L’heure subjuguée de l’homme : la chirurgie du cancer de la prostate

Une prostatectomie radicale vise à éliminer la tumeur maligne et ses éventuelles métastases ganglionnaires, à empêcher le patient de porter des couches pour le reste de sa vie en raison d’une éventuelle incontinence urinaire postopératoire et à garantir que l’homme ne perde pas sa puissance sexuelle, sa dysfonction érectile, car les structures neurovasculaires entourant la prostate sont affectées

Attention, ce reportage multimédia risque de heurter votre sensibilité !

Et ces trois objectifs, directement liés à l’âge du patient, au stade d’évolution du cancer et à la technique chirurgicale utilisée lors de l’opération, sont atteints lorsque l’homme est placé entre les mains de médecins exceptionnels comme le chirurgien Fernando Gómez Sáncha, chef de l’équipe d’urgence de la ICUA-Clinica CEMTRO, dont le robot Da Vinci est également un élément essentiel.

Avec l’assistance robotique de Da Vinci, les chirurgiens peuvent passer outre le tremblement du pouls humain transmis aux instruments chirurgicaux, réaliser des virages à 360º avec les mouvements les plus délicats, toujours dans un environnement de visualisation de l’espace chirurgical du bassin en 3D haute définition, et réduire les saignements.

« Non seulement nous faisons ce que nous voulons vraiment faire, mais nous opérons avec une précision absolue. Lorsque nous utilisions la technique laparoscopique, par exemple, nous essayions de faire un point de suture à un endroit précis et de le faire un peu plus loin. Et la précision est essentielle pour éviter de générer de l’incontinence urinaire ou des dysfonctionnements érectiles permanents », déclare le Dr Gomez Sancha.

La prostate, qui a la forme et la taille d’une châtaigne, est cachée dans la cavité pelvienne, entre la partie inférieure de la vessie et le rectum, la dernière partie du tube digestif ; un petit espace très difficile d’accès, protégé par des muscles, des tissus, des vaisseaux et des artères, des nerfs, des canaux et des graisses accumulées par l’excès de nourriture.

Chirurgie de la prostate pour soigner le cancer

En entrant dans la salle d’opération, nous avons constaté que le patient de 61 ans est déjà sous sédatif et attaché à la table d’opération, prêt pour l’amputation totale de sa prostate. Instantanément, je ressens une réelle empathie mêlée à une certaine peine en voyant le triste sort final qui attend la plupart des hommes.

À l’âge de 80 ans, 70 à 90 % des hommes ont un cancer de la prostate, mais on a constaté que 50 % des hommes avaient des néoplasmes de la prostate avant l’âge de 50 ans. La survie est de 91% dix ans après le diagnostic, ce qui devrait être précoce pour éviter des problèmes majeurs tels que les métastases.

« Les examens urologiques à partir de cinquante ans, à quarante ans s’il y a des antécédents familiaux, ne sont pas un caprice médical, mais un besoin de prévention contre le cancer ou l’hyperplasie bénigne de la prostate (HBP). Les hommes doivent aller chez l’urologue comme les femmes le font avec leur gynécologue », explique le Dr Gomez Sancha.

Le cancer de la prostate se développe lentement et si nous devions vivre 90 ans ou plus, pratiquement tout le monde serait atteint de ce cancer. « C’est un fait tiré des autopsies. Beaucoup d’entre nous mourront d’un cancer de la prostate, mais pas d’un cancer de la prostate », souligne-t-il.

Notre patient a eu des nodules lors d’un examen rectal et le test PSA (Prostate Specific Antigen) a montré des valeurs élevées, ce qui n’est qu’un indicateur d’une éventuelle prostatite, d’une HBP ou de néoplasmes.

La biopsie transrectale guidée par ultrasons, en perforant la prostate par le rectum, peut donner de faux négatifs, car elle n’est pas un test concluant, ce qui retarde le diagnostic du cancer, un mauvais scénario.

Pour diagnostiquer avec précision le cancer de la prostate, le patient doit subir la puissance d’une imagerie par résonance magnétique (IRM), qui détecte les tumeurs invisibles, et encore mieux si elle est combinée à l’échographie transpérinéale (Biopsee), qui échappe à l’introduction du bâtonnet d’ultrasons dans le rectum.

En outre, la biopsie prévient les infections urinaires et les septicémies, passant de 3 à 5 % des cas dans les biopsies traditionnelles à 0 à 0,1 % dans la technologie de fusion.

La mission de la prostate, traversée par le canal urétral, est essentiellement reproductive. En tant que glande sexuelle, elle crée des nutriments pour soutenir les spermatozoïdes, générés dans les testicules, favorisant leur maturité et leur mobilité afin qu’ils soient capables de féconder l’ovule.

Ce liquide prostatique, ainsi que le liquide visqueux des vésicules séminales, rejoignent les spermatozoïdes qui arrivent des testicules par les canaux déférents. Le sperme, déjà formé, atteint alors la base de l’urètre, où il sera éjaculé hors du pénis pendant l’orgasme masculin.

L’équipe de pointe du Dr Gómez Sancha, composée des chirurgiens Moisés Rodríguez-Socarrás, Javier Reinoso Ebers et de l’infirmière de bloc opératoire Nuria Torrego Barroso, a ouvert de petits trous dans l’abdomen de l’homme, où ils ont placé plusieurs orifices par lesquels ils introduiront les bras mécaniques de Da Vinci et les instruments chirurgicaux qui atteindront le dernier coin de la cavité pelvienne.

L’utilisation de la robotique Da Vinci oblige le chef de l’équipe chirurgicale à s’éloigner de quelques mètres de la table d’opération, où se trouve le patient. La communication entre les spécialistes est établie de manière bidirectionnelle par le biais de microphones et de haut-parleurs, de sorte qu’il y a une coordination constante pendant l’opération.

Le chirurgien en chef opère avec une vue focalisée sur les images fournies par les mini-caméras numériques du robot depuis la console principale. Les bras robotiques du chef d’équipe et de ses collègues sont actionnés avec des commandes de type jeu vidéo, une technique qui est infaillible lorsqu’elle est entre des mains expertes… et de bons pieds.

Phases de la chirurgie robotisée : entrée des instruments dans la zone chirurgicale, préparation et nettoyage des adhérences dans la zone d’accès à la prostate, lymphadénectomie, prostatectomie, suture du conduit urétral vers le col de la vessie et extraction de la prostate par l’abdomen.

A ne pas manquer

Quels sont les dangers de la graine de lin sur votre santé ?

Vous le savez peut-être déjà : les oméga-3 sont des acides essentiels à notre corps mais, ne sont pas fabriqués par celui-ci. Pour qu’il...

Vaccins anticoagulants : l’égoïsme ne paie pas

Deux milliards de doses de vaccins anticoagulants ont été pré-réservées par les pays industrialisés avant même qu'ils ne connaissent leur efficacité, alors que ceux...

Articles associés

Quels sont les dangers de la graine de lin sur votre santé ?

Vous le savez peut-être déjà : les oméga-3 sont des acides essentiels à notre corps mais, ne sont pas fabriqués par celui-ci. Pour qu’il...

Vaccins anticoagulants : l’égoïsme ne paie pas

Deux milliards de doses de vaccins anticoagulants ont été pré-réservées par les pays industrialisés avant même qu'ils ne connaissent leur efficacité, alors que ceux...