Pertes marron avant ou après les règles : comment réagir ?

Les pertes vaginales sont on ne peut plus naturelles chez les femmes, et ce de la puberté à la ménopause. Mais lorsque leur odeur ou leur couleur varient un peu trop, alors cela peut être signe d’une infection. Quand des sécrétions marrons restent sur la culotte, a priori, il n’y a pas de quoi s’inquiéter. Mais le doute subsiste toujours… Voici ce qu’il faut savoir au sujet des pertes marrons qu’elles surviennent avant ou après les règles.

Qu’est-ce que les pertes vaginales ?

Puisque la nature est bien faite, le corps n’a pas toujours besoin de nous pour se nettoyer. Exit les douches vaginales, le vagin, lui, se nettoie tout seul. Pour cela, il produit des sécrétions remplies de bonnes bactéries qui le protègent des infections. Et ces bonnes bactéries constituent la flore vaginale.

Ces sécrétions sont utiles à la bonne lubrification du vagin, notamment lors de rapports sexuels. Elles sont aussi présentes pour protéger le vagin des microbes extérieurs, et donc pour s’auto-nettoyer.

Alors si des pertes blanches et inodores se retrouvent sur la culotte, bonne nouvelle, c’est tout à fait normal. Mais attention, l’aspect de ces sécrétions varient selon le moment du cycle. Elles sont fluides et transparentes lors de l’ovulation. Puis prennent une couleur qui vire au jaune juste avant les règles. Et parfois, elles virent au brun.

D’où viennent les pertes brunes ?

Les secrétions marron correspondent à du sang oxydé, qui a donc bruni avec le temps. En somme, il s’agit de « vieux sang » qui vient tout juste d’être rejeté par le corps qui se nettoie. Ces pertes peuvent survenir juste avant, ou juste après les règles. Dans ce cas, elles annoncent simplement l’arrivée du cycle, ou de l’ovulation. Chez les femmes utilisant une contraception, les pertes brunes peuvent notamment signifier un déséquilibre hormonale dû à la contraception. Ou encore un oubli de pilule. Dans ces cas là, qui sont les plus courants, aucune raison de s’inquiéter.

En revanche, il peut arriver que des pertes brunes soient la conséquence d’une irritation, d’une inflammation ou tout autre pathologie utérine. Si tel est le cas, ces pertes sont bien souvent accompagnées d’autres symptômes.

Pendant la grossesse

Lors d’une grossesse, des pertes marron peuvent être remarquées durant les trois premiers mois. En règle générale, il s’agit de vieux sang qui s’élimine, ce qui est totalement bénin. Mais dans ce genre de cas, il vaut évidemment mieux en parler à son gynécologue pour éviter toute complication. Ces pertes pourraient annoncer une fausse couche ou une grossesse extra-utérine. Ou pourraient simplement signifier que votre col est irrité, dû aux modifications engendrées par les hormones de grossesse.

En pré-ménopause

À l’arrivée de la ménopause, les femmes peuvent aussi remarquer des pertes brunâtres. Elles sont simplement annonciatrices du climatère. Alors si vous avez plus de 45 ans, c’est peut-être une piste à creuser. Dans ce cas, les pertes s’accompagneront d’autres symptômes : sautes d’humeur, bouffées de chaleur, insomnie.

Si vous êtes déjà ménopausée depuis peu, alors il est tout à fait possible que des pertes brunes soient remarquées également. Rien d’alarmant, il s’agit d’un simple ajustement hormonal fait par le corps lui-même.

Lors de grosses périodes de stress

L’anxiété et la dépression peuvent être une cause de pertes marron. Le stress – émotionnel ou physique – peut en effet amincir la paroi utérine, qui pourraient partiellement se détacher. Le stress peut également entraîner des règles plus tardives ou plus légères.

À quel moment consulter ?

pertes marron causes

Si ces pertes marron deviennent trop importantes, ou reviennent de manière trop récurrente, alors il faut penser à consulter un gynécologue.

Il en est de même si ces pertes brunes s’accompagnent d’autres symptômes, comme une odeur particulière, des douleurs, démangeaisons, fièvre ou encore nausées. Tout comme des saignements durant les rapports sexuels ou de la prise de poids. Cela pourrait être signe d’une infection ou d’un déséquilibre hormonal.

Les causes et les symptômes peuvent être nombreux. Seul un gynécologue et des examens pourront déterminer l’origine du problème. Une échographie pourrait être réalisée, ou encore un frotti vaginal, afin de poser le bon diagnostic. En cas de doute, il faut absolument consulter un spécialiste. En effet, en cas d’infection non traitée, d’autres parties du corps pourraient être touchées, voire même provoquer une infertilité.

Voici une liste des causes les plus répandues qui nécessitent une consultation :

  • La mycose vaginale : infection vaginale dû à un champignon. Elle n’est pas grave mais doit être traitée rapidement.
  • La vaginose : déséquilibre de la flore vaginale entrainant des symptômes dérangeants. Les pertes vaginales à l’odeur forte en est le premier.
  • Le kyste ovarien : une grosseur, bénigne, qui se développe sur le tissu ovarien.
  • Le fibrome : tumeur bénigne qui se trouve sur la paroi utérine. Il arrive principalement chez les femmes de plus de 30 ans, mais peut tout à fait toucher des femmes plus jeunes.

Face à des pertes brunes, l’idéal est de porter des protège-slips. Pour sauver votre culotte surtout, et pour évider les désagréments.

Attention cependant, porter un protège-slip trop souvent ou trop longtemps n’est pas l’idéal pour la santé du vagin. D’abord parce qu’ils sont remplis de produits chimiques, ce qui peut apporter allergies et irritations. Ensuite parce qu’ils sont loin d’aérer autant qu’une simple culotte en coton. Il y a donc risque de macération, qui peut entrainer des infections urinaires. Comme les serviettes hygiéniques, un protège-slip se change toutes les quatre heures.

A ne pas manquer

Cannabidiol contre la dépendance au cannabis ?

Il peut sembler paradoxal qu'une solution possible à la dépendance au cannabis vienne d'un "ingrédient" du cannabis lui-même : le Cannabidiol (CBD), la deuxième...

Vaccin contre les covariables : à quoi faut-il s’attendre ?

Le vaccin est le mot magique dans lequel nous plaçons tout espoir de reprendre les anciennes habitudes pré-coviales. Oui, mais combien et surtout quelles...

7 types aliments qui augmentent les douleurs

C’est bien connu, « on devient ce que l’on mange ». Beaucoup vous le diront. Alors il est important de soigner son alimentation. Mais il l’est...

Comment soigner un orgelet de manière naturelle?

Peut-être avez-vous déjà eu un petit bouton de couleur rouge à la base de vos cils ? Appelé orgelet – ou compère loriot - ce...

Articles associés

Cannabidiol contre la dépendance au cannabis ?

Il peut sembler paradoxal qu'une solution possible à la dépendance au cannabis vienne d'un "ingrédient" du cannabis lui-même : le Cannabidiol (CBD), la deuxième...

Vaccin contre les covariables : à quoi faut-il s’attendre ?

Le vaccin est le mot magique dans lequel nous plaçons tout espoir de reprendre les anciennes habitudes pré-coviales. Oui, mais combien et surtout quelles...

7 types aliments qui augmentent les douleurs

C’est bien connu, « on devient ce que l’on mange ». Beaucoup vous le diront. Alors il est important de soigner son alimentation. Mais il l’est...

Comment soigner un orgelet de manière naturelle?

Peut-être avez-vous déjà eu un petit bouton de couleur rouge à la base de vos cils ? Appelé orgelet – ou compère loriot - ce...