Spoutnik V, voici les données de la phase 1 sur le vaccin russe

Spoutnik V, le vaccin russe contre le covid, induit une production d’anticorps contre le coronavirus SARS-CoV-2 face à des effets secondaires négligeables. Un article publié dans la revue Lancet fournit les premières données scientifiques sur le vaccin controversé présenté par Vladimir Poutine en août dernier, et enregistré comme sûr avant même les essais nécessaires. L’étude n’est que le début des tests que tout candidat vaccin doit passer, avant d’être jugé efficace et sûr : voyons ce qui ressort de la recherche, qui malgré les prémisses ne manque pas de rigueur scientifique.

Une plateforme éprouvée

Le choix de l’Institut de recherche Gamaleya, l’institut de recherche public de Moscou qui travaille sur le développement de Spoutnik V, est tombé sur un vaccin adénoviral modifié déjà testé contre le MERS (syndrome respiratoire du Moyen-Orient, une autre infection à coronavirus). L’adénovirus est un virus du rhume commun, dans ce cas génétiquement modifié pour ne pas se multiplier dans l’organisme et ne pas provoquer de maladie. Il sert de vecteur pour introduire dans l’organisme le code génétique de la protéine clé que le SRAS-CoV-2 utilise pour accéder aux cellules qu’il infecte, la protéine de pointe.

De nombreuses autres sociétés pharmaceutiques, comme la britannique AstraZeneca et la chinoise CanSino Biologicals, testent des préparations anticoviales à base d’adénovirus, chacune se concentrant sur une souche de virus différente. La particularité du vaccin russe rebaptisé Spoutnik V est qu’il est basé sur deux types d’adénovirus, administrés en deux étapes. Les 40 volontaires participant à l’étude ont d’abord reçu une injection d’adénovirus Ad26, avec un rappel, trois semaines plus tard, d’un autre adénovirus, Ad5. L’espoir est d' »entraîner » le système immunitaire à répondre à la protéine de pointe afin qu’il puisse monter une réponse adéquate s’il entre en contact avec le virus.

Les résultats

Dans le cadre de l’étude, un essai de phase 1/2, 40 volontaires ont reçu les deux doses du vaccin. Dans ce premier essai, aucun n’a pris de placebo. La préparation a été tolérée sans effets secondaires majeurs, mais ce n’est pas une surprise : la sécurité des deux adénovirus utilisés était déjà apparue dans d’autres études sur plusieurs infections à prévenir.

Les sujets vaccinés ont produit de grandes quantités d’anticorps capables de se fixer à la protéine de pointe – les mêmes quantités présentes dans le plasma de convalescence – mais des quantités modestes d’anticorps neutralisants et de lymphocytes T par rapport aux candidats vaccins d’AstraZeneca et de Moderna, les deux derniers de l’essai. Les anticorps sont des protéines qui se lient au virus, l’empêchent d’attaquer l’organisme et le signalent aux cellules immunitaires. Les lymphocytes T sont un groupe de globules blancs de la famille des lymphocytes qui peuvent reconnaître et détruire les cellules infectées.

Comme le souligne le New York Times, l’article du Lancet fait état d’une conclusion différente de celle du communiqué de presse de l’Institut Gamaleya, qui affirme au contraire que « les anticorps neutralisants chez les volontaires vaccinés avec le Spoutnik V étaient 1,4 à 1,5 fois plus élevés que ceux des patients guéris du CoViD-19. En revanche, dans ses essais cliniques, la société pharmaceutique britannique AstraZeneca a constaté que les niveaux d’anticorps chez ses volontaires étaient pratiquement égaux à ceux des survivants du coronavirus ». On ne comprend pas bien pourquoi l’article et le communiqué de presse font état de deux versions différentes.

Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir

En tout état de cause, il est trop tôt pour comparer les effets des différents vaccins, car chaque groupe de travail utilise des méthodes différentes pour mesurer les anticorps, et il manque de normes de référence internationales sur l’efficacité et la résistance des anticorps produits. L’article du Lancet décrit le statut immunitaire des volontaires un mois après la vaccination et ne dit rien sur la protection du vaccin contre l’infection par le SRAS-CoV-2, car ce n’était pas son objectif.

Les études de phase 1 ne servent qu’à exclure les effets secondaires et à vérifier la présence d’une réponse immunitaire, mais pour comprendre si Spoutnik V tient ses promesses, il faudra attendre les résultats des essais de phase 3, qui devraient porter sur des dizaines de milliers de volontaires exposés au virus. Malheureusement, le vaccin russe a été politicisé avant même que des informations sur son utilité n’aient commencé à émerger.

A ne pas manquer

Alzheimer et qualité du sommeil : quel lien ?

Une nette détérioration de la qualité du sommeil au cours de la vieillesse pourrait être le signe d'un risque accru de diagnostic futur de...

Que manger le matin pour son petit-déjeuner quand on est diabétique ?

Selon l'Organisation mondiale de la Santé, le diabète est "l'un des principaux tueurs au monde". Cette maladie, silencieuse et indolore, touche 463 millions de...

Articles associés

Alzheimer et qualité du sommeil : quel lien ?

Une nette détérioration de la qualité du sommeil au cours de la vieillesse pourrait être le signe d'un risque accru de diagnostic futur de...

Que manger le matin pour son petit-déjeuner quand on est diabétique ?

Selon l'Organisation mondiale de la Santé, le diabète est "l'un des principaux tueurs au monde". Cette maladie, silencieuse et indolore, touche 463 millions de...