Hypokaliémie : quels sont les signes d’un manque de potassium ?

Le potassium est un minéral essentiel au bon fonctionnement de notre organisme. Dans un article précédent, nous étudions le cas de l’hyperkaliémie, qui correspond à un taux de potassium trop élevé dans le sang. Aujourd’hui, nous nous concentrons sur les signes d’un taux trop bas de potassium dans le sang : l’hypokaliémie. 

Avoir peu de potassium dans le sang peut mener à de graves problèmes de santé, surtout au niveau cardiaque. Dans la plupart des cas, ce sont les femmes qui en souffrent.

Quels signes/symptômes doivent attirer votre attention si vous pensez avoir un taux de potassium trop bas ? C’est ce que nous découvrons tout de suite dans cet article !

Qu’est-ce que l’hypokaliémie ?

Lorsque vous effectuez un examen sanguin, des données telles que la kaliémie sont vérifiées.

Pour être bonne, la concentration plasmatique de potassium doit atteindre un niveau d’environ 4 mmol/L (millimole/litre de sang). Ce résultat dépend bien entendu de conditions externe (ingestion de potassium, généralement originaire des fruits et légumes) et interne (comment les reins arrivent à éliminer le trop-plein de potassium).

Si vous êtes en bonne santé et que votre taux de potassium est de 3 à 3,5 mmol/L, on parle d’hypokaliémie légère. Rien de grave mais il faut tout de même veiller, avec l’aide de votre médecin, à augmenter votre consommation en potassium.

Par contre, un taux de moins de 3 mmol/L est inquiétant et signifie que vous souffrez d’une hypokaliémie sévère.

Causes de l’hypokaliémie

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles un patient peut avoir un faible taux de potassium. En voici une liste non-exhaustive :

  • une forte diminution des apports en potassium. C’est souvent le cas chez les patients anorexiques ou qui consomment de grandes quantités d’alcool de façon chronique ;
  • un mauvais fonctionnement des reins ou des glandes surrénales ;
  • la prise de diurétiques provoque souvent une augmentation de l’excrétion gastro-intestinale ou urinaire. Un manque de potassium dans l’organisme de la personne est alors constaté. C’est le cas chez 10 à 40 % des personnes prenant un traitement diurétique sur une longue période ;
  • la prise d’insuline, situation de gros stress, nombreux vomissements, caféine, prise excessive de laxatifs peuvent aussi provoquer un transfert du potassium qui est dans les cellules.

Symptômes d’un taux de potassium bas

Symptômes d’un taux de potassium bas

Si votre hyperkaliémie est légère, vous risquez bien de n’identifier aucun symptôme. Par contre, une fois qu’elle arrive à un stade plus sévère, vous pouvez ressentir différents symptômes.

Le premier signe est que votre corps perd soudainement beaucoup de liquide (vomissements, diarrhées, transpiration excessives, perte de sang). Vous ressentez donc un effet de soif.

Voici d’autres signes qui peuvent attirer votre attention :

Fatigue ou sensation de faiblesse

C’est un des premiers signes qui peut attirer votre attention.

Le potassium a pour rôle d’aider normalement à la contraction musculaire. Si votre corps trouve moins de potassium que ce dont il a besoin, il va l’utiliser différemment. Souffrir d’une carence en potassium entraîne par conséquent, une faiblesse au niveau de vos muscles.

Il a aussi été prouvé qu’une carence peut nuire à la gestion des nutriments, comme le sucre par exemple, et a donc un effet sur votre glycémie.

C’est pour toutes ces raisons que vous ressentez une sensation de fatigue.

Crampes et spasmes au niveau des muscles

Au départ des cellules où il est situé, le potassium aide à relayer les signaux du cerveau pour démarrer les contractions musculaires. Quand il sort des cellules musculaires, le potassium permet de mettre fin à la contraction. Si votre taux est trop bas, l’information n’arrive pas jusqu’au cerveau. Cela provoque alors des contractions et des crampes, prolongées.

Problèmes digestifs

Le manque de potassium constitue une des nombreuses causes des problèmes digestifs.

Ce minéral permet aux muscles de l’appareil digestif de se contracter et de faire passer les aliments en attente de digestion. L’information n’arrive pas jusqu’au cerveau si vous souffrez d’une carence en potassium. Les contractions du système digestif deviennent alors plus faibles et ralentissent le mouvement des aliments.

C’est ainsi qu’apparaissent la constipation et les ballonnements.

Rythme cardiaque anormal

Généralement, on lie des palpitations cardiaques au stress ou à l’angoisse. Sachez néanmoins qu’il est possible qu’elles soient liées à votre hypokaliémie.

Le potassium, situé dans vos cellules cardiaques, entre et sort pour réguler le rythme du cœur. Un taux bas de potassium a pour conséquence que le flux ne se fait pas correctement, provoquant ainsi des palpitations et un cœur qui bat plus vite que normalement.

Grosses courbatures dans les muscles

Une personne qui souffre d’une hypokaliémie sévère ressent de nombreuses courbatures. C’est le signe d’une rhabdomyolyse, une dégradation rapide des cellules musculaires.

Si le taux de potassium est bon, le flux sanguin fonctionne correctement vers les muscles. Par contre, un faible taux de potassium provoque un manque d’oxygène au niveau des cellules musculaires. D’où cette sensation de forte raideur des muscles du corps.

Paresthésie

La paresthésie se produit généralement dans les mains, les bras, les jambes et les pieds. Cette sensation de picotements et d’engourdissements est due aux mauvais fonctionnements des cellules nerveuses de ces membres.

Difficultés à respirer

Un taux de potassium idéal permet aux poumons d’être stimulés et de se dilater correctement. En cas d’hypokaliémie, le poumon ne peut pas se contracter correctement et la personne se sent essoufflée. Moins de sang est de ce fait, pompé vers le cœur. Cela entraîne un rythme cardiaque anormal et surtout, des difficultés à respirer.

Gros changements d’humeur

20 % des patients qui souffrent de troubles mentaux ont un faible taux de potassium (source www.sciencedirect.com). Cette carence en potassium peut donc tout à faire agir sur l’humeur de la personne et sa fatigue mentale.

Nos conseils pour augmenter votre taux de potassium

C’est via votre apport alimentaire que votre corps fait ses réserves en potassium. Prévoyez donc d’ajouter, à votre alimentation quotidienne, des aliments riches en potassium mais évitez leur surconsommation afin d’éviter l’effet inverse à savoir un surplus de potassium dans le sang.

Au niveau des fruits, préférez les oranges, bananes, kiwis, abricots et fraises.

Les légumes verts, pois, champignons, betteraves et tomates sont dès maintenant vos alliés potassium ! Le bœuf, le poisson et la dinde accompagnent à ravir ces légumes et sont aussi très riches en potassium.

Vous l’avez compris, de petits changements dans nos habitudes peuvent parfois arriver à tout changer !

A ne pas manquer

Découverte de composés dans le thé vert, la noix de muscade de raisin et le cacao qui peuvent bloquer les nouveaux coronavirus

Certains composés chimiques présents dans certains aliments ou boissons peuvent être utiles pour combattre le SRAS-CoV-2, le virus COVID-19, selon une étude réalisée par...

Syndrome néphrotique, nouveau traitement avec stimulation électrique et choc thermique

De faibles chocs de courant électrique pulsé combinés à la chaleur peuvent être très utiles pour obtenir des effets anti-inflammatoires et antifibrotiques dans les...

C’est ainsi que le nouveau coronavirus peut atteindre le cerveau.

Il a déjà été reconnu que COVID-19 n'est pas seulement une maladie respiratoire : le virus peut se propager à de nombreuses autres zones...

Articles associés

Découverte de composés dans le thé vert, la noix de muscade de raisin et le cacao qui peuvent bloquer les nouveaux coronavirus

Certains composés chimiques présents dans certains aliments ou boissons peuvent être utiles pour combattre le SRAS-CoV-2, le virus COVID-19, selon une étude réalisée par...

Syndrome néphrotique, nouveau traitement avec stimulation électrique et choc thermique

De faibles chocs de courant électrique pulsé combinés à la chaleur peuvent être très utiles pour obtenir des effets anti-inflammatoires et antifibrotiques dans les...

C’est ainsi que le nouveau coronavirus peut atteindre le cerveau.

Il a déjà été reconnu que COVID-19 n'est pas seulement une maladie respiratoire : le virus peut se propager à de nombreuses autres zones...