fumeurs : pourquoi risquer de se retrouver avec des voies respiratoires faibles dans un moment comme celui-ci ?

Faites-le pour les autres

Nous connaissons déjà les effets néfastes de la fumée secondaire ou tertiaire, mais arrêter de fumer ou s’évaporer en période de covid serait un geste encore plus attentif envers les amis et la famille. Dans l’hypothèse malheureuse où une personne qui utilise des cigarettes ou des e-cigs serait séropositive, cette personne créerait autour d’elle des nuages d’aérosols qui pourraient être enrichis de particules virales, qui pourraient être transportées par le vent. Et comme il faut baisser le masque pour fumer, les risques de diffusion seraient encore plus fréquents.

Jean-Pierre
Jean-Pierre
Médecin généraliste à la retraite après 32 ans d'exercice, je suis aussi passionné par l'évolution des outils technologiques comme internet. Ayant beaucoup plus de temps libre, j'ai lancé ce site internet afin de coupler mes deux passions : la médecine et les outils technologiques. Mon seul objectif est de partager mes connaissances au plus grands nombres et offrir un support ouvert à tous afin de partager les dernières actualités et innovations liées à la santé.

A ne pas manquer

Articles associés