Comment savoir si on a une phobie?

Si vos avez une peur intense et durable d’un objet ou d’une situation particulière, il se peut que vous ayez une phobie. Les phobies touchent environ 15 % des personnes. Voici ce qu’il faut savoir pour détecter une phobie et sur ce qu’il faut faire si vous en avez une.

Cela peut vous aider si :

  • vous voulez savoir si vous avez une phobie ;
  • votre peur d’un objet ou d’une situation affecte négativement votre vie ;
  • vous recherchez des mesures pratiques pour gérer une phobie.

Une phobie : qu’est ce que c’est ?

La peur est une réaction normale et saine à une menace, et active notre réaction de fuite ou de combat lorsque nous sommes en danger physique. Cependant, nous éprouvons également cette réaction lorsque nous sommes confrontés à des menaces perçues, comme le fait de se trouver dans un espace clos ou dans une grande foule. Nous appelons ces peurs des phobies lorsqu’elles nous empêchent d’assumer nos responsabilités, comme aller à l’école ou travailler, et nous font manquer des activités agréables.

Les gens peuvent être conscients qu’ils réagissent à une menace perçue et non à une menace réelle, mais peuvent néanmoins être incapables de contrôler l’anxiété qu’elle provoque. Certaines phobies provoquent une détresse extrême et peuvent être associées à des crises de panique.

Les différents types de phobies

Il existe trois types de phobies :

  • La phobie spécifique : une peur intense et irrationnelle d’un objet, d’un animal ou d’une expérience.
  • La phobie sociale : autrement connue sous le nom d’anxiété sociale, il s’agit d’une peur intense du jugement public ou de l’humiliation dans un contexte social. Ce n’est pas la même chose que la timidité, et peut être vraiment débilitante.
  • Agoraphobie : crainte de quitter son foyer ou un espace perçu comme sûr. Cette phobie est généralement associée à des crises de panique et à la crainte d’avoir une crise de panique lorsqu’on est loin de chez soi.

Les phobies spécifiques peuvent être classées en fonction de l’objet ou de la situation. Les catégories comprennent la peur de :

  • des animaux (par exemple serpents, araignées, chiens, insectes)
  • de l’environnement naturel (par exemple hauteurs, tempêtes, eau)
  • du sang, des blessures ou des situations médicales (par exemple aiguilles, blessures, procédures médicales)
  • des situations (par exemple avions, ascenseurs, espaces clos) d’autres (par exemple étouffement, bruits forts, clowns).

Des phobies spécifiques peuvent être liées à des causes et des déclencheurs qui ne se produisent pas fréquemment dans la vie quotidienne (par exemple, les serpents). La phobie sociale et l’agoraphobie sont plus complexes, car leurs déclencheurs ne sont pas aussi faciles à identifier et sont plus difficiles à éviter (par exemple, la foule).

Signes et symptômes des phobies

symptômes des phobies

Les signes que vous pourriez avoir une phobie sont notamment les suivants

  • avoir une peur excessive et continue d’une situation ou d’un objet, pendant six mois ou plus,
  • ressentir un besoin intense d’éviter ou de fuir la situation ou l’objet crain,
  • ressentir une panique ou une détresse lorsque vous être exposé à la situation ou à l’objet en question,
  • se sentir incapable de réagir correctement ou d’être hors de contrôle lorsque vous êtes exposé à la situation ou à l’objet craint,
  • savoir que la peur est déraisonnable ou exagérée, mais être incapable de contrôler les sentiments de détresse.

Les sentiments d’anxiété et de détresse peuvent être provoqués par le simple fait de penser à la situation ou à l’objet. Les symptômes physiques peuvent comprendre :

  • transpiration
  • douleur ou oppression thoracique
  • respiration anormale
  • fourmillements et picottement
  • bouche sèche
  • confusion ou désorientation
  • nausée ou vertige
  • mal de tête.

Les personnes souffrant de phobies complexes (phobie sociale et agoraphobie) sont plus susceptibles de voir un impact sur leur bien-être, car les déclencheurs de ces phobies sont plus fréquents et plus difficiles à éviter. Par exemple, une personne peut être incapable d’aller à l’école ou de travailler, ou peut éviter de voir ses amis et sa famille.

Quelles sont les causes des phobies ?

Les phobies spécifiques se développent généralement avant l’âge de dix ans. Elles peuvent être le résultat d’une expérience précoce effrayante avec un objet ou une situation spécifique (par exemple, si un jeune enfant est mordu par un chien). Les phobies peuvent également se manifester pendant l’enfance par le témoignage de la phobie d’un proche (par exemple, un enfant dont un parent a une phobie des araignées est plus susceptible de développer la même phobie).

Les causes des phobies complexes sont plus difficiles à déterminer. On pense que ces phobies résultent d’une combinaison d’expériences de vie, de traits de personnalité, de génétique et d’histoire familiale.

Comment se faire soigner pour les phobies ?

Les phobies sont vraiment difficiles à gérer seul et, heureusement, vous n’êtes pas obligé de le faire – il existe des aides. Comme beaucoup d’autres troubles anxieux, elles réagissent bien au traitement. La première étape consiste à consulter votre médecin généraliste ou un professionnel de la santé mentale, ou à prendre contact avec un service professionnel en ligne ou par téléphone.

Votre médecin travaillera avec vous, à un rythme qui vous convient, pour mettre au point un plan de traitement qui vous convienne. Il peut s’agir d’une combinaison de thérapie, de médicaments et de stratégies d’autogestion.

A ne pas manquer

Selon une étude, les enfants souffrent davantage de dyslexie émotionnelle

Les enfants dyslexiques présentent des réactions émotionnelles plus fortes et plus réactives que les enfants sans dyslexie, selon une nouvelle étude menée par des...

Le « Nez » électronique détecte le cancer et d’autres maladies dues aux odeurs de l’air expiré

Des solutions conçues pour faire l'analyse des gaz respiratoires, ceux que nous expulsons lorsque nous respirons, sont développées par une équipe de chercheurs du...

Virus qui « tue » le cancer du côlon en activant le système immunitaire créé par les scientifiques…

Un virus qui peut aider à tuer les cellules cancéreuses pourrait un jour améliorer la capacité du système immunitaire à réagir afin d'éradiquer les...

Articles associés

Selon une étude, les enfants souffrent davantage de dyslexie émotionnelle

Les enfants dyslexiques présentent des réactions émotionnelles plus fortes et plus réactives que les enfants sans dyslexie, selon une nouvelle étude menée par des...

Le « Nez » électronique détecte le cancer et d’autres maladies dues aux odeurs de l’air expiré

Des solutions conçues pour faire l'analyse des gaz respiratoires, ceux que nous expulsons lorsque nous respirons, sont développées par une équipe de chercheurs du...

Virus qui « tue » le cancer du côlon en activant le système immunitaire créé par les scientifiques…

Un virus qui peut aider à tuer les cellules cancéreuses pourrait un jour améliorer la capacité du système immunitaire à réagir afin d'éradiquer les...