Les aliments industriels ultra-transformés accélèreraient le vieillissement biologique des cellules

0
2847

Une étude espagnole a révélé que manger de grandes quantités d’aliments industriels ultra-transformés contribue au vieillissement rapide de notre organisme.

Les aliments ultra-transformés dans le collimateur

Bien qu’ils soient peu chers et faciles à utiliser, burgers, pizza industrielles, plats instantanés et de nombreux autres aliments industriels sont épinglés par les nutritionnistes. Selon les chercheurs, ces plats favoriseraient le vieillissement biologique de ceux qui en consomment beaucoup.

Une étude espagnole publiée en juin 2020 dans la revue The American journal of clinical nutrition a été réalisée par une équipe de chercheurs du département de nutrition de l’université de Navarre auprès de 886 personnes âgées de plus de 55 ans pendant une vingtaine d’années. Elle a permis de mesurer un marqueur du vieillissement biologique, à savoir la longueur de composants génétiques appelés « télomères » et suggère qu’un mauvais régime alimentaire peut faire vieillir plus rapidement les cellules.

Grâce à un questionnaire, les participants ont été répartis en quatre groupes, des plus gros mangeurs d’aliments ultra-transformés aux plus faibles. Pour déterminer quels aliments sont défini comme ultra-transformés, les auteurs de l’étude se sont appuyés sur la classification NOVA. Les participants ont ensuite fourni des échantillons de leur salive pour les analyses génétiques.

Des télomères courts chez ceux qui mangent mal

La science sait déjà que les aliments ultra-transformés sont liés à des maladies comme l’obésité, l’hypertension, le diabète et plusieurs cancers. Mais il est apparu dans cette étude que les plus gros consommateurs, à savoir ceux qui mangeaient plus de 3 portions ou plats ultra-transformés par jour, présentaient un risque deux fois plus élevé d’avoir des télomères plus courts que ceux qui en consommaient le moins.

Les télomères sont des structures protectrices d’ADN situées à l’extrémité des chromosomes, et sont nécessaires au fonctionnement des cellules du corps. Il s’agit d’un indicateur pour évaluer le vieillissement cellulaire car la longueur des télomères diminue à chaque fois qu’une cellule se divise. A force, les cellules cessent de se diviser et de fonctionner normalement.

D’autres études sont cependant nécessaires pour confirmer ces observations, selon les auteurs, et avant de pouvoir affirmer un lien de cause à effet. En effet, les plus grands consommateurs de cette nourriture étaient plus susceptibles d’avoir des antécédents familiaux de maladie cardiovasculaire (MCV), de diabète et de graisses sanguines anormales. Ils ont également consommé davantage de graisses, de graisses saturées, de restauration rapide et de viandes transformées, et moins de fruits et de légumes.

Article précédentL’Afrique contrôle le coronavirus
Article suivantL’ail, un remède naturel qui peut faire baisser votre tension
Jean-Pierre
Médecin généraliste à la retraite après 32 ans d'exercice, je suis aussi passionné par l'évolution des outils technologiques comme internet. Ayant beaucoup plus de temps libre, j'ai lancé ce site internet afin de coupler mes deux passions : la médecine et les outils technologiques. Mon seul objectif est de partager mes connaissances au plus grands nombres et offrir un support ouvert à tous afin de partager les dernières actualités et innovations liées à la santé.