Troubles anxieux, découverte d’un nouveau « biomarqueur » dans le cerveau

Une équipe de chercheurs dirigée par le professeur Neil McNaughton, du département de psychologie de l’université d’Otago, a découvert un signal dans le cerveau qui pourrait rendre le diagnostic, et donc le traitement, des troubles de l’anxiété plus efficace. Les chercheurs ont publié une étude dans Scientific Reports.

Il s’agit d’un nouveau biomarqueur qui « fournit une base immédiate pour le développement de nouveaux médicaments et tests de diagnostic », comme l’explique M. McNaughton lui-même dans la déclaration publiée sur le site officiel de l’université néo-zélandaise.
Le biomarqueur est basé sur le concept de rythmicité spécifique au conflit de buts (GCSR), c’est-à-dire un niveau de rythmicité électroencéphalographique qui peut être détecté lorsqu’il y a un conflit équilibré entre deux buts, comme l’approche et l’évitement, expliquent les chercheurs dans le résumé de l’étude.

Dans l’étude, les chercheurs montrent, suite à des expériences sur différents sujets, que les personnes souffrant de troubles anxieux présentent un score moyen de GCSR plus élevé que les sujets sans trouble anxieux, « avec une combinaison de GCSR élevé et faible qui varie avec le diagnostic conventionnel du trouble, mais qui est transversal à celui-ci ».
Ainsi, les résultats du test GCSR peuvent être considérés comme un biomarqueur permettant de diagnostiquer un type spécifique de trouble anxieux qui aura plus de chances d’obtenir des effets positifs avec des médicaments anxiolytiques spécifiques.

Les troubles anxieux font partie des maladies psychiatriques les plus courantes et représentent 5 % des causes de suicide. Ils commencent généralement tôt dans la vie et peuvent causer des dommages chroniques.
Les traitements pharmacologiques des troubles anxieux peuvent avoir peu de succès alors que d’autres types de thérapies, comme la thérapie cognitivo-comportementale, peuvent être utilisés comme traitement psychothérapeutique général de première intention.
On espère que cette découverte permettra d’améliorer le traitement de l’anxiété et d’autres troubles connexes.

A ne pas manquer

Articles associés