Le mystérieux virus mortel du Chapare découvert en Bolivie peut également être transmis d’homme à homme

Une mystérieuse maladie infectieuse causée par un virus mortel qui se propage en Bolivie peut également se transmettre de personne à personne, selon une nouvelle annonce faite lors de la réunion annuelle de la Société américaine de médecine tropicale et d’hygiène (ASTMH).
L’annonce se fonde sur une nouvelle étude qui a également trouvé des preuves préliminaires de l’existence d’un des principaux vecteurs du virus, une espèce de rongeur, qui peut le transmettre à l’homme.

Chapare mammarenavirus

Il s’agit du mammarenavirus Chapare qui, jusqu’à présent, a causé au moins cinq infections près de certains villages proches de la capitale de la Bolivie, La Paz, en 2019. Trois de ces infections ont été mortelles. L’infection semble provoquer une fièvre hémorragique et, en général, des symptômes similaires à ceux du virus Ebola.
Cette première petite épidémie a immédiatement mis en mouvement des experts de divers instituts, dont le ministère bolivien de la santé et le CDC américain.

Diffusion par contact avec les fluides corporels

Les enquêtes préliminaires montrent que c’est un jeune médecin, un médecin ambulancier et un gastro-entérologue qui ont contracté le virus après avoir été en contact avec certains patients infectés. Deux des trois travailleurs de la santé sont alors décédés, comme l’explique Caitlin Cossaboom, une épidémiologiste du CDC qui travaille sur ce cas. Selon le chercheur, c’est le contact avec les fluides corporels qui ont porté le virus et qui ont permis sa propagation.

Elle peut aussi être transmise sexuellement

En outre, les chercheurs ont découvert la présence d’ARN viral dans le sperme d’un des survivants du virus 668 jours après le début de l’infection, ce qui pourrait signifier qu’il s’agit d’un virus qui peut également être transmis sexuellement.

Appartient au groupe des arénavirus

Mais pour l’instant, les chercheurs tentent de comprendre quelles sont toutes les autres voies de transmission de ce virus dont on sait très peu de choses. Il s’agit d’un virus qui appartient à un groupe de virus appelés arénavirus. Ce groupe comprend le virus Lassa, un virus africain qui cause des milliers de morts chaque année, et le virus Machupo, un virus sud-américain qui a causé plusieurs épidémies mortelles en Bolivie.

Symptômes de la fièvre de Chapare hémorragique

Parmi les symptômes découverts chez les patients qui ont été infectés lors de l’épidémie de 2019, on trouve de la fièvre, des vomissements, des douleurs abdominales, du sang dans les gencives, des éruptions cutanées et des douleurs dans le fond des yeux. Il n’existe actuellement aucun traitement spécifique.

Parmi les vecteurs figurent les petits rongeurs des champs

Les chercheurs ont trouvé des preuves de la présence de ce virus chez certains rongeurs prélevés dans des champs cultivés par le premier patient identifié avec le virus en 2019, un agriculteur qui est ensuite décédé. Ce sont des rats pygmées du riz et des rats pygmées du riz avec de petites oreilles, de petits rongeurs très semblables aux souris appartenant au genre Oligoryzomys.

Le virus est probablement présent en Bolivie depuis de nombreuses années

« La séquence du génome de l’ARN que nous avons isolée dans les spécimens de rongeurs correspond assez bien à ce que nous avons vu dans les cas humains », explique le chercheur. On pense que la maladie causée par le virus Chapare est présente en Bolivie depuis plusieurs années et que les patients infectés par des virus qui provoquent des symptômes similaires, comme la dengue, ont peut-être été mal diagnostiqués dans le passé. En outre, le premier cas confirmé remonte à 2004, bien avant la première épidémie en 2019.

A ne pas manquer

Découverte de composés dans le thé vert, la noix de muscade de raisin et le cacao qui peuvent bloquer les nouveaux coronavirus

Certains composés chimiques présents dans certains aliments ou boissons peuvent être utiles pour combattre le SRAS-CoV-2, le virus COVID-19, selon une étude réalisée par...

Syndrome néphrotique, nouveau traitement avec stimulation électrique et choc thermique

De faibles chocs de courant électrique pulsé combinés à la chaleur peuvent être très utiles pour obtenir des effets anti-inflammatoires et antifibrotiques dans les...

C’est ainsi que le nouveau coronavirus peut atteindre le cerveau.

Il a déjà été reconnu que COVID-19 n'est pas seulement une maladie respiratoire : le virus peut se propager à de nombreuses autres zones...

Articles associés

Découverte de composés dans le thé vert, la noix de muscade de raisin et le cacao qui peuvent bloquer les nouveaux coronavirus

Certains composés chimiques présents dans certains aliments ou boissons peuvent être utiles pour combattre le SRAS-CoV-2, le virus COVID-19, selon une étude réalisée par...

Syndrome néphrotique, nouveau traitement avec stimulation électrique et choc thermique

De faibles chocs de courant électrique pulsé combinés à la chaleur peuvent être très utiles pour obtenir des effets anti-inflammatoires et antifibrotiques dans les...

C’est ainsi que le nouveau coronavirus peut atteindre le cerveau.

Il a déjà été reconnu que COVID-19 n'est pas seulement une maladie respiratoire : le virus peut se propager à de nombreuses autres zones...