L’Afrique contrôle le coronavirus

Le continent africain compte 14 % de nouveaux cas d’IDOC-19 en moins au cours des sept derniers jours par rapport à la semaine précédente, une tendance à la baisse qui se produit malgré une augmentation des tests de diagnostic, a rapporté le Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies (Africa CDC)

L’évolution de la pandémie de coronavirus en Afrique n’est pas comparable à son développement en Amérique, en Europe ou dans certains pays asiatiques.

Plus de six mois après l’apparition du VIDOC-19 dans le monde, le continent africain n’a pas connu l’explosion que beaucoup prédisaient, du moins pas encore.

« Les chiffres nous disent que ce que nous faisons fonctionne », a déclaré John Nkengasong, directeur du CDC Afrique, lors d’une conférence de presse virtuelle, mais il a averti : « Nous ne chantons pas la victoire, il y a encore beaucoup de chemin à parcourir.

L’Afrique a enregistré 1.267.426 cas d’infection par des coronavirus (5% du total mondial) et 30.297 décès (4% des décès dans le monde), selon les dernières données recueillies par l’Efe à partir d’informations fournies par les gouvernements, l’Union africaine (UA) et l’Université Johns Hopkins (USA), hier jeudi.

Raisons d’espérer

En outre, plus d’un million de personnes se sont remises de la maladie, ce qui est « une très bonne nouvelle pour le continent », selon M. Nkengasong.

Au cours des sept derniers jours, l’Afrique a signalé 57 470 cas, et c’est la deuxième semaine de baisse des nouvelles infections de la maladie, avec des baisses notables dans la région centrale (31% des nouveaux cas), dans le nord (26%) et dans l’ouest (18%).

« Bien que nous assistions à un déclin mondial, nous devons le prendre avec une extrême prudence », a déclaré Richard Mihigo, directeur de programme à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), lors d’une autre conférence de presse virtuelle jeudi.

« Ce n’est pas le moment de se détendre », a demandé le Dr Mihigo, qui a estimé que nous devrions « continuer à nous en tenir aux mesures qui nous ont amenés là où nous sommes maintenant.

Cependant, de nouveaux cas ont augmenté dans l’est, en raison de l’augmentation en Éthiopie, et dans le nord du continent, en raison du Maroc et de la Libye. « Ces pays influencent la tendance régionale », a déclaré le directeur du CDC Afrique.

Les cinq pays qui ont signalé le plus de nouveaux cas au cours de ces sept jours sont l’Afrique du Sud (avec 17 578 nouvelles infections et 630 595 au total), l’Éthiopie (10 721 et 54 409), le Maroc (10 529 et 65 453), la Libye (3 875 et 15 156) et l’Algérie (2 531 et 45 158).

Le CDC africain a souligné l’effort pour augmenter le nombre de tests effectués sur le continent, qui est de 6 % supérieur à celui de la semaine précédente.

Au total, 12,6 millions de tests ont été effectués dans les 55 pays membres de l’UA, avec un taux de positivité de 9,6 %, ce qui est inférieur aux 10 % recommandés par l’OMS. Et parmi les personnes détectées, « la plupart sont asymptomatiques », a expliqué M. Mihigo, qui y voit « un signe très encourageant ».

Cependant, près de 80 % des tests effectués la semaine dernière l’ont été dans seulement 10 pays : l’Afrique du Sud (qui est toujours en tête pour les tests de diagnostic), le Maroc, l’Éthiopie, l’Égypte, le Kenya, le Ghana, le Rwanda, le Nigeria, l’Ouganda et le Cameroun.

Le plus grand défi actuel, après avoir obtenu que tous les pays fassent leur propre dépistage, est de décentraliser les capacités vers les régions les plus éloignées des pays, a déclaré le CDC africain.

La voie vers les vaccins

En outre, l’Afrique doit se préparer « à l’une des plus grandes campagnes de vaccination », a déclaré le responsable du programme de l’OMS, qui est convaincu que l’expérience acquise avec la polio, dont la transmission par le virus dans la nature a été éradiquée la semaine dernière, permettra de soutenir cette campagne.

Bien que des essais cliniques soient encore en cours pour plusieurs vaccins, les premiers devraient être « largement disponibles » sur le continent d’ici le premier semestre 2021, a déclaré Richard Hatchett, directeur exécutif de la Coalition for Preparedness of Epidemic Innovations (CEPI), l’un des sponsors du COVAX-Facility, le partenariat international visant à rendre le vaccin COVID-19 accessible.

Par cette initiative, l’Afrique cherche à obtenir au moins 220 millions de doses de ce vaccin pour le continent, une fois qu’il aura été homologué.

L’OMS envisage une distribution du vaccin, d’abord à 20 % de la population, y compris les travailleurs de la santé, les personnes âgées et les personnes atteintes d’autres maladies à risque.

Huit pays africains à revenu moyen et élevé se sont déjà engagés à couvrir le coût du vaccin pour leur population, et les 46 autres pays disposeront du vaccin gratuitement.

Le partenariat COVAX a permis de collecter environ 700 millions de dollars sur un objectif initial de 2 milliards de dollars auprès des pays donateurs à revenu élevé, ainsi que du secteur privé et des philanthropes, d’ici la fin de 2020.

A ne pas manquer

Quels sont les dangers de la graine de lin sur votre santé ?

Vous le savez peut-être déjà : les oméga-3 sont des acides essentiels à notre corps mais, ne sont pas fabriqués par celui-ci. Pour qu’il...

Articles associés