COViD-19 : Les anticorps peuvent être de courte durée.

L’immunité contre le CoViD-19 pourrait être de courte durée : c’est ce que suggère une étude britannique, qui a suivi dans le temps une centaine de patients qui s’étaient rétablis de formes plus ou moins graves de l’infection, puis s’en sont remis. Les anticorps neutralisants, ceux qui sont capables non seulement de reconnaître mais aussi de bloquer le virus, s’estompent rapidement avec le temps – mais semblent plus abondants et plus durables chez ceux qui ont eu un parcours plus sérieux. Si les données préliminaires, disponibles sur le MedRxiv mais toujours en attente d’examen, devaient être confirmées, il faudrait revoir les attentes mondiales concernant une éventuelle immunité collective et un vaccin à résolution immédiate.

Un feu de paille

Entre mars et juin 2020, les scientifiques du King’s College London ont recherché à plusieurs reprises des anticorps contre le coronavirus SRAS-CoV-2 dans le sang de 96 patients et travailleurs de la santé des hôpitaux Guy et St Thomas du National Health Service Foundation Trust. Tous les patients avaient déjà été diagnostiqués comme atteints de covid. Les niveaux d’anticorps neutralisants développés par l’organisme contre l’infection ont atteint un pic trois semaines après l’apparition des symptômes, puis ont diminué rapidement.

Bien que la plupart des patients (60%) aient produit une réponse immunitaire massive au cours de la maladie, seuls 17% présentaient encore le même niveau d’anticorps neutralisants à la fin des trois mois de surveillance. Chez ceux qui avaient contracté la covariectomie sous une forme légère, les anticorps étaient à peine détectables, alors qu’ils semblaient plus répandus et plus durables chez les patients émergeant de formes graves de la maladie.

Ce que l’étude implique

Ces travaux font soupçonner que l’immunité humorale (c’est-à-dire les anticorps produits par les lymphocytes B en réponse à l’invasion d’un agent pathogène) contre le CoV-2 du SRAS peut ressembler à celle développée contre d’autres coronavirus moins dangereux – comme ceux qui provoquent les rhumes les plus courants et peuvent infecter de manière répétée. Ces jours-ci, une femme vivant à Pouzzoles (Naples) est revenue positive à la covidification quelques mois après avoir contracté et été soignée.

Si les données étaient confirmées, cela signifierait que l’immunité collective souhaitée pourrait ne jamais se manifester, et ce non seulement parce que relativement peu de personnes contractent l’infection, mais aussi parce que les anticorps guérisseurs sont de courte durée. Par-dessus tout, cela signifierait que les espoirs d’un vaccin qui anéantirait le cauchemar de la pandémie sont anéantis. avec une administration unique. On pourrait plutôt s’attendre à ce que des formes de protection transitoires, soient administrées dans les cas les plus à risque.

Heureusement, l’immunité humorale n’est pas le seul type de réponse immunitaire sur lequel on peut compter. Il y a aussi la réaction à médiation cellulaire, résultant du contact des lymphocytes T avec l’antigène (la signature protéique spécifique) du virus. Ce type d’immunité provoque la destruction des cellules infectées et stimule la production de molécules inflammatoires, les cytokines, qui rendent la réponse à l’agent pathogène plus efficace. Cette deuxième réponse pourrait également fournir une certaine forme de protection : nous sommes encore loin d’être certains de l’immunité au COViD-19.

Jean-Pierre
Jean-Pierre
Médecin généraliste à la retraite après 32 ans d'exercice, je suis aussi passionné par l'évolution des outils technologiques comme internet. Ayant beaucoup plus de temps libre, j'ai lancé ce site internet afin de coupler mes deux passions : la médecine et les outils technologiques. Mon seul objectif est de partager mes connaissances au plus grands nombres et offrir un support ouvert à tous afin de partager les dernières actualités et innovations liées à la santé.

A ne pas manquer

Articles associés