Une nouvelle étude établit un lien entre le microbiome intestinal et la polyarthrite rhumatoïde

Une étude publiée dans Genome Medicine établit un lien entre le microbiome intestinal, c’est-à-dire l’ensemble des micro-organismes présents dans l’intestin, et la polyarthrite rhumatoïde. Selon des chercheurs du Centre de médecine individualisée de la Clinique Mayo, les bactéries intestinales peuvent être identifiées comme un « indicateur significatif » des niveaux d’amélioration des conditions liées à la polyarthrite rhumatoïde.

Les bactéries intestinales permettent de comprendre l’évolution de la polyarthrite rhumatoïde

Selon Jaeyun Sung, biologiste informaticien au Mayo et auteur principal de l’étude, il s’agit de la première recherche montrant qu’il est possible d’utiliser les informations du microbiome intestinal pour comprendre l’évolution de la polyarthrite rhumatoïde, et ce indépendamment de l’état initial de la maladie elle-même ou des traitements antérieurs.

Qu’est-ce que la polyarthrite rhumatoïde ?

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie chronique. Il s’agit d’une inflammation et de douleurs articulaires qui peuvent ensuite entraîner une érosion des os et du cartilage ainsi que des déformations articulaires et, dans les cas graves, une perte d’immobilité.

La nouvelle technique génomique utilisée par les chercheurs

Les chercheurs ont utilisé une nouvelle technique d’analyse génomique de précision sur des échantillons excrétoires provenant de 32 patients atteints de polyarthrite rhumatoïde. Les chercheurs ont découvert des informations intéressantes concernant divers traits du microbiome intestinal qui pourraient être liés au pronostic futur de cette maladie.
« Nous avons observé des traits significativement différents du microbiome entre les patients qui ont finalement montré une amélioration et ceux qui ne l’ont pas fait », explique John M. Davis III, rhumatologue à Mayo et expert en arthrite inflammatoire, autre auteur de l’étude.
Parmi les bactéries apparentées, les chercheurs ont identifié celles des genres Coprococcus, Bilophila et Eubacterium.

90% de précision

Selon Sung, des groupes de microbes intestinaux se développent différemment selon l’issue clinique de la polyarthrite rhumatoïde.
À l’aide d’algorithmes d’intelligence artificielle, les chercheurs ont ensuite utilisé ce lien pour déterminer les probabilités liées à l’évolution de la polyarthrite rhumatoïde avec une précision de 90 %, selon la Mayo Clinic.

Biomarqueurs de pronostic

« Avec un développement plus poussé, ces biomarqueurs pronostiques pourraient identifier les patients qui obtiendront une amélioration clinique précoce avec un traitement donné, leur épargnant ainsi les dépenses et les risques liés à d’autres traitements qui ont moins de chances d’être efficaces », explique M. Davis.
En se projetant un peu plus loin dans l’avenir, les chercheurs pensent que ce lien pourrait également être exploité pour le traitement de la polyarthrite rhumatoïde elle-même et pour améliorer le résultat clinique des patients.

A ne pas manquer

Articles associés