L’amour, selon Mafalda, pour ces temps difficiles

En ces temps difficiles, Mafalda revient pour nous accompagner avec son concept d’amitié et de compassion, son engagement envers de grands idéaux et son amour pour les petites choses de la vie : la radio, les Beatles, le Crazy Bird…

Avec une édition centrée sur le sentiment amoureux, Lumen a voulu célébrer le 50e anniversaire de l’arrivée en Espagne de cette jeune fille belligérante et anticonformiste qui essaie de comprendre le monde qui nous entoure.

Dans la nouvelle publication de Lumen, « L’amour selon Mafalda », on trouve une sélection de bandes qui parlent beaucoup de bonbons, d’histoires de cow-boys ou de Brigitte Bardot.

Mais aussi de la haine, de la jalousie, de l’incompréhension, de l’égoïsme et de la désaffection.

Lola Martínez de Albornoz, éditrice de Lumen, a expliqué à EFEsalud que depuis quelques années, ils font des compilations thématiques des dessins animés de la Mafalda et que l’amour est le plus universel de tous.

« Nous aimons toujours nous demander comment Mafalda voit tel ou tel sujet, car il vous réserve de nombreuses surprises. Quoi que vous y cherchiez, il apporte un aspect très particulier ».

Ce choix est en accord avec « Quino » (Joaquín Lavado), lauréat du Prix Prince des Asturies et créateur de cette jeune fille qui est apparue pour la première fois devant les lecteurs le 29 septembre 1964 dans la revue argentine Primera Plana.

Pour Martínez de Albornoz, l’amour selon Mafalda a plusieurs niveaux de lecture, il y a son amour pour les Beatles, ou son amour platonique pour Felipe, ou pour la caisse de Manolito, ou encore l’amour plus conventionnel de Susanita.

L’amour de Mafalda : tendresse et amitié

Bien que l’amour de Mafalda n’ait rien à voir avec l’amour romantique, c’est plutôt une question d’amitié, et « elle veut toujours essayer de contribuer à ce que les gens s’entendent, à ce qu’il n’y ait pas de guerre, à ce que le monde lui ressemble davantage.

« Il y a une chose très agréable, c’est qu’elle veut être traductrice à l’ONU pour essayer de faire en sorte que les gouvernements se comprennent et cessent de se battre.

Mais la protagoniste, poursuit l’éditeur, ne veut pas nous donner une leçon d’amour, ses messages sont très basiques, nous le savons tous :

« Mais pour une raison étrange, nous ne les mettons pas en pratique : pour aimer la culture, pour aimer la connaissance, pour ne pas faire aux autres ce que nous n’aimons pas qu’on nous fasse.

« Parce que l’important dans l’amour n’est plus le romantisme pâle, mais la capacité de se contenir, le travail de l’amitié la plus attentive et, enfin, le soin de notre propre monde mais aussi du vaste monde que nous habitons afin qu’il reste habitable dans le futur ».

Enfin, et selon elle, Mafalda est une fille très compatissante et il y a le dessin animé dans lequel elle voit des enfants pauvres et prend un pansement et se demande : « Eh bien, comment fait-on pour se coller cela sur l’âme ?

En bref, l’amour, c’est Mafalda qui s’intéresse à la paix, au progrès et à la connaissance.

C’est Philippe qui se réfugie dans les bandes dessinées, ou qui prétend qu’avec le costume de Ranger Solitaire, il peut résoudre toutes ses peurs.

Il est Manolito quand il caresse la tirelire dans laquelle sont cachées ses pièces de monnaie, mais aussi ses rêves d’avenir.

Pour Lumen, deviner ce qu’est l’amour, la tendresse et l’amitié à travers un petit philosophe comme Mafalda est devenu presque un acte d’urgence.

Dans Confessions of a Lying Publisher (Lumen, 2020), Esther Tusquets raconte comment elle a connu et embauché le travail de Quino, et explique qu’elle l’a fait parce qu’elle aimait Mafalda, et non parce qu’elle croyait « même de loin que ce serait un succès commercial.

« En fait, j’ai fait une modeste édition du premier carnet. Je pense à trois ou quatre mille exemplaires. Et la vente, à la surprise générale, a immédiatement explosé, et continue encore aujourd’hui ».

À ce jour, des centaines de milliers, des millions d’exemplaires ont été vendus en Espagne et traduits dans plus de vingt langues et dialectes, les plus récents étant l’arménien, le bulgare, l’hébreu, le polonais et le guarani.

A ne pas manquer

Articles associés