Les commotions cérébrales multiples peuvent perturber la zone du cerveau impliquée dans la vigilance reposante.

Une équipe de chercheurs a produit une nouvelle étude qui sera présentée la semaine prochaine lors de la conférence annuelle de la Radiological Society of North America (RSNA). L’étude concerne les cas où de jeunes adultes ou adolescents subissent des commotions multiples, c’est-à-dire trois à cinq commissions cérébrales avec des symptômes post-commotionnels associés. À la suite de leur étude, les chercheurs ont réalisé que ces commotions cérébrales peuvent perturber une zone du cerveau qui joue un rôle dans le repos d’alerte et les pensées internes.

Imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) à l’état de repos

Les chercheurs ont utilisé une technique d’IRM appelée imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) à l’état de repos. Ils l’ont utilisé sur 142 sujets (dont 67 femmes, d’un âge moyen de 18,2 ans) qui avaient subi des commotions cérébrales. Les données des patients avaient été prises au centre médical de l’Université de Rochester et ces mêmes patients avaient été diagnostiqués comme souffrant du syndrome post-commotionnel. Il s’agit d’une affection qui présente certains symptômes après une commotion cérébrale, notamment des maux de tête, de la fatigue, des vertiges et un certain degré d’irritabilité.

Scanner du réseau du mode par défaut (DMN) du cerveau

En scannant le cerveau des patients par IRMf, les chercheurs ont évalué l’activité de cette zone du cerveau, appelée réseau du mode par défaut (DMN, ou système de condition par défaut). Les chercheurs ont créé une carte pour chaque sujet afin de comprendre comment l’activité dans cette région du cerveau était distribuée dans l’espace et dans le temps, selon Thomas Johnson, neurologue à l’Institut de New York, l’un des chercheurs qui ont réalisé l’étude.

S’ils ont trouvé des différences pour ceux qui ont eu trois à cinq commotions cérébrales

Les chercheurs n’ont constaté aucune différence dans les MND pour les personnes ayant subi une ou deux commotions cérébrales. Cependant, des perturbations de la NDM ont été constatées chez les personnes ayant subi trois à cinq commotions cérébrales.
« Nous constatons les preuves d’une maladie à deux niveaux », explique le chercheur, qui ajoute que, comme le montrent ces données, le fait de subir plusieurs commotions cérébrales, trois à cinq précisément, semble pouvoir perturber les processus cognitifs à long terme : « Nous devons déterminer notre tolérance aux commotions. Quand est-ce qu’on dit plus de sports de contact ? Nous avons besoin de plus de preuves pour fixer des limites aux personnes ».

A ne pas manquer

Articles associés