La biologie des femmes stoppe l’attaque du coronavirus

Jusqu’au 10 mai 2020, le nombre de femmes ayant reçu un diagnostic d’infection au coronavirus en Espagne était de 141 571 (56,6 %) sur 106 758 cas (42,7 %) chez les hommes ; en revanche, ce sont ces derniers qui ont nécessité le plus grand nombre d’hospitalisations (51 363 sur 40 585) ou de soins intensifs (5 344 sur 2 340). De plus, durant cette phase de la pandémie de covid-19, 11 612 hommes sont morts, contre 8 913 femmes, un chiffre vraiment remarquable

« L’une des clés de ces différences importantes et notables est l’intérêt scientifique porté à l’enzyme de conversion de l’angiotensine II, une protéine qui fait partie de la membrane plasmique qui recouvre nos cellules et qui est plus abondante chez l’homme que chez la femme », souligne le Dr Tamara Alonso Pérez, médecin assistant au service de pneumologie de l’hôpital universitaire de La Princesa à Madrid.

La copie de cette enzyme permettrait au virus une plus grande capacité de pénétration dans les cellules, leur donnant ainsi la possibilité de se répliquer plus facilement.

« Cette tolérance à la barrière cellulaire pourrait, à son tour, déclencher la possibilité que les hommes soient non seulement plus sensibles à l’infection, mais qu’ils développent des maladies pulmonaires dans leurs formes les plus graves, comme la pneumonie bilatérale, qui est une circonstance biologique critique dans la lutte contre le SRAS-CoV-2 », explique-t-il.

Le chromosome X de nos cellules contient le plus grand nombre de gènes – de petits morceaux d’ADN – liés à l’immunité ; et les femmes, avec leur chromosome XX dans la 23e paire – les 22 autres chromosomes sont identiques à ceux des hommes – ont une double copie des gènes immunitaires par rapport au chromosome XY chez les hommes.

Une très petite différence qui nous rend si différents d’un point de vue biologique.

« Malgré cela, et en attendant de connaître l’origine exacte de cette inégalité dans l’expression clinique du coronavirus, ce sont les conditions préalables à l’infection, comme les maladies cardiovasculaires et respiratoires, ou le diabète, ainsi que le tabagisme, l’alcoolisme, l’obésité et l’hypertension, les principaux facteurs de risque qui font pencher la balance du côté masculin », explique le Dr Alonso Perez.

Il convient de noter qu’à cette époque, 103 573 personnes, soit 65 % des personnes chez qui un coronavirus avait été diagnostiqué, souffraient d’une ou plusieurs maladies ou présentaient des facteurs de risque.

L’âge des personnes infectées doit également être pris en compte

Les données du Réseau national de surveillance épidémiologique du ministère de la santé (RENAVE) indiquent que la maladie touche les femmes entre 40 et 49 ans (21 400 par 14 775), 50 à 59 ans (25 46 par 18 822) et 80 ans ou plus (37 286 cas par 21 669). Pour les hommes, la courbe est plus élevée que pour les femmes entre 60-69 ans (18 311 pour 16 883) et 70-79 ans (18 377 pour 15 034 cas).

Mais les données sur les femmes et les hommes touchés plus jeunes ne sont pas non plus négligeables : de 15 à 29 ans (10 265 par 5 216) et de 30 à 39 ans (14 841 par 8 729).

« Par rapport à la pyramide des âges, les personnes de plus de 50 ans sont surreprésentées dans la prévalence de la maladie, l’incidence du coronavirus étant particulièrement notable chez les femmes entre 45 et 65 ans et chez les hommes de plus de 60 ans », note le pneumologue.

Si nous examinons le nombre de travailleurs de la santé, nous constatons qu’un total de 40 961 personnes ont été infectées, dont 31 351 femmes et 9 606 hommes. Deux chiffres qui nous renseignent sur la jeunesse, le sexe de chaque équipement de protection (PID) et l’état de préparation en première ligne de la lutte contre le coronavirus.

Les symptômes du coronavirus chez la femme

Le nombre de cas confirmés de COVID-19 en Espagne était de 282 641 le 29 juillet (24 034 au cours des quatorze derniers jours). Sur ce nombre, 126 690 ont dû être hospitalisés et 11 764 ont été admis aux soins intensifs. Le nombre de décès est de 28 441, dont neuf au cours des sept derniers jours. Le nombre de cas en Europe s’élève à 3 068 576 et il y a plus de 16 523 815 cas enregistrés dans le monde.

Le nombre de foyers et de résurgences de coronavirus actifs en Espagne est actuellement de 412, avec plus de 4 760 cas associés (environ 900 cas par jour au cours de la dernière semaine) ; ils ont été dénombrés après des contacts personnels lors de réunions familiales, de fêtes privées, de réunions dans des centres de loisirs, au travail ou dans des centres de santé, principalement.

Et les symptômes sont pratiquement les mêmes partout dans le monde : fièvre, toux, mal de gorge, dyspnée, frissons, vomissements, diarrhée, pneumonie (56 % chez les hommes et 44 % chez les femmes), syndrome de détresse respiratoire aiguë (3 604 sur 2 242) et insuffisance rénale ; auxquels s’ajoutent d’autres symptômes comme la perte du goût et de l’odorat.

« Les hommes ont tendance à souffrir plus fréquemment de fièvre et d’une sensation d’essoufflement ou de dyspnée, tandis que les femmes souffrent davantage de maux de gorge ou de malaises dans leur système digestif, dans la sphère gastro-intestinale, comme la diarrhée (6 284 cas contre 4 393 chez les hommes) », précise le médecin madrilène.

Parmi les études publiées à ce jour sur le coronavirus, un article ou « papier » intitulé « Evidence of gender bias in the diagnosis and management of covid-19 patients : a big data analysis of electronic health records » vient d’être publié, signé en co-propriété par les docteurs Julio Ancochea, José L. Izquierdo et Joan B. Soriano.

« Les données proposées, analysées à partir de l’historique électronique de 4780 patients atteints de covariectomie dans la Communauté autonome espagnole de Castille-La Manche, confirment la règle générale de prévalence (51%), les facteurs de risque, la gravité ou la mortalité de RENAVE, et contribuent à ce que les femmes souffrent davantage de maux de tête, d’anosmie (perte de l’odorat) et d’ageusie (perte du goût) après l’infection », explique le pneumologue.

« En outre, l’étude souligne que les femmes, dont l’âge moyen est inférieur de 1,5 an à celui des hommes, reçoivent moins d’examens d’imagerie diagnostique et moins d’examens de laboratoire : 65,5 % des radiographies pulmonaires (RX) pour 78,3 % des hommes ; et 49,5 % des analyses de sang pour 63,7 % des hommes », souligne-t-elle.

Comme pour d’autres maladies, notamment les maladies respiratoires, cardiovasculaires et oncologiques, il semble que les femmes ne trouvent pas le moment le plus approprié pour accéder au système national de santé… ou leurs multiples obligations familiales, professionnelles et sociales rendent la chose encore plus difficile.

La menace quotidienne du coronavirus pour les femmes enceintes

Les femmes enceintes subissent des changements immunologiques et physiologiques qui les rendent plus vulnérables aux infections par des virus et des bactéries, des micro-organismes qui compliquent souvent la grossesse, l’accouchement et la période post-partum pour la mère et le bébé.

« C’est une question très sensible pour les femmes enceintes ou ayant récemment accouché en période de coronavirus, il y a déjà peu de preuves scientifiques à ce niveau et toutes les allégations concernant la contagion mère-fœtus-bébé doivent être prises avec prudence. Ces futures mères deviennent un groupe à risque pour le SRAS-CoV-2 », déclare le docteur Tamara Alonso.

« Les études nous indiquent que les femmes enceintes ne présentent pas de cas plus graves de la maladie, puisque la grande majorité d’entre elles ont été touchées par le coronavirus de manière légère, voire asymptomatique. En fait, les manifestations cliniques, de laboratoire et radiologiques ne sont pas différentes de celles du reste de la population féminine », dit-elle.

« Par exemple, les femmes enceintes qui ont développé une pneumonie à coronavirus ne l’ont pas fait plus gravement que leurs homologues non enceintes. En ce sens, les complications survenues pendant la grossesse n’étaient pas secondaires au virus, mais à la gestation et à l’évolution même de chaque femme, avec ou sans pathologies antérieures », dit-elle.

L’infection mère-bébé peut se produire par contact direct pendant ou après l’accouchement, bien que certains cas de transmission verticale ne puissent être exclus à 100%.

Pour conclure, le Dr Tamara Alonso Pérez conseille à toutes les femmes d’être « très conscientes » du lourd fardeau que représente la maladie à coronavirus : « La clé est de prévenir l’infection, donc si vous avez des symptômes que vous soupçonnez d’être infectieux, n’hésitez pas à consulter votre médecin traitant. Notre force physique et mentale repose sur une bonne santé ».

À tel point que la pandémie de covid-19 nous a laissé des surprises inattendues, tout comme pratiquement toutes les conséquences de son action dévastatrice sur la société mondiale :

Les femmes, en plus de souffrir de la gravité pathologique du coronavirus, bien que moins gravement que les hommes, ont vu leurs progrès personnels, professionnels et sociaux frappés : moins de travail en dehors du foyer et plus de responsabilités de toutes sortes au niveau familial, un binôme classique qui entrave leur indépendance ; un pas en arrière dans la lutte contre l’écart entre les sexes.

Tout comme les patients post-coviolés bénéficient déjà d’un contrôle médical et d’une surveillance de leurs séquelles respiratoires, et que le plan « A » pour la maladie pneumococcique à l’hôpital La Princesa en est un bon exemple, il ne serait pas déplacé que la pandémie de coronavirus marque un tournant dans la réalisation de l’égalité non biologique entre les hommes et les femmes. Plutôt qu’un plan national ou régional, il devrait être un objectif prioritaire dans toutes les lois fondamentales et les politiques publiques du monde entier.

A ne pas manquer

Quels sont les dangers de la graine de lin sur votre santé ?

Vous le savez peut-être déjà : les oméga-3 sont des acides essentiels à notre corps mais, ne sont pas fabriqués par celui-ci. Pour qu’il...

Vaccins anticoagulants : l’égoïsme ne paie pas

Deux milliards de doses de vaccins anticoagulants ont été pré-réservées par les pays industrialisés avant même qu'ils ne connaissent leur efficacité, alors que ceux...

Articles associés

Quels sont les dangers de la graine de lin sur votre santé ?

Vous le savez peut-être déjà : les oméga-3 sont des acides essentiels à notre corps mais, ne sont pas fabriqués par celui-ci. Pour qu’il...

Vaccins anticoagulants : l’égoïsme ne paie pas

Deux milliards de doses de vaccins anticoagulants ont été pré-réservées par les pays industrialisés avant même qu'ils ne connaissent leur efficacité, alors que ceux...