Les diabétiques et le risque accru de crise cardiaque, les scientifiques découvrent que des cellules souches altérées en sont responsables

Selon une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’université d’Oxford, des niveaux excessivement élevés de glucose dans le sang peuvent « reprogrammer » l’action des cellules souches et entraîner un risque accru d’athérosclérose. Ce qui est à toutes fins utiles une caractéristique du diabète, à savoir une glycémie élevée, peut modifier les cellules souches présentes dans la moelle osseuse au point de les transformer en globules blancs appelés macrophages, selon ce qu’ont découvert les chercheurs. Il en résulte une inflammation et donc la production de plaques d’athérome, ce qui augmente le risque de toutes les affections et maladies qui peuvent en résulter, en premier lieu l’infarctus.

Le paradoxe du risque accru de crise cardiaque chez les diabétiques dont la glycémie est contrôlée

Il s’agit d’une découverte importante, car elle pourrait expliquer pourquoi les diabétiques sont caractérisés par un risque plus élevé d’infarctus du myocarde, même lorsque leur glycémie est maîtrisée. Comme le souligne le communiqué de presse de l’Université d’Oxford, il s’agit là d’un « paradoxe » pour les médecins et les scientifiques, un paradoxe que cette étude, publiée dans Circulation, pourrait peut-être contribuer à résoudre.

L’expérience de la souris

Les chercheurs ont également réalisé des expériences sur des souris diabétiques et non diabétiques en prélevant des cellules souches de moelle osseuse sur leur corps, puis en les transplantant sur des souris dont la glycémie est normale. Le développement des plaques d’athérome était presque deux fois plus important chez les souris ayant reçu les cellules souches des souris diabétiques que chez les souris ayant reçu les cellules souches des souris non diabétiques. La moelle osseuse extraite des souris diabétiques semblait « se souvenir » d’avoir été exposée à des niveaux de glucose excessivement élevés, même lorsqu’elle était placée dans le corps de souris normales.
Les chercheurs ont découvert que les macrophages des souris qui avaient reçu les cellules souches des souris diabétiques avaient été altérés de façon permanente, ce qui a provoqué l’inflammation.

Le diabète entraîne des modifications à long terme du système immunitaire

« Notre étude est la première à montrer que le diabète entraîne des modifications à long terme du système immunitaire et que cela pourrait expliquer l’augmentation durable du risque de crise cardiaque », explique Robin Choudhury, professeur de médecine cardiovasculaire à Oxford et nouvel auteur principal de l’étude. Selon le chercheur, il est probable qu’un certain nombre de personnes atteintes de diabète ne reçoivent pas un traitement adéquat concernant leur risque accru de contracter une maladie du cœur ou du système circulatoire. Ces résultats pourraient conduire à de nouvelles thérapies pour ce type même de complication chez les diabétiques.

A ne pas manquer

Articles associés