Inversion des symptômes de l’emphysème chez des souris ayant reçu une injection de cellules endothéliales pulmonaires

Une équipe de chercheurs de Weill Cornell Medicine et de New York-Presbyterian a mis au point une nouvelle technique révolutionnaire qui, selon la presse de l’université Rockefeller, peut inverser les symptômes de l’emphysème, du moins chez les souris. Les chercheurs ont mené des expériences sur des souris et ont publié les résultats intéressants dans le Journal of Experimental Medicine.

Emphysème et bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO)

L’emphysème est une maladie pulmonaire inflammatoire qui survient généralement dans le cadre d’une maladie plus vaste et plus complexe, la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), une maladie inflammatoire elle-même souvent liée au tabagisme.
L’emphysème implique le mauvais fonctionnement puis la perte des alvéoles pulmonaires, petits sacs d’air dans les poumons. Cela se traduit par des difficultés respiratoires, une insuffisance respiratoire et une modification des vaisseaux sanguins des poumons en raison des cellules endothéliales (les cellules des parois des vaisseaux sanguins) qui commencent à mal fonctionner et ne parviennent pas à reconstruire les tissus.

L’injection de cellules endothéliales pulmonaires saines fait disparaître les symptômes chez la souris

La relation entre le dysfonctionnement de ces cellules et l’ensemble de la physiopathologie de la BPCO n’est toutefois pas encore claire, comme l’explique Augustine MK Choi, auteur principal de l’étude.
Toutefois, le chercheur et ses collègues ont découvert que l’administration par voie intraveineuse de cellules endothéliales pulmonaires saines peut déclencher un processus de réparation des tissus endommagés dans les poumons, comme l’explique Shahin Rafii, chef du département de médecine régénérative à Weill Cornell Medicine, autre auteur de l’étude : « Cela pourrait indiquer que le rétablissement d’une vascularisation saine – par l’administration intraveineuse de cellules endothéliales pulmonaires normales ou en inversant la signalisation aberrante des cellules endothéliales – pourrait favoriser la réparation et la régénération des tissus pulmonaires endommagés. »

Le rôle de l’alpha-2-glycoprotéine-1 riche en leucine (LRG1)

À la surprise des chercheurs eux-mêmes, l’injection de cellules endothéliales pulmonaires saines à des souris présentant des cellules endothéliales pulmonaires endommagées a permis de réduire le niveau de destruction alvéolaire lié à l’emphysème et de déclencher un processus de restauration de la fonction pulmonaire. D’autres types de cellules, comme les cellules endothéliales prélevées sur des tissus d’autres organes, n’ont pas eu le même effet positif.
Les chercheurs ont également constaté que l’élimination de l’alpha-2-glycoprotéine-1 (LRG1) riche en leucine, une protéine de signalisation cellulaire qui joue également un rôle dans la néphropathie diabétique et divers cancers, des cellules d’And etole avait un effet positif chez la souris sur la destruction des tissus causée par l’emphysème.

Cellules endothéliales : rôle important dans l’emphysème

Ces résultats, comme l’explique Alexandra Racanelli, autre auteur de l’étude et professeur de médecine à Weill Cornell, suggèrent un rôle important, peut-être plus important qu’on ne le pensait auparavant, pour les cellules endothéliales dans la maladie pulmonaire obstructive chronique associée à l’emphysème.

A ne pas manquer

Articles associés