Le monde complexe des relations : pourquoi nous nous entendons et pourquoi nous ne nous entendons pas avec les autres ?

Pourquoi nous entendons-nous bien ou mal avec d’autres personnes ? Le monde complexe des relations interpersonnelles est influencé par de nombreux facteurs : humeur, chimie, éducation, équilibre émotionnel, temps, économie, technologies…

Le fait est que la qualité des relations sociales personnelles et intimes que nous entretenons avec les personnes que nous côtoyons et avec lesquelles nous vivons détermine de manière significative notre bien-être et notre satisfaction, ou notre inconfort et notre souffrance.

María Inés Monjas Casares, psychologue et professeur à l’université de Valladolid, explique que la base des bonnes relations interpersonnelles, qu’elles soient sociales ou intimes, « réside dans le fait qu’elles doivent être fondamentalement égalitaires, respectueuses, positives, solides, honnêtes, réciproques et engagées. »

C’est la théorie, mais dans la pratique, il y a des obstacles et des menaces et tout n’est pas rose.

Il souligne en outre le fait que la technologie a affecté « non seulement en quantité, mais aussi en qualité, la manière dont nous entamons, formons, maintenons et terminons nos relations ».

En revanche, « le changement de valeurs est palpable dans une société centrée sur l’économique, l’individu, l’extérieur, les apparences, la visibilité ou les biens matériels. »

« Dans ce contexte, on parle de société égocentrique et de génération « mimi » (mon bonheur, mon bien-être, mes intérêts). »

Il souligne également l’augmentation de pathologies telles que l’insomnie, les troubles digestifs, l’anxiété, la dépression, le stress, la forte consommation de médicaments psychotropes et l’augmentation de divers problèmes de violence interpersonnelle.

Il faut ajouter à cela que la crise économique « a un impact sur les circonstances compliquées d’accès et de performance au travail associées à l’incertitude, la temporalité, le stress de la précarité, la pression… »

Le psychologue cite le philosophe et sociologue Zygmunt Bauman lorsqu’il parle de modernité liquide et d’amour liquide et qu’il affirme qu’ils sont caractérisés par un manque de consistance et de chaleur et par une tendance à être de plus en plus superficiels, fugaces et avec moins d’obligations et de responsabilités.

Cela implique que, plutôt que des relations, ce sont des connexions qui sont établies.

Auteur de « El complejo mundo de las relaciones interpersonales » (Pirámide) , où vous pouvez lire toutes ces réflexions, María Inés Monjas fait référence à EFEsalud que toutes les personnes, tout au long de leur vie, font l’expérience de la solitude, de la timidité, du rejet, des inimitiés…

Le monde complexe des relations : deux théories

En ce qui concerne les raisons pour lesquelles les relations sont maintenues ou interrompues, María Inés Monjas évoque deux théories :

La première suit le modèle coûts-avantages. Les relations sont initiées et maintenues parce que des gains et des récompenses sont obtenus, comme la compagnie, le soutien émotionnel, les biens matériels, la protection ou le sexe.

« Et bien qu’elles impliquent également un engagement en temps, des efforts personnels, voire des coûts financiers, seules subsistent celles pour lesquelles les récompenses sont supérieures aux coûts. »

Et il en est ainsi, affirme-t-il, parce que « les besoins hédoniques sont satisfaits, le plaisir est optimisé et la douleur est minimisée ».

La seconde, la théorie de l’équité et de la réciprocité, soutient que dans toute relation, il y a toujours une comparaison des contributions, des coûts et des récompenses des participants, en s’attendant à ce que l’équilibre soit égal et juste.

« Lorsqu’il y a déséquilibre, la personne qui reçoit moins ne se sent pas bien traitée et celle qui contribue moins au lien peut se sentir coupable. »

Comment renverser la situation

Parmi les raisons de s’entendre, note l’auteur, figurent des aspects d’attraction, une bonne communication, des caractéristiques d’amitié et des interactions cordiales.

Et lorsqu’il s’agit d’expliquer pourquoi nous ne nous entendons pas bien, nous tenons en quelque sorte l’autre personne responsable de ce « manque de connexion ou de syntonisation, au motif qu’elle adopte des comportements qui nous dérangent et fait des choses négatives qui nous déplaisent ».

Pour renverser cette situation, le psychologue parle du développement de sept compétences :

1.- Sociabilité

2.- Communication

3.- Assertivité

4.- L’intelligence émotionnelle

5.- Empathie

6.- Faire face

En plus de la conscience de soi, de la proactivité et des valeurs.

Une relation, explique-t-il, est une chose vivante, avec des hauts et des bas, et plus il y a d’affection, plus elle devient complexe.

Les relations familiales et les relations de couple sont donc plus complexes.

Les relations de travail sont également compliquées, « parce qu’elles sont obligatoires, et qu’il n’y a pas d’autre choix que de vivre avec le collègue ou le patron qui est inconfortable, désagréable, voire détestable ».

Mais tout n’est pas perdu, et dans son livre, l’auteur, qui a développé un programme de relations positives, propose tout un cadre pour relever le défi de construire des relations interpersonnelles de qualité et chaleureuses.

A ne pas manquer

Articles associés