Les vaccins, le dépistage et la stratégie mondiale sont essentiels pour éliminer les tumeurs du VPH

Les vaccins, le dépistage et une stratégie globale sont des éléments clés pour éliminer les tumeurs causées par le virus du papillome humain (HPV), ont révélé les experts lors d’un débat télématique organisé par EFEsalud

La prévention du HPV a connu un fort essor récemment grâce à la recherche démontrant l’efficacité des vaccins, à un rapport de l’Organisation européenne du cancer et à la stratégie mondiale de l’OMS visant à accélérer l’élimination du cancer du col de l’utérus.

Ces développements ont été analysés dans le débat « Dernières avancées et preuves scientifiques sur la prévention du papillomavirus humain », promu par EFE en collaboration avec MSD, dans le cadre du Forum de Dialogues sur la Santé d’EFE.

Les docteurs Xavier Bosch, chercheur principal à l’Institut catalan d’oncologie et professeur associé à l’Université ouverte de Catalogne, et Jesús de la Fuente, coordinateur de l’unité de pathologie du tractus génital inférieur de la femme à l’hôpital universitaire Infanta Leonor de Madrid, ont participé à cette réunion.

OMS, Organisation européenne du cancer et The New England Journal of Medicine

Cette semaine, l’OMS a lancé une stratégie mondiale visant à accélérer l’élimination du cancer du col de l’utérus, une tumeur causée par le HPV ; et il y a un mois, l’Organisation européenne du cancer a publié le rapport « Protection virale : faire en sorte que cela se produise ». Un plan en quatre étapes pour éliminer les virus HPV en Europe ».

Début octobre, le New England Journal of Medicine a publié « HPV Vaccination and the Risk of Cervical Cancer », une étude sur 11 ans menée par l’Institut Karolinska auprès de 1,7 million de femmes suédoises âgées de 10 à 30 ans, qui montre que le vaccin contre le HPV prévient le cancer du col de l’utérus.

Environ 700 000 cas de tumeurs induites par le HPV surviennent chaque année dans le monde ; la prévalence mondiale de ce virus est de 12 %.

Réaliser avec l’IDOC ce qui a été réalisé avec le HPV

« S’il y a une phrase qui résume la situation, » souligne le Dr Bosch, « c’est qu’avec le papillomavirus humain, nous sommes là où nous voudrions être avec le covid. Nous disposons d’excellents vaccins, d’excellents tests de dépistage et d’une stratégie mondiale pour l’élimination des tumeurs.

Xavier Bosch ajoute : « Il s’agit d’un virus sexuellement transmissible et, par conséquent, l’objectif de tous les programmes de prévention basés sur les vaccins est d’avoir une bonne couverture des adolescentes et des préadolescentes », tout en soulignant l’importance de vacciner également les garçons.

Le Dr Jesus de la Fuente souligne que le HPV « affecte aussi bien les hommes que les femmes et il est important de savoir qu’il n’y a pas d’âge où la prévalence est nulle. Toute personne qui a, a eu ou aura des relations sexuelles doit être vaccinée.

Les programmes publics de vaccination contre le HPV ont débuté en 2006/2007 et depuis lors, quelque 80 millions de filles et 20 millions de garçons ont été vaccinés dans le monde.

Les vaccins, efficaces et sûrs

« Nous pouvons maintenant dire avec une force considérable que toutes les données et informations scientifiques indiquent qu’il s’agit de vaccins très efficaces et sûrs », souligne M. Bosch.

« Les vaccins », dit le Dr De la Fuente, « sont le produit de santé le plus étroitement surveillé. Huit ou dix rapports de l’OMS garantissent leur sécurité ».

Il ajoute : « On parle de doutes sur la sécurité des vaccins et de leurs effets secondaires, mais quels sont les effets secondaires de l’absence de vaccin : avoir une lésion, le cancer, l’anxiété, la honte, la culpabilité, la perte des compétences parentales – voilà les effets de l’absence de vaccin contre le VPH.

Commentant la recherche suédoise, M. Bosch a déclaré : « Cette analyse est la première preuve définitive et objective qu’en vaccinant les adolescentes, nous les protégeons contre les tumeurs associées au HPV, et nous avons un espoir fondé de montrer qu’elle protège également contre d’autres tumeurs associées au HPV.

« La publication montre que le vaccin contre le HPV protège tous les maillons du virus », complète le Dr Jesus de la Fuente.

En ce qui concerne l’étude de l’Organisation européenne du cancer, Bosch souligne : « Nous avons besoin de plus que d’universitaires, nous avons besoin de plus que de médecins, nous avons besoin d’investissements considérables, de vaccination, de formation, de soutien », et met en évidence la combinaison des efforts entre la vie et la santé universitaires et la vie politique en ce qui concerne le VPH.

« La vaccination contre le HPV est bien plus que la vaccination contre le cancer du col de l’utérus. Il est important que les gestionnaires de la santé aient cette vision », souligne Jesús de la Fuente.

Pour le Dr Bosch, la déclaration de l’OMS a une « valeur d’inspiration » et se résume ainsi : « La vaccination, la vaccination de masse, incluant autant que possible les enfants, doit être combinée avec l’accès au dépistage des femmes non vaccinées dans les âges intermédiaires, avec l’accès à un traitement approprié.

Ces déclarations politiques, poursuit Bosch, ont le mérite de stimuler la génération de ressources pour les mettre à la disposition de tous les pays.

Pour le Dr De la Fuente, « il est important que l’OMS mette les choses clairement sur la table et offre son parapluie. C’est une mesure ambitieuse mais à portée de main ».

Les deux médecins ont souligné que le COVID-19 a grandement affecté toutes les activités de prévention en général, y compris celles concernant l’infection par le papillomavirus humain, un impact dont il sera difficile de se remettre.

A ne pas manquer

Articles associés